Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Une comète va frôler Mars dimanche et pourrait bien causer des dégâts

Publié par David Jarry - Webmaster sur 17 Octobre 2014, 18:06pm

Catégories : #Espace

Une comète va frôler Mars dimanche et pourrait bien causer des dégâts

Alors que la sonde européenne Rosetta est en orbite autour de la comète "Tchouri" et se prépare à poser un module à sa surface, c'est aujourd'hui vers Mars que tous les regards sont tournés pour le passage de "Siding Spring". Cette comète, dont le nom officiel est C/2013 A1, a rapidement pris le nom de l'observatoire australien qui l'a repérée le premier. Avec un noyau d'environ 700 mètres de diamètre et une chevelure s'étendant sur 19.000 kilomètres, elle fonce vers Mars à une vitesse de 202.000 kilomètres/heure, et frôlera la planète rouge ce dimanche 19 octobre à 20h27.

A son passage au plus près de Mars, elle sera à une distance de 139.500 kilomètres. Cela peut sembler loin, mais à l'échelle spatiale, elle manque Mars d'un cheveu. Si elle passait près de la Terre à une telle distance, elle serait à environ le tiers du trajet Terre-Lune, de quoi nous donner des sueurs froides. Si vous étiez sur Mars, vous la verriez s'étendre sur une distance correspondant à seize fois le diamètre de la pleine lune !

Les sondes jouent à cache-cache

Lorsque les scientifiques ont repéré Siding Spring, ils n'avaient pas encore des données précises sur sa trajectoire, et ils ont même pensé un instant qu'elle allait heurter Mars. Désormais, on sait qu'il n'y a pas de danger qu'elle s'y écrase, mais elle représente tout de même un risque... pour les sondes qui orbitent autour de Mars. Le danger, ce n'est pas la comète elle-même, mais le faisceau de débris qu'elle entraîne dans son sillage. Même un morceau minuscule pourrait endommager voire totalement détruire une des sondes martiennes. Un caillou d'un demi-millimètre lancé à 56 km/s, cela peut causer de sacrés dégâts.

Il y a en effet aujourd'hui cinq engins actifs en orbite martienne. Trois sont des sondes de la Nasa :  Mars Odyssey Orbiter, lancé en 2001, Mars Reconnaissance Orbiter, lancé en 2005, et le petit dernier, MAVEN, arrivé le mois dernier. A ceux-ci il faut ajouter la fameuse sonde indienne Mangalyaan, qui a elle aussi atteint Mars en septembre, ainsi que la sonde européenne Mars Express, lancée en 2003. Il faut aussi mentionner les deux Rovers à la surface de Mars : Opportunity et Curiosity. Pour ces derniers, cependant, il n'y aurait pas de danger : les poussières de comète devraient se désintégrer dans l'atmosphère martienne.

Pour les sondes en orbite, la Nasa et l'agence indienne ISRO ont d'ores et déjà pris leurs précautions : lorsque la queue de comète déversera ses débris dans les environs, les engins spatiaux seront cachés derrière Mars. La planète fera ainsi écran, protégeant les délicats assemblages des robots spatiaux d'éventuels projectiles. Elles pourront cependant, avant et après le passage dangereux, prendre des images de Siding Spring. Ce sera une sorte de jeu de cache-cache entre les instruments martiens et la comète.

En revanche, Mars Express va employer le plus audacieux des deux scénarios que l'agence spatiale européenne tenait en réserve, renonçant à mettre en veilleuse tous les systèmes non-essentiels pour tenter de réaliser le plus d'observations possibles de Siding Spring, et, qui sait, peut-être une bonne photo.

Un témoin de la formation du système solaire

Siding Spring proviendrait du fameux Nuage d'Oort, cette sphère de débris glacés entourant notre système solaire à une distance variant entre 0,08 et 1,58 années-lumière. Les parties les plus proches de ce "nuage" seraient à 5000 fois la distance Terre-Soleil. Ce n'est pas une comète périodique, comme la comète de Halley qui repasse tous les 76 ans : c'est la première fois, et très probablement la dernière, qu'elle passe près de nous. Les comètes périodiques, comme Tchouri, ont déjà été exposées à la proximité du Soleil, et leur surface en a été modifiée. Ce n'est pas le cas de Siding Spring qui arrive en droite ligne de l'époque de la formation du système solaire.

"Cette comète a été éjectée vers l'intérieur de notre système par le passage d'une étoile près du nuage d'Oort", explique Carey Lisse, astrophysicien à la John Hopkins University (Maryland, USA) cité par Space.com. "Aussi, imaginez une comète qui débute son voyage probablement à l'aube de l'humanité, et elle n'arrive près de nous que maintenant".

Les scientifiques sont cependant heureux. "C'est un cadeau cosmique pour la science qui pourrait nous continuer à nous apporter, et les diverses missions scientifiques de notre agence seront en mode de réception totale", s'enthousiasme John Grunsfeld, astronaute et administrateur associé du directorat des missions scientifiques de la Nasa. "Cette comète particulière n'est jamais entrée dans le système solaire interne, aussi elle va fournir une source fraîche d'indices sur les premiers moments de notre système solaire".

Siding Spring pourrait également nous aider à mieux comprendre le comportement des comètes lorsqu'elles s'approchent d'une planète. Au cas où l'une d'elles s'approche de la Terre.

Et après Mars, que va-t-il se passer ?

Difficile de prévoir son comportement après sa rencontre martienne. Déjà, la variation de sa luminosité est différente de celle des modèles établis. Elle pourrait devenir plus brillante, ou, au contraire, devenir petit à petit beaucoup plus sombre. Ce sera la surprise, car comme le disait avec humour David Levy, l'un des découvreurs de la fameuse comète Shoemaker-Levy qui heurta Jupiter en 1994, "les comètes sont comme les chats. Elles ont des queues, et elles font exactement ce qu'elles veulent".

Elle devrait cependant s'approcher un tout petit peu plus du Soleil, et ensuite repartir loin, très loin...

N'espérez pas la voir à l'oeil nu, ce ne sera malheureusement pas possible. Ceux qui ont la chance d'avoir un télescope d'au moins 20cm pourront peut-être l'apercevoir, dans la constellation d'Ophiuchus.

Sur le web, deux retransmissions vidéo possibles :

- Le site spécialisé dans l'observation des événements astronomiques Slooh.com annonce une émission spéciale dimanche à partir de 16h51.

- Le site du télescope virtuel propose lui aussi une observation "en direct" à partir de 18h45 dimanche.

Il ne faut cependant pas s'attendre à des images de la qualité de celles de Tchouri retransmises par Rosetta. Les appareils des sondes martiennes sont conçus pour prendre des clichés d'une surface exposée au soleil, et à petite vitesse. Là, il s'agit d'un objet peu lumineux, dans la nuit de l'espace, et en plus, très rapide. Aucun instrument ne pourra donc prendre de photos à haute résolution, et ceux qui espèrent des vidéos de type "survol de comète" seront déçus. On verra sa taille exacte, plus ou moins la couleur de sa surface, mais probablement pas de détails de relief.

Siding Spring telle qu'elle apparaîtrait à un observateur sur Mars© Copyright 2014, Le Nouvel Observateur Siding Spring telle qu'elle apparaîtrait à un observateur sur Mars

 

Le blog de Jean-Paul Fritz sur le site du "Nouvel Obs" : Chroniques de l'Espace-Temps Vidéo (en anglais) de la Nasa montrant l'approche de la comète et les positions des sondes spatiales

Commenter cet article

marie 17/10/2014 21:09

Tournons nos yeux vers le ciel dimanche et croisons les doigts
que tout se passe bien

denfj 17/10/2014 20:59

Ophiuchus = serpentaire comme dans harry poter 13 eme constellation

Nous sommes sociaux !

Articles récents