Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Les parallèles entre le vol MH-17 et l’Opération Northwoods

Publié par David Jarry - Webmaster sur 28 Juillet 2014, 08:50am

Catégories : #Nouvel ordre mondial

operationnorthwoodsheader

Pendant qu’à Gaza il est évident pour tous de voir qui sont les responsables du massacre, le cas des presque 300 victimes du crash du Malaysia Airlines MH 17 nous apporte plus de questions que de réponses.

Ces deux affaires dominent toutes l’actualité.

En cherchant des réponses nous ne devons pas oublier une opération importante qui a été planifiée en 1962 par l’état-major de l’armée américaine, un complot pour fabriquer un « casus belli » (raison de faire la guerre) avec Cuba. Il s’appelait « Opération Northwoods ».

Cette opération m’est venue à l’esprit avec le déclenchement de la guerre de propagande suite à la tragédie de l’avion dans l’est de l’Ukraine. Depuis l’époque de la création du document Northwoods par l’armée américaine dont la mise en œuvre a été rejetée par le président de l’époque, John F. Kennedy, les circonstances ont changé et je ne peux m’empêcher de me demander si l’accident du MH 17 n’est pas une répétition de l’opération Northwoods avec la technologie actuelle et à plus grande échelle. Cette fois non pour tenter un coup monté à Cuba mais en Russie.

Le document complet peut être téléchargé en format PDF ICI (en anglais)

Parmi d’autres choses le document proposait ce qui suit (j’ai inséré en gras mes commentaires afin d’illustrer pourquoi l’accident du MH 17 fait penser à une répétition) :
Il est possible de créer un accident qui démontrera de manière convaincante qu’un avion cubain (un système buK anti-aircraft à missile fourni par la Russie aux « séparatistes » de l’est de l’Ukraine) a attaqué et descendu un avion de ligne affrété (le Malaysia Airlines MH 17) pendant son vol entre les États-Unis (Amsterdam, aéroport Schipol) et la Jamaïque, le Guatemala, Panama ou le Venezuela (Kuala Lumpur).

Il est possible de créer un incident qui fera apparaître que des MIG de la Cuba communiste (les « séparatistes » de l’Ukraine orientale) ont détruit un avion de l’US Air Force (un avion de ligne de Malaisie) au-dessus des eaux internationales (leur territoire) dans une attaque délibérée.
Ci-dessous les pages 7 et 8 de l’annexe en pièce jointe du document secret [à l'époque] Northwoods, intitulé « Prétextes pour justifier une intervention militaire à Cuba »

 

Traduction des pages 7 et 8 :

Note : les moyens d’action qui suivent sont une soumission préliminaire adoptable uniquement pour des raisons de planification. Ils ne sont classés ni chronologiquement ni en ordre croissant. Avec des données identiques venant d’autres agences, ils sont prévus pour fournir un point de départ pour le développement d’un plan unique, intégré, échelonné dans le temps. Ce genre de plan permettrait l’évaluation de projets individuels dans un contexte d’actions cumulées corrélées, conçues pour amener inexorablement un objectif de justification pour une intervention militaire américaine à Cuba).

1. Comme il semble souhaitable de se servir d’une provocation légitime comme point de départ pour une intervention militaire américaine à Cuba, un plan secret de couverture qui inclut les actions préliminaires voulues comme celles développées en réponse à la Tâche 33 c, pourrait être exécuté comme effort initial pour provoquer des réactions de Cuba. L’accent doit être mis sur un harcèlement plus des actions trompeuses pour convaincre les cubains d’une invasion imminente. L’attitude de notre armée grâce à l’exécution du plan autorisera un passage rapide d’un exercice à une intervention si la réponse cubaine le justifie.

2. Une série d’incidents bien coordonnés seront planifiés pour se produire à et autour de Guantanamo pour donner une apparence véridique à ce qui est fait par les forces hostiles cubaines.

a. Incidents pour établir une attaque crédible (dans un ordre non chronologique) :
(1) Lancer des rumeurs (nombreuses). Utiliser une radio clandestine.
(2) Débarquer des cubains amis en uniforme pour simuler une attaque de la base.
(3) Capturer des saboteurs cubains (amis) dans la base.
(4) Enclencher des émeutes près de l’entrée principale de la base (cubains amis)
(5) Faire exploser des munitions dans la base. Démarrer des incendies.
(6) Incendier un avion sur la base aérienne (sabotage).
(7) Lancer des obus de mortier de l’extérieur de la base vers l’intérieur. Endommages les installations.
(8) Capturer des équipes d’assaut s’approchant de la mer ou dans le voisinage de Guantanamo City.
(9) Capturer un groupe de la milice qui attaque la base.
(10) Saboter un vaisseau au port. Grands incendies. Naphtalène (ou napalm).
(11) Couler un bateau près de l’entrée du port. Faire des funérailles pour de fausses victimes (peut remplacer le (10) ).

b. Les USA répondraient en exécutant des opérations offensives pour sécuriser l’eau et l’alimentation électrique en détruisant l’artillerie et les emplacements de mortiers qui menacent la base.

c. Commencer des opérations militaires américaines à grande échelle.

3. Un incident « rappel du Maine » pourrait être arrangé sous plusieurs formes :
a. Nous pourrions faire exploser un navire US dans la baie de Guantanamo et accuser Cuba.
b. Nous pourrions faire exploser un drone n’importe où dans les eaux cubaines. Nous pourrions nous arranger pour causer ce genre d’incident dans le voisinage de La Havane ou de Santiago comme étant le résultat spectaculaire d’une attaque cubaine par air ou par mer ou les deux. La présence d’avions ou de vaisseaux cubains enquêtant seulement sur l’intention du vaisseau pourrait être une preuve irréfutable que le vaisseau a été attaqué. La proximité de La Havane ou de Santiago ajouterait de la crédibilité surtout pour ceux qui auraient entendu la détonation ou auraient été sous le feu. Les US pourraient enchaîner avec une opération de sauvetage par air et par mer couverte par des chasseurs américains pour évacuer les membres restant d’un équipage inexistant. Des listes de victimes dans les journaux américains pourraient susciter une utile vague d’indignation nationale.

4. Nous pourrions créer une opération terroriste de cubains communistes dans la région de Miami, dans d’autres villes de Floride et même à Washington.4. Nous pourrions créer une opération terroriste de cubains communistes dans la région de Miami, dans d’autres villes de Floride et même à Washington.4. Nous pourrions créer une opération terroriste de cubains communistes dans la région de Miami, dans d’autres villes de Floride et même à Washington.

Voyez-vous où je veux en venir ? Il est certain qu’on ne doit pas s’écarter de cette ligne de pensée car cet incident peut facilement servir de nouveau prétexte fabriqué pour gagner le soutien du public pour des actions offensives. Est-il possible que le régime de Kiev, ou des factions en son sein, ait utilisé ce plan et l’ait mis en action ?

Des sanctions sont déjà appliquées et une rhétorique hostile abonde. Nous ne pouvons qu’espérer que cette fois le public saura la vérité. Mais étant donné que les enregistrements de vol et vocaux, remis à l’équipe d’enquêteurs malaisiens sur la scène du crash, sont maintenant entre les mains des autorités britanniques, que Kiev a confisqué les enregistrements vocaux des contrôleurs aériens d’Ukraine et ne va pas les rendre disponibles et que l’armée américaine ne publie pas ses données radar et satellite brutes, les chances d’obtenir des versions non trafiquées sont minces.

Ce qui nous reste c’est le sentiment de ne pouvoir faire confiance à quoi que ce soit venant des médias dominants et de ne devoir compter que sur les efforts des médias alternatifs pour connaître le fin mot de cette tragédie.

Source:  Global Research

Traduction: BBB (Hélios et Valérie)

Commenter cet article

gwendal 29/07/2014 00:35

Bon, pour savoir ce que j'en pense (salut Martine :) ), voir mon com sur "Le pays du goulag levant".
La manip USA sur l'Ukraine est évidente.

Éric G. Delfosse 28/07/2014 22:44

Il y avait déjà des drones en 62 ?

gwendal 30/07/2014 00:05

J'ai remarqué ça aussi dans l'article...
Mais, bon, vu qu'on nous cache au bas mot 100 ans de technologie, ce ne serait pas surprenant.

Nous sommes sociaux !

Articles récents