Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Pourquoi ne réagissons-nous pas tous de la même manière au cannabis?

Publié par David Jarry - Webmaster sur 19 Juin 2014, 06:25am

Catégories : #Santé

La plupart des gens (qui en consomment) disent que le cannabis les calme. Néanmoins, nous avons tous en tête l'exemple d'un ami pris de paranoïa. Maureen Dowd, 62 ans, lauréate du prix Pulitzer, est éditorialiste au New York Times. Au début de l’année, elle a été victime d’un bad trip sous cannabis. L’Etat du Colorado avait peu auparavant légalisé l’usage récréatif de cette drogue, et elle avait décidé de faire des recherches sur place. Recherches qui l’ont conduite à goûter une barre chocolatée imprégnée d’herbe.

Quelques bouchées de trop, visiblement: elle dit être entrée dans un «état hallucinatoire».

Elle dit aussi avoir passé huit heures recroquevillée sur le lit de sa chambre d’hôtel, paralysée par la paranoïa. L’éditorialiste s’est appuyée sur cette expérience pour lancer un débat sur les dangers de l’overdose à la marijuana comestible –problème majeur dans les Etats américains pro-cannabis. Il est toutefois possible que Maureen Dowd fasse partie des personnes qui supportent mal le cannabis.

Car si l’herbe apaise la plupart de ses consommateurs, nous avons tous en tête quelques exemples du contraire; un copain de fac qui s’est barricadé dans sa chambre après avoir inhalé quelques bouffées sur un bang, par exemple (cela vous est peut-être même arrivé). Comment se fait-il qu’une même drogue puisse avoir des effets aussi différents? Cette question est en elle-même problématique. Le cannabis n’est pas une seule et même drogue: il contient des dizaines de composés chimiques, qui semblent avoir des effets variés –et parfois même opposés– sur le cerveau.

Le tetrahydrocannabinol (THC) et le cannabidiol (CBD) ont fait l’objet d’études fort intéressantes. En 2010, des chercheurs ont montré que le fait de prétraiter une personne avec une dose de CBD permettait de la protéger contre les effets les plus déplaisants du THC, la paranoïa par exemple. Dans une étude similaire publiée en 2012, les participants ont ingéré des comprimés comprenant une seule de ces deux molécules (qui sont combinées dans le cannabis). Les volontaires qui avaient pris les comprimés au THC avaient plus tendance à souffrir de paranoïa et d’hallucinations que ceux qui avaient ingéré du CBD. Les chercheurs sont allés plus loin: ils ont cherché à savoir quels effets cognitifs spécifiques du THC sont susceptibles de provoquer la paranoïa –entre autres symptômes psychotiques. Après avoir ingéré du THC ou du CBD, les participants ont été installés face à un écran où apparaissait une série de flèches; on leur a demandé d’indiquer la direction de chacune d’entre elles. La plupart des flèches pointaient directement vers la gauche ou la droite, mais certaines d’entre elles étaient légèrement inclinées (ces dernières étaient surnommées «excentriques» par les chercheurs).

Pourquoi ne réagissons-nous pas tous de la même manière au cannabis?

Commenter cet article

Gaga 19/06/2014 21:44

Plein de choses peuvent influer sur l'effet de la weed : la weed elle-même bien sûr, l'état de satiété du fumeur, son état de santé général, son état psychique au moment de fumer, son environnement, le fait d'être seul ou non, avec des amis ou des inconnus, des gens nerveux ou des gens calmes...

Tellement de facteurs peuvent entrer en jeux, sans compter qu'à scénario identique la même personne peut réagir différemment d'un jour sur l'autre, alors d'une personne à l'autre vous imaginez

Mais c'est vrai que si on a une tendance paranoïaque le cannabis aura généralement tendance à accentuer le problème

Zappy 19/06/2014 17:19

Je serais plus porté à dire que l'état émotif (douleurs et expériences fortes réglés ou non), le passé et la psychologie de la personne ont un grand rôle à jouer dans l'expérience.

Bluezy 19/06/2014 14:09

je ne sais plus où j'ai lu ou entendu ça, mais à quelqu'un qui posait justement cette question de bad trips paranoïde après avoir consommé de l'herbe, une personne lui a répondu : "c'est parce que la personne qui a fait pousser la beuh flippait de se faire surprendre et donc sa parano est "passée" dans la beuh et tu l'as "récupérée" en la fumant" !!

Nous sommes sociaux !

Articles récents