Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Les îles Marshall, un des cimetières de la terre

Publié par David Jarry - Webmaster sur 7 Octobre 2014, 22:08pm

Catégories : #Environnement

 

Voici un deuxième article de Jean-Marc Royer, tiré de son ouvrage inédit, "Le nucléaire, érotisation suprême et planétaire de la mort ". L’auteur revient sur l’épisode tragique subi par des pêcheurs japonais en 1954, à la suite d’un essai nucléaire atmosphérique états-unien.

Les îles Marshall, un des cimetières de la terre

 

____________________

 

 

 

Les îles Marshall, un des cimetières de la terre

 

Jean-Marc Royer

 

Le 1er mars 1954 survenait l’irradiation des pêcheurs japonais du Lucky Dragon à la suite de l’explosion de la bombe H Castle Bravo sur l’atoll Bikini dans les îles Marshall, la plus puissante explosion nucléaire états-unienne jamais réalisée (15 Mt, mille Hiroshimas). Il en résulta ensuite une zone interdite (W ci-dessous) de 2400 kilomètres de diamètre [1] ! Alors qu’ils se trouvaient en dehors de la zone prohibée lors de l’explosion, les marins avaient ramassé sur le petit navire une poussière grisâtre, qu'ils avaient vite surnommée « cendre de la mort ». Les dégâts imprévus avaient été dissimulés par les autorités états-uniennes jusqu'au 14 mars, date à laquelle le chalutier était rentré au port avec la plupart de son équipage malade. Son opérateur radio Aikichi Kuboyama allait mourir le 23 Septembre suivant, des suites d'une irradiation aiguë et malgré les soins du Pr Tsuzuki Masao. D'autres décès allaient suivre. Les Etas-unis accordèrent royalement à la veuve d'Aikichi Kuboyama un chèque d'un million de yens (2 800 dollars) et en janvier 1955, offraient au gouvernement japonais 2 millions de dollars de compensation pour les dégâts causés par Castle Bravo. Tsuzuki Masao avait joué un rôle majeur dans cette affaire, prenant en charge les irradiés à Tokyo.

 

[1] Wikipédia, http://fr.wikipedia.org/wiki/Castle_Bravo. Dito pour les illustrations.

Les îles Marshall, un des cimetières de la terre

« Carte montrant des points (X) où furent capturés des poissons contaminés et où la contamination radioactive de l’Océan était excessive.

B = zone de danger délimitée autour de Bikini, telle qu’annoncée par le gouvernement U.S.

W = zone de danger, telle qu’elle fut ensuite étendue …

xF = position du bateau Lucky Dragon …

NE, EC, et SE sont des courants équatoriaux ».[1]

[1] S. Sevitt, "The Bombs," The Lancet, July 23, 1955, pp. 199-201.

Les îles Marshall, un des cimetières de la terre

Les retombées de l’explosion réparties niveaux de rayonnement. Les courbes de niveau montrent la dose de rayonnement cumulative en Rœntgens (R) pour les 96 premières heures après le test.

http://www.nuclearweaponarchive.org/Usa/Tests/Castle.html

Cet essai avait entraîné la contamination l'atoll de Rangelap pourtant éloigné de 180 km et dont les habitants avaient dû être évacués (3 jours après) et jusqu’en 1957, avant que 300 d’entre-eux ne soient finalement transférés en 1985 à Majetto, une île dans l'atoll de Kwajalein, par le Rainbow Warrior, [1] (qui fut coulé quelques mois plus tard par la DGSE, sous le gouvernement Fabius). De même, 28 marins états-uniens qui opéraient sur la station météo de Rongerik située à 246 km furent également contaminés. Il faut dire qu'en à peine 6 minutes, le nuage avait atteint une altitude de 40 km ! L'historien Alex Wellerstein a écrit à son propos que « Castle Bravo est un récit édifiant sur l'orgueil et l'incompétence des scientifiques de l'ère nucléaire, déclenchant une arme d'une puissance qu'ils ignoraient, avec des effets qu'ils n'avaient pas prévus, et dont l'héritage ne sera pas oublié de si tôt ». En fait, tous les essais nucléaires effectués à Eniwetok ont dépassé les puissances prévues pour atteindre parfois 200% [2] (le 1er novembre 1952, la première explosion de bombe H « Ivy Mike », avait déjà entièrement vaporisé l'atoll d'Elugelab [3]).

 

 

[1] Film de 12 minutes réalisé en 1986 : http://www.youtube.com/watch?v=Oq9fVlBwuJc

[2] http://en.wikipedia.org/wiki/Enewetak_Atoll

[3] Voir le film de propagande de l’époque : http://www.youtube.com/watch?v=lcywb_VPPgg

Les îles Marshall, un des cimetières de la terre

Non seulement les états nucléaires ont failli à leur mission principale qui consiste à protéger les populations, mais ils ont de surcroît répandu la mort sur la Planète. En conséquence, ils n’ont pas seulement perdu leur légitimité politique, mais devraient être jugés pour l’écocide et les crimes contre l’Humanité commis depuis 1945. Certes, il y a peu de chances que cela advienne un jour car cela signifierait le retournement du totalitarisme démocratique à l’œuvre depuis le basculement de la civilisation occidentale [1]. Néanmoins, ce qui nous importe avant tout c’est que cette idée devienne l’horizon d’une réflexion politico-philosophique car elle emporte avec elle des prémisses et des développements qui nous semblent essentiels pour l’analyse critique.

 

Il y a peu de chances … disions-nous, mais il se trouve que le jeudi 24 avril 2014, la République des Îles Marshall – petit pays de 55 000 habitants au nord-ouest de l’Australie, théâtre de 67 essais nucléaires américains entre 1946 et 1958 sur les atolls de Bikini et d’Enewetak [2] – a déposé à la cour internationale de justice de La Haye, « des requêtes introductives d'instance » sans précedent contre les États-Unis, la Russie, le Royaume-Uni, la France, la Chine, l'Inde, le Pakistan, Israël, la Corée du Nord, les accusant de ne pas s'acquitter des obligations contractées à la suite de la signature en 1968 du traité de non-prolifération des armes nucléaires, à savoir de cesser la course aux armes nucléaires et à procéder au désarmement nucléaire à une date rapprochée ; ceci constituerait une « violation flagrante » du droit international. La Cour a toutefois indiqué qu'elle n'avait admis que les plaintes contre le Royaume-Uni, le Pakistan et l'Inde car ces trois nations ont accepté par le passé la « compétence obligatoire » de la CIJ. Les autres plaintes ne seront examinées que si les gouvernements des pays visés donnent leur feu vert ... C’est sans doute la raison pour laquelle une poursuite contre les États-Unis a également été déposée à San Francisco et vise spécifiquement le président Barack Obama, les départements et les secrétaires à la Défense et à l'Énergie et l'Administration fédérale de la sûreté nucléaire. En Molussie, la vie étant simplement une marchandise comme les autres et par conséquent l’objet de transactions financières, les Etats-Unis qui ont versé 500 millions de dollars, s’estiment quittes devant les populations qui ont connu des problèmes de santé et/ou ont dû abandonner leurs îles natales. [Les gouvernements français ont pour leur part procédé à 196 essais nucléaires en Polynésie française, entre 1966 et 1996]. Les Îles Marshall affirment que plutôt que de négocier leur désarmement les neuf pays en question modernisent leurs arsenaux nucléaires, et qu'ils y consacreront 1000 milliards de dollars au cours de la prochaine décennie.

« Notre peuple a souffert des dommages catastrophiques et irréparables causés par ces armes, et nous promettons de nous battre afin que personne d'autre sur Terre n'ait à vivre de nouveau de telles atrocités », a déclaré le ministre des Affaires étrangères du pays, Tony de Brum, dans un communiqué. C'est un dossier où David affronte Goliath, estime David Krieger, président de l'organisation californienne Nuclear Age Peace Foundation, qui agit comme consultant dans le dossier. Les Îles Marshall espèrent que d'autres pays se joindront à l'initiative. Plusieurs lauréats du prix Nobel de la paix soutiendraient l'initiative, dont l'archevêque sud-africain Desmond Tutu et l'avocate iranienne Shirin Ebadi.

 

[1] Référence à un manuscrit intitulé Le nucléaire, erotisationsuprême et planétaire de la mort. Essai d’histoire et de philosophie politique. Décoloniser l’imaginaire occidental II, 30/05/2014.

[2] https://marshallislands.llnl.gov/enewetak.php

 
Publié par Jean-Marc Royer - dans En France et ailleurs

Commenter cet article

gwendal 07/10/2014 23:46

De quoi, en réalité, meurent les gens NON FUMEURS lorsqu'il ont un cancer des poumons...?
La réponse courante (juste un alibi...) est la pollution...
C'est évidemment FAUX!
La pollution ne crée que des pathologies d'essoufflement (asthme, bpco, ...).
La corrélation entre les 1ers essais nucléaires et la massivité des cancers des poumons (et des leucémies) n'est plus a faire ...puisque des chercheurs, principalement indépendants (comme toujours, puisque les institutionnels ne pensent qu'à leur gamelle...) l'ont déjà démontrée!
Indice de compréhension sur la gestion du problème par "l'officialité scientifique et politique mondiale":
si le tabac industriel était vraiment responsable des cancers des poumons, ça ferait longtemps qu'il aurait été interdit ...et ceci peu importe ce qu'il rapporte en taxes!

marie 10/10/2014 08:10

tu as effectivement raison , je suis de ton avis

Nous sommes sociaux !

Articles récents