Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


L'impressionnante disparition de la mer d'Aral

Publié par David Jarry - Webmaster sur 1 Octobre 2014, 13:49pm

Catégories : #Environnement

Les images satellites de la mer d'Aral, prises par l'agence spatiale américaine. © Nasa

Les images satellites de la mer d'Aral, prises par l'agence spatiale américaine. © Nasa

En plus de 14 ans, la mer d'Aral a presque totalement disparu. Ce lac salé, situé en Asie centrale, est la victime des nombreuses irrigations mises en place depuis les années 60 et de la construction d'un barrage. Cette disparition n'est pas sans conséquences écologiques.

Dans les années 60, c'était l'un des quatre plus grands lacs au monde. Aujourd'hui, c'est une petite bande d'eau asséchée. Selon la Nasa, la mer d'Aral, située en Asie centrale, a presque totalement disparu. "La sécheresse en 2014 a provoqué, pour la première fois de notre ère moderne, un assèchement total du bassin oriental de la Grande Aral", explique l'agence spatiale américaine sur son site Internet.

"En même temps que le lac s'est asséché, les pêcheurs et les communautés qui dépendent de lui ont disparu. L'eau, déjà très salée, est devenue de plus en plus polluée par les engrais et les pesticides", pointe encore la Nasa. L'agence s'inquiète des conséquences écologiques dans cette région située entre le Kazakhstan, l'Ouzbékistan et le Turkménistan.

 

La température y a, par exemple, fortement augmenté en raison de l'absence d'eau pour la tempérer. En janvier dernier, l'ONU s'est d'ailleurs alarmée de cette situation dans un rapport rendu public, rappelant que plus de 60 millions de personnes vivaient dans cette région.

A LIRE AUSSI ►►► Des centaines de milliers de personnes marchent "pour le climat"

Les raisons de cette disparition de la mer d'Aral sont avant tout humaines. Autrefois abondée par deux fleuves, elle est aujourd'hui victime des nombreuses irrigations mises en place dans cette région quasi désertique. La construction d'un barrage par le Kazakhstan, en 2005, était censée sauver la partie nord du lac, tout en condamnant la partie sud, comme on peut le voir sur les images. Grâce à l'aide de la banque mondiale, cela a permis dans un premier temps une remontée des eaux, mais la Nasa indique que dès l'année suivante, le niveau a recommencé à baisser.

Commenter cet article

marie 06/10/2014 11:21

des mystères , je pense que ça vient des hommes avant tout

Nous sommes sociaux !

Articles récents