Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


La neoehrlichiose, une nouvelle infection suprenante, transmise par les tiques

Publié par David Jarry - Webmaster sur 22 Juillet 2014, 11:57am

Catégories : #Santé

Une nouvelle maladie infectieuse, la neoehrlichiose, transmise par piqûre de tiques a fait 5 nouvelles victimes, en Suède et en Suisse. Les caractéristiques cliniques de cette infection surprenante sont rapportées dans « Clinical Infectious Diseases » par une équipe pluridisciplinaire.

L’agent responsable est Candida Neoehrlichia mikurensis, un bactérie baptisée très récemment, en 2004, après qu’elle a été identifiée chez des rats et des tiques de l’île japonaise Mikura, à partir de génomes bactériens. Les analyses phylogénétiques ont montré que cette nouvelle espèce prolongeait la famille des Anaplasmataceæ, voisine de Candidatus Neoehrlichia lotoris qui infecte les ratons laveurs.

Le premier cas d’infection humaine a été rapporté en 2010 et depuis, seulement 15 cas ont été décrits dans la littérature, en Suisse, République tchèque et en Chine. La bactérie cible chez l’humain les granulocytes et les cellules endothéliales. Le diagnostic se fait par RT-PCR sur le sang, le plasma et la moelle osseuse.

5 nouveaux cas en Suède et en Suisse

L’équipe de Anna Grankvist (Göteborg, Suède) et de Guido Blœmberg (Zurich, Suisse) rapporte la description de 11 cas d’infections à Candida Neoehrlichia mikurensis survenus entre 2010 et 2013 dont 5 jamais publiés. Les 11 patients sont âgés de 67 ans en moyenne, tous présentent une hémoptahie à cellules B ou immunitaire (LLC , leucémie lymphocytaire chronique, lymphome diffus à cellules B). Cinq des 11 patients avaient été piqués par des tiques. De façon surprenante, les trois-quarts de ces patients étaient aspléniques.

Tous les patients présentaient une inflammation systémique, une fièvre élevée avec des poussées fébriles à 40 °C, des sueurs nocturnes. Les douleurs musculaires étaient souvent migratrices. Deux patients ont du être traités par opiacés.

Un taux élevé de complications thrombotiques

Autre phénomène étrange : le taux élevé de complications thromboemboliques et vasculaires associées à l’infection (6 patients sur 11) et parfois sévères (thromboses veineuses profondes, embolie pulmonaire et un AIT). Les auteurs évoquent soit une infection endothéliale soit une toxicité directe de l’agent infectieux sur l’endothélium.

Le retard diagnostique a été considérable : d’environ 60 jours et les patients ont reçu une antiothérapie à large spectre et une corticothérapie dans l’attente des résultats de RT-PCR.

Une fois le diagnostic établi, tous les patients ont été traités efficacement par la doxycycline avec une amélioration rapide et spectaculaire de tous les symptômes dès le premier jour de l’antibiothérapie.

Dr Anne Teyssédou

Infections With the Tick-Borne Bacterium "Candida Neoehrlichia mikurensis" Mimic Non Infectious Conditions in patients With B Cell Malignancies or Autoimmune Diseases. CID. 2014: 58

La neoehrlichiose, une nouvelle infection suprenante, transmise par les tiques

Commenter cet article

gwendal 23/07/2014 00:05

Ma mère a été piquée par un tiques en Bretagne, chez une amie à la campagne, en 2008. Dès le lendemain, elle avait de la fièvre (entre 39 et 40°C). Dès les jours suivants, elles avait des problèmes veineux (elle n'en avait jamais eu de toute sa vie) et une nette agravation de ses problèmes respiratoires et des grosses douleurs articulaires. Au bout de 2 ans environ, les médecins ont dit que c'était idiopathique (c'est quand les médecins sont idiots...), puis une maladie auto-immune (sans pouvoir vraiment dire laquelle). Elle est morte en 2012.
Pas la peine de me demander pour l'autopsier ...elle a été incinérée et ses cendres dispersées en mer.

Nous sommes sociaux !

Articles récents