Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Un million d’humains sur Mars d’ici un siècle ?

Publié par David Jarry - Webmaster sur 10 Octobre 2014, 22:41pm

Catégories : #Espace

La mission indienne de mise en orbite autour de Mars© Corbis La mission indienne de mise en orbite autour de Mars

Coloniser Mars en un siècle ? Elon Musk, qui défend ce point de vue dans une interview pour la revue Aeon, pourrait bien passer pour un doux rêveur s'il n’était pas, eh bien s'il n’était pas Elon Musk, l'un des entrepreneurs les plus célèbres de ce siècle commençant. Co-fondateur de Paypal, créateur de Tesla Motors, la fameuse société de voitures électriques, il a également lancé SpaceX, l'une des compagnies les plus profitables du domaine de l'espace privé, qui a remporté plusieurs contrats avec la NASA, et a notamment été chargée, en partenariat avec avec Boeing, de construire des "taxis de l'espace" acheminant les astronautes américains vers la station spatiale internationale. Il est à l'origine du polémique programme Hyperloop, ce programme de transport ultrarapide.

Il est également connu pour avoir inspiré Robert Downey junior dans son interprétation de Iron Man. Musk s'est récemment fait remarquer en ouvrant les brevets de Tesla Motors. "Tesla Motors a été créé pour accélérer l’avènement du transport durable. Si nous voulons construire un chemin pour la création de véhicules électriques, mais que nous posons des mines de propriété intellectuelle pour inhiber les autres, nous agissons d’une manière contraire à notre objectif. Tesla n’intentera pas de poursuites judiciaires envers les personnes qui, de bonne foi, veulent utiliser notre technologie."

A demain sur Mars

L'interview d'Aeon Magazine nous permet d'entrer un peu plus dans la tête de ce personnage hors norme, et nous confirme ce qu'on savait déjà. Les ambitions du bonhomme ne connaissent pas de limites, et Musk est bel et bien "un enfant de la SF" ! Son désir est de créer une colonie sur Mars, rien que ça. Non, pas envoyer une dizaine d'astronautes entretenant péniblement un laboratoire, mais y installer un million de personnes, pas moins !

Les raisons ? En premier lieu, explique Musk, pour assurer la survie de l'humanité qui peut toujours être menacée, que ce soit par sa propre bêtise ou par des phénomènes extérieurs comme la chute d'un astéroïde.

Comme le précise Ross Andersen, l'auteur de l’article d'Aeon : "Musk n'a pas donné les raisons habituelles. Il ne prétend pas que nous avons besoin de l'espace pour inspirer les gens. Il n'a pas vendu l'espace comme un laboratoire de R&D, une voie pour élaborer des technologies dérivées comme la nourriture des astronautes ou des sacs de couchage pour dormir dehors. Il n'a pas dit que l'espace est le terrain d'essai ultime pour l'intelligence humaine. Au lieu de cela, il m'a affirmé qu'aller sur Mars est aussi urgent et crucial que lever des milliards contre la pauvreté ou pour l'éradication de maladies mortelles."

Musk n'est pas le seul à avoir ce genre d'idées. Le non moins célèbre physicien Stephen Hawking ne dit pas autre chose lorsqu'il affirme : "Si nous pouvons éviter une catastrophe au cours des deux prochains siècles, notre espèce devrait être sauve si nous nous déployons dans l'espace... La race humaine ne devrait pas mettre tous ses œufs dans le même panier ou sur la même planète."

Mais c'est la première fois, à ma connaissance, que ce type de raisonnement sert de base à un business plan concret, et surtout réaliste.

On est pourtant d'emblée dans une forme de métaphysique, et même d'eschatologie, une réflexion sur les fins dernières de la conscience et de l'humanité, sa valeur au sein du cosmos : "Tout le monde n'aime pas l'humanité, a expliqué Musk. Explicitement ou implicitement, certaines personnes semblent penser que les humains sont une tache sur la surface de la Terre. Ils tiennent des discours du genre : "La nature est si merveilleuse ; les choses sont toujours mieux à la campagne quand il n'y a personne aux alentours. Elles impliquent que l'existence de l'humanité et de la civilisation est moins bonne que leur absence. Je ne suis pas de cette école... Je pense que nous avons le devoir de maintenir la lumière de la conscience, de s'assurer qu'elle continue à exister dans l'avenir."

Musk envisage une importante colonie martienne pour les années 2030. "SpaceX n'a aujourd'hui que 12 ans... D'ici à 2040, l'âge de l'entreprise aura triplé. Si nous connaissons une amélioration linéaire, et non logarithmique, de la technologie, alors nous pourrions disposer d'une base importante sur Mars, peut-être avec des milliers ou des dizaines de milliers de personnes." Dans un premier temps, les colons devront payer leur transport, ce qui devrait coûter la bagatelle d'un demi-million de dollars environ. "Mais, précise-t-il, ce ne sera pas une destination de vacances. Il s'agit de prendre tout l'argent que vous avez et vendre tout ce que vous possédez, comme l'ont fait les premiers pionniers des colonies américaines."

Combien de temps pour atteindre le million ? "En ne tenant pas compte de la reproduction biologique, si vous pouvez prendre 100 personnes à la fois, vous aurez besoin de 10 000 voyages pour obtenir un million de personnes. Mais vous aurez aussi besoin de beaucoup de marchandises pour soutenir ces gens. En fait, le rapport cargaison/personne va être très élevé. Il sera probablement de 10 transports de marchandises pour chaque voyage humain, donc plus de 100 000 voyages. Et nous parlons de 100 000 voyages effectués par un vaisseau spatial géant." Or, nous précise Aeon, la rumeur dit que Musk aurait dans ses cartons les plans d'un tel vaisseau spatial...

Ou sont les autres ?

L'interview d'Aeon se hasarde parfois aux frontières de la spéculation cosmologique, et là encore, il est étonnant de voir un entrepreneur aussi pragmatique s'aventurer sur ce genre de terrain. Notamment, la discussion a porté sur le fameux "paradoxe de Fermi" : puisque l'univers est infini et que, statistiquement, la vie devrait apparaître sur diverses planètes en de très nombreuses occasions, pourquoi ne voit-on pas plus souvent débarquer des extraterrestres ?

A cette question, Musk n'hésite pas à se demander si cela n'est pas une preuve en faveur de l'argument de la simulation de Nick Bostrom. L'idée selon laquelle l'univers dans lequel nous vivons n'est pas réel, mais serait généré dans un laboratoire, quelque part dans un autre point du multivers. Cela expliquerait alors que nous soyons les seuls sujets de cette simulation.

"Comme lorsque vous jouez un jeu d'aventure et vous pouvez voir les étoiles en arrière-plan, mais vous ne pouvez jamais les atteindre. Et si ce n'est pas une simulation, alors peut-être que nous sommes dans un laboratoire et il y a une civilisation extraterrestre avancée qui est en train de regarder la façon dont nous nous développons par curiosité, comme de la moisissure dans une boîte de Pétri."

Une autre possibilité est que la vie sur une planète n'atteint pratiquement jamais le point où elles se lancent à l'assaut des étoiles. C'est une question classique, connue de ceux qui réfléchissent sur le paradoxe de Fermi, et que l'économiste Robin Hanson a nommé le "Grand Filtre". "Il y a quelque chose d'étrange qui doit arriver aux civilisations, et je veux dire étrange dans le mauvais sens", se demande Musk.

Musk est conscient qu'un tel plan est à très long terme et qu'il ne se réalisera pas de son vivant. Comment assurer la pérennité de ses projets après sa retraite ou son décès ? Musk a expliqué qu'il avait pensé céder SpaceX à d'autres organisations ou institutions, mais il a peur que des groupes indifférents à ses ambitions ne gèrent sa société qu'en fonction des bénéfices et des résultats. C'est pourquoi il pense plutôt aujourd'hui "qu'une influence familiale serait stabilisante". Il est amusant de noter que l'idée d'un cosmos contrôlé par de "grandes familles" est un thème récurrent du Space Opera ; on le trouve autant dans Dune que dans les récents (et volumineux) romans de Peter Hamilton. Musk aurait-il été influencé par ce genre de lecture ?

La technologie au delà de l'internet

On peut être étonné de voir revendiquer un tel discours qui aurait fait passer son auteur pour un illuminé il n'y a pas bien longtemps. Mais cela participe d'un retour à des conceptions plus radicales du futur technologique, un point de vue de plus en plus répandu.

Il n'y pas longtemps, l'investisseur Peter Thiel regrettait qu'il n'y ait pas davantage de gens comme son vieux copain de Paypal Elon Musk, qui se préoccupent des grands sujets au lieu de chercher simplement à lancer de nouveaux services web. Et on ne peut s’empêcher de penser, avec Neal Stephenson, que la fascination que nous avons entretenue ces deux dernières décennies pour le numérique pourrait avoir bloqué notre imagination sur la plupart des autres sujets technologiques. Une période qui est peut-être en train de se terminer, alors que le monde de l'internet se normalise à toute vitesse et n'arrive plus guère à susciter d'excitation ou de surprises.

Commenter cet article

marie 11/10/2014 09:25

Rêvons encore!!!! ou veulent-ils arriver
que du fric gaché !! cet argent pour la recherche médical serait une meilleure solution et pour tout le monde

que moi 13/10/2014 10:18

Marie , cet argent n'est pas gaché c'est un investissement pour nos enfants. concernant la recherche médical, dis toi que toute les maladies aujourd'hui sont soignables. mais une chose est chose tant que les gens donnent de l'argent pourquoi arréter de faire semblant. les lobby pharma ont quasiment des solutions a toutes les maladies, mais c'est pas rentable donc aucune raison de sortir tel ou tel médicament . j'espere avoir été assez clair :)

Éric G. Delfosse 10/10/2014 23:50

Bin, déjà, attendons de voir dans une dizaine d'années (en 2024, je crois) combien de colons iront sur Mars avec ce projet des Pays-Bas... Mars One...

Nous sommes sociaux !

Articles récents