Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Lettre ouverte à l’usage de quelques chercheurs de vérité

Publié par David Jarry - Webmaster sur 4 Août 2014, 15:17pm

Catégories : #Courrier des lecteurs

Bonjour, Je me permet de vous transmettre cette "Lettre Ouverte" parce qu'elle est très intéressante et qu'elle remet en question la popularité incroyable de la non dualité en occident, ainsi que certains faits dont personne ne voudrait causé.

Bonne lecture et bonne journée.

 

A

Lettre ouverte à l’usage de quelques chercheurs de vérité

Quand on pratique vraiment la spiritualité et que l'on considère ainsi avoir une vie spirituelle, sous-entendu que la vie spirituelle et la vie quotidienne ne se distinguent plus l'une de l'autre, on ne peut pas s'encombrer de toute une panoplie de disciplines, pratiques et techniques méditatives, de connaissances sacrées purement conceptuelles pour ne pas dire théoriques ou dogmatiques, de commentaires métaphysiques appartenant à différentes traditions, d’enseignements, de livres et de pensées, qui tôt ou tard vont inévitablement se contredire.

Il faut être capable de revenir instantanément à l'essentiel et disposer de pratiques très simples, si ce n’est une seule, qui permettent au mental de s'apaiser rapidement pour finalement s’estomper en attendant la grande libération, c’est-à-dire la réalisation du Soi.

Pourquoi ?

Parce que le mental est à l’origine de la souffrance et non l’ego comme l’enseignent la plupart des Néo Advaita gourous, qui ne sont même pas capables de comprendre les principes fondamentaux de l’Advaita Vedanta, ce qui ne va pourtant pas les empêcher d’enseigner cette connaissance sacrée comme s’ils étaient soudainement devenus d’honorables Gourous suite à une petite expérience spirituelle.

Et ils omettront bien sûr le nom de cette connaissance afin d’éviter tout problème avec des experts en la matière.

Cette expérience leur aurait apparemment montré monts et merveilles, et surtout la « non-dualité » de toute chose, du fait qu’ils ont tous lu comme par hasard et sans exception, avant ou après leur expérience, au moins un livre de Ramana Maharshi pour enrichir leur enseignement ou le créer tant bien que mal de toutes pièces, comme c’est le cas entre autres pour ce très cher Mooji, qui joue le rôle du gourou à la perfection dans toute sa splendeur, et qui n’a malheureusement rien compris au Vedanta ni ce que lui a enseigné son Gourou Papaji, ce qui semble à vrai dire le cadet de ses soucis.

Mais ces Néo gourous ont tous une si bonne tête toujours souriante qu’on ne peut que leur pardonner et leur acheter au moins quelques CDs, DVDs et une photo de leur portrait après un Satsang en souvenir de leur performance digne d’un clown.

Qu’il soit dit en passant que fonder toute une spiritualité sur l’annihilation de l’ego comme le font ces Néo Advaita gourous est purement absurde et ne correspond en plus pas du tout aux enseignements du Vedanta. « Ahamkar », l’identité personnelle, c’est-à-dire le moi, la conscience de soi en tant que personne ou encore l’ego, n’a jamais été à l’origine de la souffrance ni même celle de l’ignorance qui cause tant d’illusions.

Mais où ces Néo gourous ont-ils bien pu découvrir dans tout l’Advaita Vedanta et autres véritables enseignements traditionnels qu’il fallait se libérer d’une identité personnelle, qui est évidemment indispensable pour vivre normalement et communiquer intelligemment ?

Imaginez simplement ce qui arriverait si soudainement vous ne pouviez plus vous référer à vous-même et perdiez la conscience de propre existence en tant qu’individu séparé des autres pour simplement exprimer vos propres pensées, qui ne seraient évidemment alors plus les vôtres.

Ou qu’arriverait-il si vous aviez envie de vous gratter les fesses et ne fassiez pas la différence entre vous-même et les autres ?

Même un vrai libéré deviendrait totalement fou et s’attirerait de sérieux problèmes. La libération que ces Néo gourous préconisent ressemble plutôt à une espèce de lobotomie insensée et aussi folle que leur sagesse, qui n’a aucun rapport avec la vraie spiritualité.

Alors que sont ces pratiques essentielles et principes fondamentaux de cette spiritualité ? Vous les connaissez déjà sans le moindre doute, mais probablement noyés dans une masse de faux enseignements et connaissances beaucoup trop sophistiquées pour être applicables dans les faits et gestes de la vie quotidienne que nous vivons tous, y compris les superstars de la nouvelle vague spirituelle très populaire de nos jours.

Ramana Maharshi a toujours et seulement à vrai dire enseigné le Dharma et Vichara qu’il a développé en une simple question pour que cette technique soit plus compréhensible au commun des mortels, cette question étant "Qui suis-je ?".

Comme le démontrent Shankaracharya, Gaudapada, Yajnavalkya ou Vashishta, cette pratique est au centre de tous leurs commentaires sur la spiritualité et du Vedanta Advaita dans sa totalité.

La vérité se découvre et se réalise en pratiquant une introspection méditative et bien sûr en demeurant pleinement conscient de ce qui se passe à l’intérieur de soi. « Chit » en Sanskrit, la conscience et faculté d’être purement conscient, est évidemment le principe fondamental de la spiritualité.

C’est si évident dans toutes les traditions orientales ou occidentales que l’on pourrait se demander ce que serait une libération ou une révélation aussi sublime soit-elle si l’on n’en était pas conscient.

Si la conscience n’était pas le principe fondamental de toute existence, découverte, expérience et connaissance, qu’est-ce que cela pourrait bien être ?

A quoi se résume donc cette recherche du Soi ou introspection (du Latin introspicere : regarder à l’intérieur) ?

Vichara se pratique assis, comme la plupart des autres techniques méditatives, de manière à bien comprendre et expérimenter le pourquoi et comment de cette pratique en fait extrêmement simple où il n’y a rien à « faire », mais seulement « être et en demeurer pleinement conscient ».

Et Vichara se pratique bien sûr aussi dans la vie courante, à tout instant et à chaque fois que l'on s'en souvient. Certains appellent cela la méditation dynamique, « mindfulness » en Anglais, Sati, l'attention vigilante... Peu importe le nom qu'on lui donne, l'essentiel est de comprendre que cette pratique consiste à tout simplement demeurer conscient et ainsi exister pleinement ou en d’autres termes « découvrir la plénitude de l’être » partout et tout le temps. C'est tout !

Et c’est plus que suffisant pour une vie entière de recherche spirituelle. Et cela évitera aussi de se disperser dans une multitude d’autres pratiques, qui ne sont pas inutiles, mais qui conduiront tôt ou tard à cette introspection et la question « Qui suis-je ? ».

C’est bien de pratiquer différents exercices spirituels et en changer régulièrement pour mieux en apprécier leur qualité, encore faut-il savoir qui est celui qui les pratique pour en découvrir sa vraie nature ?

Cela semble évident. Dans l’Advaita et le sacré toujours concernés par l’origine et la vraie nature de toutes choses, il y a avant tout beaucoup d’évidences et de bon sens. C

e type d'introspection que l’on nomme Vichara se résume à accepter les manifestations de la vie intérieure ou du monde extérieur avec un état d'esprit paisible et parfaitement attentif, qui n'oublie surtout pas la présence de la faculté d’être conscient à l’origine même de cette recherche.

On n’essaie pas d’empêcher les pensées de se manifester ni les actes de la vie quotidienne de s'exécuter naturellement ou les sensations et émotions d’apparaître à l'intérieur de soi. Toute manifestation est acceptée telle quelle, mais avec une attention et un état d'esprit pour ainsi dire conscient de lui-même.

Voilà pour la pratique, qui est très simple, facile et à laquelle on peut toujours revenir en toutes circonstances, ce qui est le facteur le plus important pour spiritualiser entièrement la vie intérieure, ainsi que la réalité spatiale et temporelle dans laquelle nous nous trouvons en permanence.

Ce que l'on vit à chaque instant est le terrain le plus parfait qui puisse exister pour pratiquer la spiritualité et la recherche de libération, et aussi pour tester si cette spiritualité sert vraiment à quelque chose parce qu’elle s’adresse à un être vivant, qui en général souffre ou pour le moins éprouve de profondes insatisfactions dans sa propre vie, et non pas à Brahman, le Soi ou la conscience universelle, qui eux incarnent une félicité infinie et éternelle et qui n’ont évidemment pas besoin d’être aidés ou libérés.

Aucun vrai Gourou n’enseigne à vrai dire comment entrer en transe ou vivre des expériences plus ou moins mystiques ou franchement psychédéliques. Ce n'est pas du tout le but de la recherche de réalisation du Soi, de l'expérience de la non-dualité, de Sahaja Samadhi ou Turya, un état d’esprit que l’on considère libéré. Un vrai Gourou est censé apporter la lumière de la connaissance, qui dissipe les ténèbres de l’ignorance. Cela n’a aucun rapport avec Nirvikalpa Samadhi et autres extases mystiques de ce genre.

Et la vie continue bien sûr quoi qu’il arrive…, avec ou sans expériences spirituelles libératrices.

C'est pourquoi cette pratique de Vichara a toujours et obligatoirement lieu dans « le cadre du Dharma », comme toutes autres disciplines spirituelles d’ailleurs, autrement dit sur une voie juste et correcte où l'on accepte la réalité telle qu'elle est sans se mentir sur soi, les autres et le monde dans lequel on vit réellement, mais surtout sur soi pour une raison si évidente qu'il n’est pas nécessaire de la commenter.

Le sujet de cette lettre est la spiritualité et découverte de soi, la vérité et « la libération personnelle ». Il va de soi en effet que l’on n’effectue pas ce genre de recherche spirituelle pour libérer le voisin de ses souffrances, mais pour lui rendre à la rigueur la vie plus paisible et l’introduire aussi pourquoi pas à la spiritualité si cela l’intéresse, sinon la règle d’or la plus évidente est comme d’habitude le « respect des autres » propre au Dharma, mais aussi à tout être civilisé digne de ce nom. En résumé, l’essentiel de la vie spirituelle est extrêmement simple. Il faut obligatoirement pour spiritualiser notre propre existence « un Dharma », autrement dit demeurer juste et correct en toutes circonstances, autant avec soi que les autres et l’environnement, et il faut une discipline spirituelle que l'on peut pratiquer partout et à tout instant, et qu’il faut aussi expérimenter plus profondément dans des moments d'isolement et de paix absolument parfait, et cela en principe 2 fois par jour, le matin après le réveil et le soir avant de se coucher.

Le Dharma et l’expérience d’une pratique spirituelle quotidienne déterminent une véritable recherche spirituelle, celle que plus personne ou presque ne veut encore enseigner.

Actuellement les Néo gourous suppriment en particulier le Dharma parce qu'ils ne veulent surtout pas importuner leurs clients avec des préceptes éthiques (un concept totalement maudit dans tous leurs discours), qui pourraient déranger leur petit confort mental, ou avec des concepts tels que la bonté et la compassion, qui pourraient aussi leur faire oublier leur recherche narcissique du bien-être si rentable pour les gourous charlatans qui l’enseignent. Et ce Dharma est bien sûr systématiquement remplacé par des soi-disant Satsang ou conférences, qui seraient capables de transmettre comme par enchantement la Shakti, la connaissance et l’illumination, autrement dit « l’éveil », le grand mot à la mode actuellement.

Mais du fait que tous ces Néo gourous ne sont rien de plus que de pitoyables imposteurs, personne jusqu’à présent n’a réalisé le Soi et est devenu un Jivanmukta, une âme libérée, grâce à ce genre de rencontres, qui se voudraient plus ou moins magiques, comme l’explique si bien Tony Parsons pour essayer de valoriser son enseignement d’une nullité sans borne. Mais du fait qu’il a étudié en long en large et surtout en travers l’Avadhuta, Ribhu et Astravakra Gita pendant de très nombreuses années et sans ne jamais comprendre les fondements d’enseignements aussi élevés, il s’estime au sommet et même bien au-dessus des gourous traditionnels comme Ramana Maharshi par exemple qu’il n’hésite pas à ridiculiser lors de ses Satsang.

Il ne reste alors plus qu’à applaudir le bouffon. Le seul problème dans tous ces enseignements Néo Advaita et New Age, très amusants et surtout rentable pour les soi-disant gourous qui enseignent, mais beaucoup moins pour leurs clients lorsqu’ils découvrent l’imposture, est que l'on ne peut pas pratiquer la spiritualité et effectuer une recherche spirituelle sans le Dharma. Cela n'aurait pas de sens. Seul le « Dharma » donne une véritable signification spirituelle, éthique et sociale à une recherche aussi égocentrique et même purement égoïste que celle de la libération ou de la réalisation du Soi, une recherche qui se veut évidemment libérer l’individu qui l’effectue, le libérer lui et lui seul.

En d’autres termes très simples, pas de Dharma pas de spiritualité et la recherche de libération n’est rien de plus qu’une farce.

Pour prendre un très simple exemple afin de mieux comprendre le contexte spirituel que représente le Dharma en lui-même et sa nécessité impérative, comment pourrait-on découvrir la vérité suprême, c’est-à-dire réaliser le Soi, sans avoir recours par exemple à « Satya », véracité, honnêteté et sincérité (le premier Yamas sur le Dharma), autrement dit en cherchant sincèrement la vérité et bien sûr en étant vrai avec soi-même et les autres pour découvrir ainsi quelque chose de vrai dans la vie, si ce n’est la vérité suprême elle-même.

Qui peut décemment imaginer que la libération et la vérité, qui ne sont que des mots interchangeables dans le contexte spirituel, s’obtiennent en continuant à mentir aux autres et à soi-même et en faisant preuve d'hypocrisie pour simplement satisfaire des petits désirs personnels ?

Comment pourrait-on sincèrement chercher le bonheur pour nous-mêmes et ignorer l’existence des autres ?

Ce serait tout bonnement une absurdité et une absence totale d’équilibre dans le mental que l’on essaie en principe d’apaiser en attendant son propre anéantissement – même un enfant le comprendrait sans grande explication. Mais c'est justement ce que représente la soi-disant Néo spiritualité et « sagesse folle » actuelle, qui est à vrai dire une parfaite représentation du « culte du moi » et la glorification du pouvoir du mental, autrement dit de l'égoïsme, de l'avidité et de l'hypocrisie.

Et ce ne sont pas des stages de pensées positives où l’on apprend en réalité à perdre tout esprit critique et devenir complètement niais, qui risquent d’anéantir ce culte.

 

Est-il alors nécessaire d'expliquer qu'une telle spiritualité conduit tôt ou tard au déséquilibre mental et dans certains cas la dépression et le suicide dont on parle très peu actuellement dans les milieux spirituels bien informés, mais qui deviennent aussi de plus en plus courants comme s’en rendent compte des psys dans le milieu médical ou des vrais maîtres spirituels, qui récupèrent des disciples totalement brisés psychologiquement grâce à l’enseignement d’autoproclamés Néo Advaita gourous très connus… en particulier pour la qualité de leur commerce et la publicité qu’ils se font à moindres frais sur Internet ?

 

Ce type de spiritualité que l'on appelle Néo Advaita ou non-dualité se résume à jeter de l'essence sur un feu pour l’arrêter. Et le mental adore le feu et il est prêt à payer cher pour ce genre d'enseignement, qui flatte son caractère aussi longtemps que cela l’excite et ne le brûle pas trop. Mais ce feu qui l'a enthousiasmé pendant un certain temps avec des slogans dans le style "Vous êtes déjà libéré et absolument parfait. La réalité n’est que la projection de vos pensées. Vous êtes la conscience universelle et le Divin en personne. Les pratiques spirituelles sont inutiles parce qu'elles renforcent la présence de l'ego qui les pratique. Soyez positif et ne cherchez surtout pas comprendre. Toute réalité est une illusion, autrement dit soyez ce que vous êtes et ne vous préoccupez pas des autres. Votre petit bien-être égoïste est tout à fait naturel puisque tout le monde est égoïste et cherche le bien-être. Ce n’est pas de votre faute ni votre responsabilité, mais le problème de ‘votre ego’. La spiritualité traditionnelle était bonne pour des primitifs, qui vivaient dans des grottes perdues dans l’Himalaya et qui ne pouvaient décemment pas connaître la psychologie transpersonnelle. Ne croyez pas vos pensées, ce ne sont que des pensées crues. Etc.", et bien ce feu démagogique et enseignement insensé pour ne pas dire franchement stupide est le pire des poisons présenté sur un magnifique plateau d’argent en guise de spiritualité non-duelle, évolutionnaire ou autres en fonction des goûts du jour. Quand, dans une de ses dernières vidéos sur YouTube, un Néo gourou dénommé Gérard, docteur en médecine et psychothérapeute selon ses dires, ose demander à une femme de toute évidence très fragile si elle a déjà vu son ego, comme s’il était possible d’observer une identité personnelle (plus ou moins diabolique) dans le cerveau, je me demande vraiment s’il prend les gens pour des imbéciles. Mais cela ne l’empêchera de continuer à manipuler cette pauvre femme et de la harceler avec d’autres idioties de ce genre jusqu’à ce qu’elle craque psychologiquement et fonde en larme. C’est ce qu’il appelle « l’éveil » spirituel. Et il finira son entretien avec la remarque « Bienvenue au club ».

Non merci, surtout pas !

https://www.youtube.com/watch?v=Zfcdrv2evoE  

Ce genre d‘enseignements insensés fondés sur des absurdités, la démagogie et une recherche de pseudo bien-être conduit en vérité le disciple à plus d'égoïsme, d'avidité, d'hypocrisie et surtout à toujours plus d’illusions, les mêmes caractéristiques mentales, qui le faisaient déjà souffrir avant même de commencer une recherche spirituelle dont l’objectif était justement de l’en purifier et surtout le libérer du mental. On peut alors dire sans se tromper que ce chercheur de vérité est parti à reculons sur la voie de la libération grâce aux enseignements Néo Advaita et New Age.

Il ne lui reste alors plus qu’à remercier les soi-disant gourous, qui l’ont conduit sur cette voie de la libération, mais malheureusement dans le mauvais sens. Pas de chance ! Et pendant tout ce temps, la recherche spirituelle de tous ces braves gens a été une affaire très rentable pour la bande de gourous, qui sont toujours prêts à organiser avec bien sûr beaucoup d’amour et de compassion des conférences, stages et retraites en tout genre dans la mesure où elles procurent encore plus de satisfaction bien narcissique à leurs clients et qui surtout souhaitent leur vendre un maximum de livres, CDs et DVDs, qui dérangent beaucoup moins la vie très méditative du gourou paisiblement assis au bord de sa piscine ou ailleurs en rigolant de son propre enseignement et de la naïveté de ceux qui le suivent. Lui a très bien compris ce qu’est la valeur de la libération qu’il propose à ses clients, valeur financière évidemment.

 

Comprenez bien qu'un simple CD ou DVD vendu à plusieurs millions d'exemplaires, comme c'est le cas pour tous les grands gourous internationaux, en particulier américains, bien connus sur Internet, rapporte à son auteur plusieurs millions de dollars ou d'euros multipliés au minimum par 10, mais souvent beaucoup plus (tout dépend de l’avidité du gourou en question). La spiritualité n'est pas un petit commerce pour les imposteurs dans le style Eckhart Tolle, qui n’hésite pas non plus à demander 150 dollars pour assister, assis au milieu de centaines d’autres gens, à une de ses conférences, Deepak Chopra qui s’est surtout fait connaître en publiant des livres pour réussir dans la vie et ne pas vieillir et que l’on ne peut décemment pas considérés très spirituels, Gangaji, Adyashanti et la centaine d'autres charlatans en tête d'affiche. Leur fortune personnelle obtenue grâce à la spiritualité s'évalue au minimum en millions de dollars, voire beaucoup plus (le magazine « Forbes » estime la fortune personnelle du gourou américain Oprah à un minimum de 3 milliards de dollars).

N'oublions pas non plus, ce qui est le comble de tout ce commerce du sacré, qu'il s'agit de spiritualité et Néo Advaita enseignés par de soi-disant gourous, qui ont récupéré sans vergogne et réadapté l'enseignement de tout le Vedanta et du Bouddhisme, de Ramana Maharshi et autres authentiques Gourous, obtenu la plupart du temps gratuitement ou à très bon marché en Asie pour le revendre à prix d'or en occident. Merci au Bouddha, Shiva, Ramana Maharshi et Papaji qui n’ont jamais demandé un centime à ses disciples !

Mais les Néo gourous actuellement préfèrent les oublier, décrocher les tableaux et ne pas rendre hommage à la source d’informations à l’origine de leur enseignement. Cela évite à leurs disciples de s’égarer trop loin du troupeau et surtout d’aller consommer dans la boutique d’un autre.

Est-ce que cela signifie que la vraie spiritualité passe forcément par la souffrance, la misère, l’altruisme, le renoncement et l’austérité d’une ascèse surhumaine, que c'est une forme de masochisme obligatoire sinon ce ne serait pas vraiment de la spiritualité, qu’il faut vivre comme un mendiant dans la rue pour être pris au sérieux ?

Alors pour les simplistes qui se poseront inévitablement ce genre de question, je leur demanderai si être bon, respectueux et correct dans la vie et dans leur pensées est une nouvelle forme de torture, si demeurer pleinement conscient de ce qu’ils sont, de leur psychologie personnelle, leur vie intérieure et le monde dans lequel ils vivent vraiment, en tant qu'être humain sans se prendre pour Dieu, Brahman ou le Soi, est une voie de la souffrance, et si se regarder en face en pratiquant Vichara, c’est-à-dire en demeurant pleinement conscient de la réalité telle qu’elle est, est forcément monstrueux.

 

Que ceux qui puissent comprendre ouvrent les yeux sur ce qu’on leur vend au nom de la spiritualité et du sacré.

Hari Om Tat Sat mel patrick

https://sites.google.com/site/advaitaminima/ N'hésitez pas à faire circuler cette lettre ouverte à tous ceux qui seront capables d'en comprendre la signification et la publier si vous le souhaitez.

Pour les autres avec leur Néo PayPal gourous, on ne peut que leur souhaiter bonne chance et qu’ils n'oublient pas que Prozac les attend au bout de leur narcissique cheminement spirituel avec un grand sourire :-)

Transmis par Alicea pour Le nouveau Paradigme

Commenter cet article

didier 15/09/2016 23:51

Bonjour,
Je crois qu'il y a de la place pour chacun sur cette planète, autant pour un Tony Parsons qu'un Ramana et toute la liste habituelle.
Tolérance est un mot que j’apprécie assez.
Tout ce que vous pouvez écrire sur le silence. Franchement ça m'épate.
Bien à vous.
didier.

Personne 22/08/2016 12:22

Pitié, pouvez-vous, vous, les occidentaux en particulier, vous référer à vous-même au minimum et arrêter inlassablement de vous référer à des illuminés soi-disant plus sages que vous ?? Vous avez des certitudes qui dépassent de très très loin celle des adeptes des sectes les plus fanatiques !! Comme si ce que vous assénez avec une suffisance nauséabonde était LA Vérité absolue ???
Vous me faites penser aux "savants" du moyen âge, qui du haut de leur sagesse immuable soutenaient que la Terre est plate ! Imaginez si un malheureux, à cette époque des ténèbres, leur avait parlé de dinosaures ?? Etes-vous bien sûr que vous soyez, noyer de tant de pseudo connaissances que vous soyez prêt à entendre autre chose, allant jusqu'à remettre vos propres convictions en question ?? Etes-vous prêt à entendre parler à votre tour de... "dinosaures" ?? Vous parlez de dualité, de concept et de culture complètement différente de celle des Occidentaux, ceux les plus éloignée de toutes traditions, du moins européennes ? Seriez-vous de ceux qui croit (et le verbe là est choisi à dessein) que le fait qu'une personne ayant un QI plus élevé que la moyenne soit donc plus intelligente que son prochain ! Confondriez-vous connaissance, intelligence, sagesse et... spriritualité ? Où ces quatres préceptes sont pour vous indéfectiblement liés ?? Et tous ceci avec tellement d'arogance !? Avant de nous parler de "vérité" et de dénigrer ceux qui ne pensent pas comme vous, de grâce, balayez devant votre porte !!

Gamic 22/08/2016 12:49

Chère Personne,
Pourquoi réagissez-vous avec tant de virulence ? Qu'est-ce que ça touche chez vous pour vous faire sortir ainsi de vos gonds ? Le problème ce n'est pas les autres : c'est VOUS qui VOUS posez ce problème, alors, il faut découvrir pourquoi. Parce que si votre vie est à l'image de votre message, elle est pleine de confusion. Si je dis ça, c'est pour vous : faites-en ce que bon vous semble !

cedric 24/05/2015 18:02

Voilà enfin une bonne chose de dite, parce que c'est vrai et que la vérité et la spiritualité, c'est la même chose. Et d'ailleurs, l'amour et la vérité aussi : quand on aime quelqu'un vraiment et que cette personne fait une grosse erreur, on ne se "tait" pas pour ne pas lui faire de peine ou pour éviter un sujet désagréable. Et c'est tout à l'honneur de l'auteur de cette lettre que d'avoir dénoncé des dérives qui confortent chacun dans ses propres illusions en cherchant non la liberté (qui est la même chose que la vérité, décidément, la vérité est tout et celui qui en est privé est privé du tout !), mais le bien-être : une confusion terrible. Mais toute la vérité, c'est qu'il n'y a pas d'abuseurs spirituels sans abusés spirituels sinon consentant du moins collaborant. Quand on cherche vraiment la vérité, on la trouve et on ne se laisse pas berner longtemps. Je parle par expérience personnelle : j'ai été attiré par le New Age, et les techniques de développement personnels (et de pouvoirs parapsychologiques ; et pourquoi pas ?). Il est vrai qu'à l'époque, j'étais très jeune, à peine 10 ans, et je ne savais pas ce que je cherchais : une sorte de principe absolu qui explique tout et que rien n'explique, avec le pressentiment que s'il existait, il pouvait être trouvé par quiconque le cherchait sincèrement, sans dépendre de nos dons personnels de culture ou d'intelligence, ni des circonstances extérieures ; mais au-delà de ça, je n'en savais rien de plus. Mais comme je cherchais vraiment la vérité, toute la vérité, mon meilleur et unique maître finalement fut mon désir - je n'ai pas trouvé quiconque qui soit en mesure de m'accompagner, bien que j'ai cherché quelqu'un qui connaisse vraiment, d'une connaissance directe et non livresque, ce que je cherchais moi-même, l'Absolu -. Quand on a "cela" en soi, ce désir absolu de l'Absolu, on ne peut se contenter de moins, et c'est cela qui m'a permis de dépasser mes illusions au fur et à mesure que je les rencontrais dans ma vie (car c'est la vie le lieu de la spiritualité, et non les satsangs ni les rencontres en petit comité) : ce fut parfois très douloureux, mais salvateur. Car il ne faut pas s'attendre à réaliser la Vérité bien confortablement : c'est dans l'épreuve de la vie en sa totalité - tous domaines confondus : professionnel, social, familial, intime -, qu'on réalise le réel et non seulement dans un coin de sa tête ou pendant des moments aménagés de solitude. La vérité n'est pas un objet de connaissance ou de jouissance, mais un acte : on fait la vérité, on ne la détient pas et on ne la trouve pas comme on trouve un objet (même mental ou spirituel tel que l' "éveil"). Faire la vérité, c'est toujours regarder les choses telles qu'elles sont : tout ce que nous ne voulons pas voir devient un poison qui nous rongent, malgré que nous arrivions souvent à sauver les apparences. Mais il faut ouvrir les yeux pour voir, et c'est ce que presque personne, vraiment presque personne, ne veut faire. Nisargadatta avait confié à un disciple qu'après toute une vie d'entretiens, il n'y en avait qu'un qui avait compris ce qu'il disait : un seul, Maurice Frydman, le premier à avoir publier ses entretiens. Krishnamurti avouait à la fin de sa vie que malgré les dizaines de milliers de personnes rencontrées en 60 ans de témoignage, malgré les centaines de milliers de lettres reçues de millions de lecteurs, à sa connaissance personne n'avait atteint la conscience à laquelle il n'avait cessé d'inviter ses semblables, et très peu nombreux étaient ceux sur qui son enseignement avait eu un impact réel. Voilà la vérité. Si les (vrais) maîtres sont rares, c'est que les (vrais) disciples le sont aussi : si les (faux) maîtres sont nombreux d'une majorité écrasante, c'est que les (faux) disciples le sont aussi. Il n'y a pas à les condamner : personnellement, c'est parce que j'y ai été obligé par une nécessité intérieure incoercible que j'ai vécu une libération que toutes les psychanalyses et psychothérapies du monde sont incapables de donner ; pourquoi ai-je eu cet appel ? Pas parce que j'étais meilleur en tout cas, ça c'est certain ! Donc mystère et compréhension aussi pour ceux qui ne veulent pas voir la réalité telle qu'elle est : mais encore une fois, quand on a des enfants et si ils commettaient une grave erreur, tout en respectant totalement leur liberté, nous le leur dirions quoiqu'il nous en coûte ; de même, si nous aimons nos semblables vraiment, on ne peut pas se taire sous des prétextes fallacieux. Celui qui aime me comprendra !

vyninho 09/08/2014 05:19

Bonjour !!!

Texte percutant mais qui se contredit dans son message. On parle d ethique et ca crache sur les autres.
Pour ma part s y on est dans le chemin de l eveil, on ne fais que respecter nos voies ou celle des autres. Si les autres tombent dans le piege de l illusion bah tant pis, c est leur experience ( conscient ou manipule) leur libre arbitre. Il peut debattre avec ses gourous. ( il tombera ou rencontrera son contraire pour pouvoir exister ou se connaitre) il n y a pas de bien ou de mal, tout est question de perception. Seulement a nous de faire le choix a chaque etape de la vie ( on ne gagne pas a tout les coups). On est dans la matiere ou tout est energie donc tout change.
a bon entendeur.

Alicea 25/08/2014 07:50

Il y a une différence certaine entre éthique et critique, cracher sur les autres et denoncer le commerce de leur spiritualité. Si vous êtes un adepte de la pensée positive à tout prix, sachez que la pensée en général permet de discerner le vrai du faux, un véritable enseignement spirituel du joli rêve que l'on vous vend actuellement sous le nom de "non dualité".
Et si selon vous il n'y a rien de bien ou de mal, souvenez-vous en le jour où vous rencontrerez votre "contraire". Là peut-être que vous aurez une autre "question de perception".
Alicea

Pioupiou 06/08/2014 12:32

et bien voilà un article plein de venin, il démontre une chose; l'auteur n'est pas prêt de réaliser le Soi! je ne peux que l'inviter à lire Shankara ou de se pencher sur le Shivaïsme du Cachemire
Bref une frustrée, qui a été incapable de vivre la Vérité.... et surtout qui a un très gros problème avec l'argent!

Alicea 25/08/2014 07:33

Je ne pense pas que l'on ait besoin d'avoir des problèmes d'argent ou même être en colère pour dénoncer le commerce de la spiritualité actuelle.
Quant à étudier Shankara (Sri Shankaracharya), l'auteur de cette lettre semble le connaître très bien puisqu'il a traduit en français sur son site certains écrits de son enseignement.
Quant à la "frustrée incapable de vivre la Vérité" que je serais d'après vous, je le prends comme un simple transfert d'identité psychologique que vous projetez sur "l'autre".
Bonne journée et essayer de vivre un peu moins avec votre inconscient qui sent le venin.
Alicea

pascal 05/08/2014 16:38

moi je suis surpris de lire quelqu un qui prone le respect et qui nous livre un texte plein de haine.
mais peut etre n ai je pas la bonne definition du mot respect..
autre chose:cette personne n a t elle pas un probleme au rapport a l argent?
meme si tout est discutable,je n adhere pas..je sens beaucoup d aigreur.
et pour info je travaille tous les jours dans une usine pour gagner ma vie et ne suis le guru de personne.
bien a vous

Alicea 26/08/2014 17:30

Cher Pascal,

Et bien moi aussi j’ai été surprise de lire cette Lettre Ouverte, mais pas pour les mêmes raisons que vous. J’ai en effet eu du mal à croire qu’enfin, il y ait une personne dans le domaine francophone qui dénonce l’imposture du mouvement Néo Advaita, alors qu’aux Etats Unis et d’autres pays anglophones, c’est déjà fait depuis de nombreuses années par Dennis Waite qui a écrit un livre sur ce sujet traduit en français, Geoffrey Falk qui a aussi écrit un livre disponible gratuitement sur Internet et non traduit, John LeKay qui a un site “Non Duality Magazine” dédié à toutes les questions que personne ne souhaite poser, Timothy Conway et quelques autres. Quand je me permets de reprendre le mot “imposture”, c’est uniquement parce que c’est le seul qui exprime correctement ce qu’est cette nouvelle spiritualité fondée sur la tromperie, le mensonge et le commerce du sacré.

Je dois vous dire avant tout que je vous ai gardé en dernier pour répondre à votre commentaire parce que je ne doute pas de votre sincérité et honnêteté dans votre recherche spirituelle. Les quelques pensées et informations que vous transmettez en témoignent sans aucun doute, mais elles montrent aussi que vous n’avez pas bien compris ce que l’on vous vend actuellement sous le nom de “spiritualité”.

Il va de soi en effet que vous n’avez pas la même définition du mot “respect” que celle de Mel Patrick, l’auteur de cette Lettre Ouverte. Pour éviter toute polémique sans intérêt, prenons par exemple les définitions que l’on trouve dans le dictionnaire “Petit Robert” et vous allez comprendre que l’on peut respecter la spiritualité et en même temps dévoiler une imposture qui n’a pas de rapport avec la spiritualité, mais que les Néo gourous appellent néanmoins par le même nom.

“Respect” signifie en premier, selon le dictionnaire, “Le fait de prendre en considération” et le mot “considération” signifie “Action d’examiner avec attention. Observations sur un sujet. Motifs et raisons que l’on considère pour agir. Estime que l’on porte à quelqu’un”. Sur ce plan, je pense que l’on peut affirmer sans se tromper que l’auteur a vraiment pris en considération le sujet de sa lettre qui n’est autre que “Spiritualité versus Néo Advaita”. Quant à l’estime que l’on porte à quelqu’un, il est évident que cette estime revient aux vrais Maîtres spirituels comme Ramana Maharshi qu’il cite, et non aux imposteurs qui se font passer aujourd’hui pour des gourous. Vous devez comprendre, cher Pascal, qu’une lettre ouverte est généralement écrite pour critiquer quelque chose ou quelqu’un en fonction d’autres choses ou d’autres personnes, et rarement pour faire l’éloge de quoi que ce soit. Et elle aboutit généralement à une polémique pour réveiller un peu les esprits. C’est sa fonction.

En deuxième définition, nous avons dans le même dictionnaire “Sentiment qui porte à accorder à quelqu’un une considération admirative, en raison de la valeur qu’on lui reconnaît, et à se conduire envers lui avec réserve et retenue”. Idem, ce sentiment et cette considération reviennent aux vrais Maîtres spirituels que les Néo gourous essaient de singer. Quand vous avez par exemple un Richart Sylvester qui se fait passer pour rien de moins qu’un “expert” en matière de libération spirituelle dans un interview sur “Conscious TV” disponible gratuitement sur Internet, ma première réaction est d’hurler de rire quand on connaît la stupidité de cette personne. Et après l’interview qui ne me fait plus rire du tout, je pense qu’il mériterait une bonne réponse qui mettrait en valeur cette personne “inexperte” en toute matière, si ce n’est l’arrogance. Quand un Tony Parsons dans une vidéo aussi disponible gratuitement sur Internet se permet de ridiculiser Ramana Maharshi en prétextant que c’était un primitif même pas capable de s’habiller correctement parce qu’il a porté durant toute sa vie, selon M Parsons, des couches pour bébé, j’estime que c’est une insulte envers cette personne et aussi envers environ 1 milliard d’Indiens qui porte non pas des couches pour bébé, mais des dhautis (2 pièces de tissus traditionnels que l’on utilise comme slip, y compris les femmes). Quand ce même M Parsons n’affirme rien de moins dans une autre vidéo qu’il est le seul au monde à avoir enfin compris la quintessence de la spiritualité, je considère que c’est un affront et un outrage envers toutes les spiritualités qui ont existé jusqu’à présent et envers tous les Maîtres qui l’ont enseignée. Je pourrais vous citer de très nombreux autres exemples de ce genre, qui démontrent que cette nouvelle spiritualité est une imposture et que tous les Néo gourous qui enseignent cette imposture sont des charlatans. Et je vous assure que je suis très gentille avec eux en ne disant rien de plus à leur propos parce que je pourrais les qualifier d’autres noms beaucoup plus appropriés pour ce qu’ils sont. Alors finalement, est-ce que Mel Patrick ne respecte pas la spiritualité et ses vrais Gourous ? A vous de répondre ! Mais c’est sûr que son intention est d’attaquer tous ceux qui se permettent de les salir.

En troisième définition, vous trouvons pour le mot respect “Sentiment de vénération dû au sacré”. Je ne peux que remercier le “Petit Robert” parce que le vrai propos de cette Lettre Ouverte est justement le Dharma, la voie juste et correcte, pour ne pas dire sacrée, qui permet d’accéder à la réalisation du Soi et qui a été enseignée depuis des millénaires.

Et enfin en quatrième définition, nous avons “Considération pour une chose jugée bonne, avec le souci de ne pas y porter atteinte, de ne pas l’enfreindre”. Et on pourrait aussi ajouter avec le souci de la défendre si nécessaire comme le prouve très clairement cette Lettre Ouverte.

Comprenez, cher Pascal, que cette lettre révèle deux camps adverses, d’un côté une tradition et de l’autre une imposture pure et simple, et qu’il est impossible d’être tolérant avec des charlatans qui se moquent ouvertement des gens qui leur font confiance. Comprenez aussi que tous les vendeurs, que ce soit de spiritualité vendues dans tous les sens du terme ou d’aspirateur chercheront toujours à faire plaisir à leurs “clients” parce que c’est ni plus ni moins que leur travail qui le veut. Alors comment déterminer que ces pseudo gourous vous disent une vérité si vous avez compris que leur souci principale est de gagner de l’argent comme toute autre personne qui a une carrière professionnelle ? Mais peut-on considérer la fonction de “gourou” comme une profession ? A votre avis, pourquoi le Bouddha dans un de ses discours explique sans la moindre équivoque qu’il est formellement interdit de vendre le Dharma, sous-entendu un enseignement spirituel ? Pourquoi la tradition hindoue a toujours eu recours au concept de Sannyasin pour déterminer l’authenticité d’un Gourou ? Pourquoi tous les vrais Maîtres spirituels de toutes les traditions ont toujours fait preuve de sobriété et simplicité dans leur manière de vivre au lieu de s’acheter 96 Roll-Royces comme l’a fait un dénommé Osho, Rajnesh Bhagwan ? Quand Tony Parsons, libéré de tout comme il l’annonce ouvertement dans ces Satsangs, se vante dans un interview d’avoir eu une Porsche et que son dernier rêve serait de s’acheter une Lamborghini, je me demande sincèrement de quoi il est libéré et qu’est-ce qu’il peut avoir à enseigner aux autres, devenir aussi stupide que lui ?

La spiritualité a été très attentivement préservée de toute corruption pendant des milliers d’années et on est en train de la détruire. Pensez-vous qu’il faille respecter et remercier les imposteurs qui s’amusent à ce genre jeu d’imbêciles pour leur petite notoriété et de l’argent, pour simplement satisfaire “leur ego” ? Est-ce de la haine que de dénoncer cette corruption ? Est-ce que Mel Patrick a écrit cette lettre parce qu’il est “plein de haine” comme vous le dites ou plein d’amour pour un sujet qui semble lui tenir à coeur ? Pensez-vous sincèrement qu’il a “un problème par rapport à l’argent” comme vous l’écrivez alors qu’il offre gratuitement sur son site un livre de 500 pages qui a dû demander des centaines d’heures pour l’écrire et qu’il n’y a en plus rien à vendre sur son site, même pas un CD ou un DVD comme le font tous les Néo gourous. En ce qui concerne votre question concernant l’argent, je crois que vous devriez plutôt la poser à ces gourous qui cherchent par tous les moyen à en gagner toujours plus.

Je comprends votre réaction qui est naturelle et même saine, si en plus vous appréciez l’enseignement de ces Néo gourous sans vraiment avoir compris ce qu’ils enseignent, mais elle est un peu trop spontanée pour juger correctement l’auteur de cette lettre Ouverte. Poursuivez votre recherche de la vérité et vous verrez bien par vous-même s‘il n’est qu’un farfelu haineux avec des problèmes d’argent ou autre chose de plus sérieux.

Vous écrivez “Même si tout est discutable, je n adhère pas…, je sens beaucoup d aigreur”. Tout est en effet discutable et c’est ce que nous faisons sur Internet en particulier. Cela s’appelle la liberté de penser, et c’est bien de pouvoir en disposer. Et c’est encore mieux que vous n’adhériez pas à ce qui est écrit dans cette lettre parce qu’à présent, vous allez pouvoir persévérer dans votre recherche avec un esprit peu plus critique. Si vous êtes un vrai chercheur de vérité, vous n’avez pas d’autre choix que de discerner ce qui est vrai de ce qui est faux, faire la différence entre un vrai Gourou et un charlatan, une vraie spiritualité et une plaisanterie grotesque et coûteuse pour ceux qui y participent. Quant à l’aigreur que vous avez ressentie, j’espère que vous la digérerez après avoir lu ma réponse. Mais je suis bien d’accord avec vous, ce n’est pas une lettre d’amour envers le Néo Advaita.

Avant de vous quitter, j’aimerais que vous sachiez que j’ai transmis cette Lettre Ouverte en français et en anglais à plus de 500 personnes sur toute la planète, des Maîtres spirituels, tous les Neo Advaita gourous que je connais, des enseignants de tout genre dans le domaine de la spiritualité, des éditeurs de livres concernant ce sujet, etc. Et je vous laisse imaginer les réponses que j’ai pu recevoir. Je me suis fait des amis et des ennemis. C’est tout à fait normal quand on prend position sur quoi que ce soit dans la vie. La spiritualité n’a jamais été un prétexte pour se moquer de tout comme l’enseignent beaucoup de Néo gourous actuellement. Pensez-vous que la non violence de Gandhi par exemple lui a servi à ignorer les problèmes de l’époque où il vivait ou faire preuve de lâcheté ? Il ne faut pas prendre la compassion et le respect comme des moyens pour ignorer des réalités aveuglantes. De la part de ces Néo gourous, j’ai reçu une réponse très instructive qui vous éclairera peut-être sur ce qu’est vraiment le mouvement Néo Advaita.

Voilà ce que m’a répondu un petit gourou sans importance pour le moment, mais qui a quand même eu le courage d’exprimer très clairement ce qu’il pensait :

« Je ne vois pas de la même façon que nos ancêtres.
Ici il n’y a ni Patriarche ni Bouddha.
Bodhidharma ( Mooji, Gérard, Spira, Parsons,...)n’est qu’un vieux barbare puant.
Gautama (Jésus,Ramana, Papaji, Nisargadatta,...)est un vieux papier toilette desséché. »
Te-Shan (780-865)
Demeurer tranquille dans Ce qui n’apparaît pas et ne disparaît pas.
Relax , rien n'a d'importance.
Rien à défendre.
Aucune mission...

En d’autres termes, il n’en a plus rien à foutre de rien. C’est ça la spiritualité à votre avis ?

Un dernier petit détail avant de vous quittez, les enseignements spirituels traditionnels ont fait leur preuve sur des siècles ou des milliers d’années alors que le Néo Advaita n’existe que depuis une vingtaine d’années. Tirez-en une conclusion et demandez-vous pourquoi ce nouveau phénomène culturelle est soudainement devenu si populaire. Je vous assure que la réponse est facile à trouver. Cherchez par exemple dans le dictionnaire la définition du mot “démagogie”.

Je vous souhaite bonne chance dans votre recherche spirituelle et surtout de prendre conscience de ce qu’elle devrait être puisque vous vous efforcez de la vivre correctement. Et si comme vous le dites vous travaillez tous les jours à l’usine pour gagner votre vie et n’êtes le gourou de personne, comprenez bien que vous en savez infiniment plus sur la vie et la réalité que n’importe lequel de ces imposteurs qui veulent vous apprendre à vivre relaxé avec rien à défendre et tout sans importance.

Hé, un peu de Shakti s’il vous plaît !
La spiritualité n’est pas du “Ronron” pour les babas cool.

Alicea

PS : désolée pour la longueur de cette réponse à votre commentaire. Mais sincèrement, j’aurais pu vous en dire beaucoup plus. :-)

gwendal 04/08/2014 23:57

C'est une bonne mise au point!
Plus ça allait et plus je ne voyais que de l'égoisme (et la promotion de l'égoisme ...ce qui est très grâve)dans tous ces "diseurs de vérités" auto-proclamés.
En gros, ils disent tous "ne pense qu'à toi et les autres on s'en fout"...même s'ils prennent en général la précaution de dire que les autres s'en sortiront bien un jour...
Et bien non, on ne s'en fout pas des autres! Et la vie n'est pas une illusion. Elle est une expérience que l'on fait et qui est tout à fait réelle ...et avec pour but d'apprendre des choses sur nous et les autres et la vie en général.
Qu'il y ait une autre vie après cette vie, ça, peu de gens peuvent encore le nier. Mais, ce n'est pas une raison pour ne pas vivre pleinement celle-ci ...du mieux qu'on peut et en faisant le meilleur autour de nous.
La vie, c'est donc aussi aider son prochain, en fonction de ses capacités, mais pas juste de lui envoyer de l'amour... Et, quand on n'a pas de gros moyens financiers, il suffit d'être quelqu'un de bien pour simplement servir d'exemple !
La vie, c'est être correct avec tous les gens bien et même avec ceux qui ne font pas trop chier.

Ces abus de fausse spiritualité doivent s'arrêter!
Ceci explique que je me remet a pointer du doigt ce qui ne va pas dans ce monde ...enfin plus que les derniers mois ;) et toujours avec les bons mots, même s'ils gênent.

Hier, j'ai regardé le fim "le 5ème élément" ...encore.
Et je me suis dis que si notre société devenait comme celle du film, ça ne vaudrait pas le coup de la sauver, car l'humanité avait disparu de toute la vie ordinaire des gens.
Alors, n'attendons pas que notre société devienne aussi pourrie que dans ce film. C'est à nous d'agir, avec des mots (pas juste des bonnes pensées), avec des actions (pas juste des bonnes pensées), avec courage (pas juste avec des bonnes pensées)!
Il y a du ménage a faire dans nos lois, dans nos politiciens, dans nos décisions économiques, etc. Pointons du doigt tout ce qui ne va pas, et ce ménage se fera facilement!
Montrons que nous sommes conscients des problèmes et qu'on va corriger tout ce qui doit l'être!

Ensuite, si on bénéficie d'une "aide extérieure" ...parfait. Ce sera un bon bonus. Mais c'est notre vie, alors c'est à nous de faire ce qu'il faut pour la rendre enfin belle pour tout les humains sur la terre!

Alicea 25/08/2014 07:15

Cher Gwendal,
Je crois que vous avez compris le propos de cette lettre.
Une spiritualité qui fait l'éloge de l'égoïsme, l'irresponsabilité et la pensée positive au point de devenir un véritable lavage de cerveau est pour le moins très bizarre.
On peut quand même se demander si elle a la moindre utilité quand de vrais problèmes nous ramènent à la réalité qui soudainement ne semble plus du tout une simple illusion.
Alicea

tiana 04/08/2014 22:14

pourquoi cet article n'est il pas signe , ?? que la personne qui rédige ce texte se fasse connaitre, il y a des vérités ,concernant l'argent, il est vrai que d'aller voir un enseignant demande certaine finance,
mais de la a dire que ce sont des charlatans, je ne sais pas, c'est votre propos mais avez vous raison pour autant.... merci Tiana

Alicea 25/08/2014 07:02

Non seulement cet article est signé, mais le site de l'auteur est indiqué.
Quant à savoir si cette lettre décrit quelque chose de vrai sur le renouveau spirituel intitulée "non dualité", vendue actuellement, c'est à vous d'examiner ce qu'elle est et de voir par vous-même si ce commerce a le moindre rapport avec la spiritualité.
Merci d'avoir répondu à cette lettre qui ne vous laisse pas indifférente.

Ned 04/08/2014 20:32

Je transmets immédiatement aussi sur mon blog Merci .

Alicea 25/08/2014 07:03

Merci aussi !
Alicea

Chantal 04/08/2014 18:03

Hé bien David voilà qui fait du bien ! Parce qu'il y en a marre de cette prétendue spiritualité ! Ça suffit !
Merci à toi pour cette publication que je partage sur des forums dont le mien : pas sûre que ça plaise à tout le monde :O)
Bises ♥

Alicea Saraswati 24/08/2014 09:06

Voilà enfin une personne qui sait lire !

Bises 2

Alicea

Nous sommes sociaux !

Articles récents