Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Moisissures, souris, viandes verdâtres : ce que cache la charcuterie premier prix…

Publié par David Jarry - Webmaster sur 11 Juin 2014, 15:34pm

Catégories : #Santé

C’est un rapport confidentiel de 179 pages sur la sécurité alimentaire, réduit à 25 malheureuses pages dans sa version rendue publique en février. La Cour des Comptes s’y montre particulièrement préoccupée par la qualité de certains produits « premiers prix », rapporte Le Télégramme dans son édition de jeudi.

« La Cour des Comptes semble avoir été particulièrement choquée par certaines découvertes, notamment sur les produits premiers prix », rapporte le quotidien breton. Les enquêteurs de la Cour des Comptes découvrent « des viandes grises-verdâtres impropres à la consommation humaine dans des charcuteries, moisissures, souris vivantes ou mortes, excréments de souris dans des étuves à chorizo », etc, selon le journal. « L’offre des produits premiers prix peut paraître attractive, mais leur consommation systématique, par une population croissante, pourrait avoir à terme des répercussions sur la santé publique », s’alarme la Cour, selon le quotidien. Au-delà du cas des produits premiers prix, l’un des problèmes essentiels rencontrés par l’administration dans le combat pour la sécurité alimentaire est le manque de personnel et, de fait, la rareté des contrôles, « en chute libre », assure Le Télégramme. Trois contrôles en 100 ans « Un établissement de remise directe (boucherie, restaurant, centre commercial…) sera en moyenne contrôlé trois fois au cours d’un siècle! On ne compte que 43 agents pour contrôler plus de 110.000 établissements de restauration collective (hôpitaux, cantines scolaires…) », poursuit le quotidien de Morlaix (Finistère). De plus, la Cour déplore la confidentialité de nombreuses enquêtes, et « un faible taux de poursuite qui décourage les agents ». A cette situation, des raisons multiples: « réticence des agents » à réprimer, « défaillance de la hiérarchie à tous les niveaux », un « échelon local, fortement soumis à la pression sur l’emploi », ou encore les procureurs, « qui hésitent souvent à engager des procédures pénales ». Si, de l’avis de tous, la sécurité alimentaire reste assurée en France, le problème aujourd’hui, conclut Le Télégramme, « ce sont les fraudes (…) avec des affaires qui s’internationalisent (…) C’est au niveau international qu’il y a de réels progrès à faire ». Source : L’express.fr

Moisissures, souris, viandes verdâtres : ce que cache la charcuterie premier prix…

Commenter cet article

PhildeFer 12/06/2014 14:31

C'est un HOAX! Les articles "1er prix" sont une pure création marketing de la grande distribution pour "tuer" la concurrence des hardiscounts. Et ça a fonctionné, car alors que l'ensemble du marché enregistre une chute du CA, ce sont les chaines de hardiscount qui souffrent le plus: DIA a enregistré une perte de 27 millions € sur 2013 et est à vendre.. LIDL a revu vers le haut son modèle marketing... et si vous faites vos courses en grande surface, observez que les rayons où se trouvent les marchandises 1er prix sont souvent désapprovisionnés alors que sur ceux des grandes marques, il ne manque pas article... voir aussi les importantes "fausses promo" sur les lots que font toutes les grandes marques.
Les produits 1er prix sont dans leur immense majorité, exactement identiques aux produits MDD (marque distributeur) et pour cause! Quand une grande enseigne traite avec un fournisseur, c'est la quantité achetée qui lui permet d'obtenir le meilleur rabais... Après c'est juste une question de packaging.... n'avez vous aps remarqué comme les emballages 1er prix sont excessivement "moches"...à votre avis, ça coûterait plus cher de mettre de jolies étiquettes?... A moins que ça soit la seule différence qui permette de justifier un écart de 30 à 40%.. Vérifier le code emballage: il indique l'usine de provenance et comparer les prix entre 1er prix et mdd... ;-)

gwendal 11/06/2014 23:13

« réticence des agents » à réprimer, « défaillance de la hiérarchie à tous les niveaux », un « échelon local, fortement soumis à la pression sur l’emploi »...
C'est par ça que la société de consommation nous tient par les cou..... (non non, je ne parle pas des coudes, lol)!
Sortons de cette société de consommation ...et le meilleur redevient possible.

Nous sommes sociaux !

Articles récents