Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Ebola : un test, conçu en France, diagnostique le virus en 15 minutes

Publié par David Jarry - Webmaster sur 22 Octobre 2014, 06:09am

Catégories : #Santé

Le Parisien: Un travailleur médical libérien tient dans ses bras un enfant contaminé par le virus Ebola, le 18 octobre 2014 au centre de traitement de MSF à Monrovia© Le Parisien Un travailleur médical libérien tient dans ses bras un enfant contaminé par le virus Ebola, le 18 octobre 2014 au centre de traitement de MSF à Monrovia

Il a la taille d'un ticket de métro et se colore si le résultat est positif : un test qui permettra de donner une réponse «en moins de 15 minutes pour tout patient présentant des symptômes» du virus Ebola a été mis au point par des chercheurs français du Commissariat à l'énergie atomique (CEA) et aux énergies alternative.

Baptisé eZyscreen, il sera utilisable «sur le terrain, sans matériel spécifique, à partir d'une goutte de sang, de plasma ou d'urine», a annoncé mardi le CEA.

Mis au point par une équipe du CEA à Marcoule, dans le Gard, le test a été «validé» par le Laboratoire de haute sécurité microbiologique P4 Jean-Mérieux à Lyon (Rhône) sur la souche qui sévit actuellement en Afrique de l'Ouest. Sa phase d'industrialisation devrait démarrer très prochainement avec le concours de la société française Vedalab, le leader européen des tests rapides. Un prototype sera disponible dès la fin du mois d'octobre pour permettre la validation clinique sur le terrain.

«Le fabricant Vedalab (qui est installée à Alençon dans l'Orne, Ndlr) garantit une conservation à température ambiante entre 4 et 30 degrés Celsius pendant 18 mois», a indiqué Laurent Bellanger en décrivant ce test développé dans son laboratoire d'ingénierie cellulaire et biotechnologie (LICB/CEA) lors d'un point sur la recherche sur Ebola organisé par l'Aviesan (alliance pour les sciences de la vie et de la santé) à Paris.

Les limites de ce test rapide

«Il s'agit plutôt d'un test de diagnostic positif (malade infecté, Ndlr). Un résultat négatif devra être vérifié par les techniques de référence, ce n'est pas un test d'exclusion», a-t-il expliqué Le virus peut en effet ne pas s'être encore beaucoup multiplié dans le sang. Sa sensibilité est de l'ordre de 100.000 virus par millilitre de sang», précise-t-il.

L'étude de validation clinique sur le terrain qui aura lieu d'ici à la fin de l'année va permettre de tester des prélèvements de patients et de valider les résultats positifs en les comparant avec les méthodes classiques.

La course des laboratoires

Les tests actuels de diagnostic du virus Ebola, basés sur la détection génétique du virus, prennent en moyenne plus de deux heures et doivent être pratiqués exclusivement en laboratoire. L'intérêt des tests rapides est de faire des diagnostics au plus près des populations touchées.

Des tests rapides sont actuellement en cours de développement dans plusieurs pays. Des chercheurs japonais avaient annoncé le mois dernier avoir trouvé une nouvelle méthode pour détecter le virus en 30 minutes. Des chercheurs américains travaillent pour leur part sur un test qui devrait être capable de diagnostiquer le virus en 10 minutes.

OMS : le nombre de malades sous-évalué dans les pays les plus touchés

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a indiqué mardi que les chiffres concernant les cas de fièvre Ebola dans les trois pays les plus touchés (Sierra-Leone, Guinée et Liberia) sont sous-évalués. «Est-ce que c'est 10%, 20%? je ne sais pas. Ce que nous savons, c'est que nous ne trouvons pas tous les cas», a déclaré à Genève une porte-parole de l'organisation qui gère la lutte anti-Ebola.

Les trois pays cités représentant l'écrasante majorité des 9200 cas d'Ebola signalés dans sept pays. A ce jour, quelque 4500 personnes ont perdu la vie. L'OMS, qui considère Ebola comme une urgence sanitaire mondiale, a été critiquée pour avoir tardé à réagir quand l'épidémie a commencé, en décembre 2013. «Nous savons que beaucoup d'éléments doivent être expliqués dans le futur, mais nous devons à présent nous concentrer sur la réponse à Ebola», a encore indiqué la porte-parole.

L'organisation Médecins Sans Frontière, qui a été une des premières à sonner l'alarme concernant Ebola, a indiqué mardi être «frustrée et en colère du fait que la réponse globale à cette épidémie ait été aussi lente et inadéquate». Elle s'est néanmoins félicitée mardi de la sortie du «1000e survivant» de la maladie de ses centres de traitement.

Le Bureau des Nations Unies chargé de l'aide humanitaire a lancé un appel de fonds de près d'un milliard de dollars à la communauté internationale, pour répondre à l'aide d'urgence induite par Ebola.

Le Parisien

Commenter cet article

franck 23/10/2014 01:20

il ont sauvé de américains,alors pourquoi vouloir faire du fic avec se truc alors que l ont a le remède et que c est l argent qui manque ; j ai la répons le fric bravo

marie 22/10/2014 15:05

j'espère que ce test est efficace

Nous sommes sociaux !

Articles récents