Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


40% des sites naturels du Patrimoine Mondial en péril

Publié par David Jarry - Webmaster sur 15 Novembre 2014, 19:04pm

Catégories : #Changements terrestres

40% des sites naturels du Patrimoine Mondial en péril

Près de 40% des sites du Patrimoine Mondial naturel sont confrontés à un avenir relativement sombre, 8% d’entre eux étant évalués dans une situation critique.

Plus de 60% des zones naturelles inscrites à la liste du Patrimoine Mondial de l’Humanité sont susceptibles d’être préservées sur le long terme, tandis que d’autres sont confrontés à des menaces critiques, telles que les espèces invasives, l’impact du tourisme, du braconnage, des barrages et du déboisement, d’après le Bilan 2014 du Patrimoine Mondial de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) publié lors du IUCN World Parks Congress.

Le rapport publié par l’UICN est la première évaluation mondiale du Patrimoine Mondial naturel, et le premier à reconnaître les succès en matière de conservation dans certains des endroits les plus iconiques. Il est basé sur des évaluations d’experts portant sur l’ensemble des 228 sites du Patrimoine Mondial naturel. Jusqu’à présent, seulement la moitié des sites listés avaient été surveillés régulièrement par le biais de la Convention de l’UNESCO sur le Patrimoine Mondial.
  
D’après le rapport, 21% des sites du Patrimoine Mondial naturel ont de bonnes perspectives en matière de conservation, 42% sont classées comme « bonnes avec quelques inquiétudes », 29% sont confrontés à des inquiétudes significatives, et 8% des sites sont évalués comme « critiques ».
 
Plus de 60% des zones naturelles inscrites à la liste du Patrimoine Mondial de l’Humanité sont susceptibles d’être préservées sur le long terme De ces nombreuses valeurs que ces sites possèdent, la biodiversité est reconnue comme celle portant le plus grand niveau de menace.

« Les sites du Patrimoine Mondial ont la désignation internationale la plus prestigieuse et ceux qui les gèrent devraient faire preuve de leadership exemplaire pour toutes les zones protégées » a déclaré Julia Marton Lefèvre, directrice générale de l’UICN.

« Grâce au Bilan de l’UICN sur le Patrimoine Mondial, nous pouvons voir quels sites ont été bien préservés et encourager la Convention sur le Patrimoine Mondial à sécuriser la protection à long terme de tous les sites sous son égide ».

Le Bilan de l’UICN vise à suivre les tendances et les changements généraux ayant lieu dans les sites, en prenant en compte les menaces, la protection et la gestion, et l’état des Valeurs du Patrimoine Mondial, telles que la biodiversité, les écosystèmes et les caractéristiques géologiques.

Les sites du Patrimoine Mondial ayant un bon statut de conservation comprennent le Parc National Uluru-Kata Tjuta – reconnu dans le monde entier comme le symbole de l’Australie – et le Mont Huangshan, dont les paysages spectaculaires ont captivé les artistes et les poètes chinois depuis des siècles. Les caractéristiques naturelles de ces sites sont en bon état et devraient être préservées dans la durée, à condition que les mesures actuelles de conservation soient maintenues.

D’autres sites évalués comme « bons comprennent le Parc National des Volcans d’Hawaii, et la Mer de sable de Namibie.La Grande Barrière de Corail, dont l’écosystème fragile et la biodiversité marine sont menacés, ont été évalués comme un site de « préoccupation significative ». Certains sites cependant ne sont pas dans le radar de la Convention malgré les graves problèmes qui les met en péril. Par exemple, le rapport identifie des préoccupations quant aux impacts de la pêche sur la conservation du Parc National de Komodo en Indonésie, qui abrite les dragons de Komodo.

Affectés par des menaces graves, 19 sites ont une perspective critique et nécessite une intervention urgente et à grande échelle pour protéger leurs valeurs. Un grand nombre d’entre eux sont listés par l’UNESCO comme des sites du Patrimoine mondial « en danger », tels que la Selous Game Reserve, où le braconnage a considérablement réduit le nombre d’éléphants. 

Source © Sandra BESSON / actu environnement

Commenter cet article

marie 15/11/2014 19:12

hélas des menaces sur le patrimoine mondial
Certains auront plus de chances de préserver ce patrimoine
des critères telles que le braconnage et autres feront perdre cette valeur

Nous sommes sociaux !

Articles récents