Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


25 génériques interdits : vous en avez sûrement dans vos placards mais personne ne vous le dira

Publié par David Jarry - Webmaster sur 10 Décembre 2014, 18:59pm

Catégories : #Santé

~~Mardi 9 décembre, l'Agence nationale de sécurité du médicament a décidé de suspendre l'autorisation de mise sur le marché de 25 génériques fabriqués en Inde. Et la conclusion du rapport indiquant "un manque de respect des bonnes pratiques cliniques" n'aura pas suffit à décider les pouvoirs publics d'en informer ceux qui les consomment toujours...

25 génériques interdits : vous en avez sûrement dans vos placards mais personne ne vous le dira

L'Agence Nationale de sécurité du Médicament a suspendu les autorisations de la vente en pharmacie de 25 médicaments génériques fabriqués par la société indienne GVK Bio. Quelles sont les raisons précises de cette série de suspensions ?

Sauveur Boukris : Pour qu'un médicament ait une autorisation de mise sur le marché, il doit au préalable faire des tests de bioéquivalence, c'est-à-dire qu'il faut s'assurer que la concentration du principe actif soit la même que celle du médicament original. Ces tests vérifient également la technique de fabrication et l'origine des matières premières. Lorsqu'on avale un médicament, celui-ci passe dans l'œsophage, le foie, puis est éliminé dans les urines. Il passe par différentes étapes du métabolisme, de l'absorption à l'élimination en passant par la diffusion.

Et ce test de bioéquivalence mesure donc le taux de molécules pour chacun des passages du médicament dans l'organisme.

Au cas d'espèce, une société privée d'expertise a constaté lors de son enquête qu'il y avait des différences de bioéquivalence par rapport aux médicaments originaux. Le médicament n'a alors plus le même effet thérapeutique, et son efficacité peut en être altérée. Car le médicament générique n'a pas la même équivalence biochimique et thérapeutique que le médicament original.

Le laboratoire indien Ranbaxy, un autre que celui dont il est question ici, a déjà été condamné il y a quelques années par la FDA (l'équivalent de l'autorité française aux États-Unis) à causes de falsifications dans les tests de contrôle et de fiabilité des génériques. Ce qui arrive aujourd'hui est la "face immergé de l'iceberg". Quand ces usines, surtout celles à bas coût, ne respectent pas le cahier des charges de traçabilité et de faisabilité, ce sont les malades qui en subissent les conséquences.

{C}
 

Ces génériques présentent-ils des dangers pour les malades ?

Pour des maladies bénignes ou des médicaments pris sur une courte durée par des personnes saines, en bonne santé, cela ne présente pas de problème. J'en prescris moi-même. Mais pour des patients hyper-tendus, âgées, ayant une fonction rénale altérée ou prenant plusieurs médicaments, il y a un risque d'insuffisance d'efficacité. Avec un mauvais traitement, ils se trouvent exposés à des risques de complications. Pour l'hypertension artérielle par exemple, qui est une maladie chronique nécessitant un traitement à vie, si on donne un médicament qui ne donne pas une tension artérielle stable et constante, et qui entraine des variations de tension, on expose le malade à des risques de complications vasculaires, et d'insuffisance cardiaque. La différence n'est pas visible immédiatement mais les complications peuvent survenir plusieurs années plus tard. 

Pour quelle raison dans ce cas l'Agence Nationale de sécurité du Médicament n'a-t-elle pas rappelé les médicaments ? 

Les médicaments seront retirés du marché dès le 18 décembre et je pense que le taux de patients ayant pris ces médicaments est relativement faible. Mais, et c'est là tout le problème, si on fait sortir les médicaments, on pointe du doigt leur dangerosité et, au-delà, on remet en doute toute la stratégie en faveur des médicaments génériques soit, celle du gouvernement et des autorités de santé qui y ont toujours été favorables. Retirer du marché ces médicaments, dont les experts eux même disent qu'ils sont identiques aux molécules originales, est en plus contre-productif. Il y a donc une volonté des autorités de minimiser les risques pour continuer à vendre les médicaments.

Mais le patient français a du bon sens. C'est lui qui nous a fait prendre conscience que ce n'est pas la même chose. Les pouvoirs publics ont imposé le générique par des campagnes de promotion, par le système du tiers-payant, par des incitations auprès des pharmaciens et des obligations de substitutions. C'est donc toute une pratique de mise en œuvre de la politique du générique qui montre aujourd'hui ses limites.

L'autorité française du médicament veut attirer l'attention et se protéger contre une éventuelle critique extérieure. Mais elle ne veut pas céder à la panique car cela mettrait en cause la politique du générique dans sa globalité. Dans le cas de complications de santé qui peuvent survenir à moyen ou long terme, il sera en effet difficile voire impossible d'en imputer la responsabilité au médicament défaillant.

Dans quels cas peut-on prendre des génériques sans risque et dans lesquels est-ce plus dangereux ?

On peut donner des génériques à des personnes jeunes, plus ou moins en bonne santé, pour des maladies bénignes avec un traitement de courte durée (douleur à l'estomac, crampe, gastrique, diarrhée). Dans ce cas, prendre un générique plutôt que la molécule originale va peut-être prolonger de quelques jours le rétablissement, mais on arrivera au même résultat.

Par contre, si on est âgé de plus de 70 ans et atteint d'une maladie chronique  qui nécessite une prise de médicaments pendant 10, 20 ou 30 ans, il est certain qu'il faut plutôt prendre la molécule originale.

 
 

Enfin, si le malade prend le générique et se trouve bien stabilisé et sans effets secondaires, il doit garder toujours la même marque de générique.

 

Car en prenant un autre médicament, on aura plus la même molécule, le même excipient, ou la même concentration. Changer de marque peut entrainer une efficacité inférieure ou une moins bonne tolérance.

 

Le générique est une politique purement économique, les raisons médicales n'ont pas prévalu lors de leur mise en place. On veut faire des économies sur la sécurité sociale, la santé et on se sert d'arguments scientifiques. Mais lorsqu'on est gravement malade, on ne peut pas se permettre de prendre des médicaments pour lesquels on aurait des doutes en matière d'efficacité. Il fallait faire de la pédagogie et, au lieu de ça, on a imposé le générique.

  
http://www.atlantico.fr/

Commenter cet article

marihe 14/12/2014 19:59

quel sont ces medicaments ???

marie 11/12/2014 11:06

les génériques ne sont pas tres efficaces et certains même dangereux

louis 11/12/2014 08:10

evident tout ça outre nos labos criminels on confie ça a des incapables et dans un autre pays
et apres on s'etonne,le premier menage est a faire chez nous : politiques labos,agence du medicaquiment et secu

gwendal 10/12/2014 23:39

Effectivement çà remet en cause "toute la stratégie en faveur des médicaments génériques"! OUPS!
Tien, j'ai aussi remarqué 5 perles (à la suite ..sympa de la part du gars, hé hé hé):

"On peut donner des génériques à des personnes jeunes, plus ou moins en bonne santé, pour des maladies bénignes avec un traitement de courte durée (douleur à l'estomac, crampe, gastrique, diarrhée). Dans ce cas, prendre un générique plutôt que la molécule originale va peut-être prolonger de quelques jours le rétablissement, mais on arrivera au même résultat.

Par contre, si on est âgé de plus de 70 ans et atteint d'une maladie chronique qui nécessite une prise de médicaments pendant 10, 20 ou 30 ans, il est certain qu'il faut plutôt prendre la molécule originale.

Enfin, si le malade prend le générique et se trouve bien stabilisé et sans effets secondaires, il doit garder toujours la même marque de générique."

Donc:
-les génériques sont pour des gens jeunes + pour des pathologies légères + prolongent le rétablissement de quelques jours...!
-en cas de maladie chronique, la molécule originale est préférable de façon certaine...!
-les génériques d'une même molécule ne donnent pas des effets identiques car il est conseillé de toujours prendre le même...!

Ma mère et mon père étaient (décédés) tous les 2 plutôt âgés que jeunes + avec au moins 1 pathologie lourde ET chronique chacun ...et pourtant leurs médecins ne leur donnaient que des génériques ...et changeaient fréquemment les marques aussi!!!

Si leurs médecins se font renverser par un bus, je fêterai ça avec un petit verre de chouchen!

cervesia 10/12/2014 20:43

quels sont ces médicaments ?

juju 10/12/2014 22:35

Ok je suis d'accord. Mais quels sont les médicaments génériques les plus litigieux en question svp?

ummite 10/12/2014 19:35

c'était inévitable que cela se produise puisque les laboratoires font appel aux pays sous développés afin de gagner encore plus de bénéfices sur la revente de ces médicaments frelatés .
eux le savent et en usent jamais pour eux et leurs proches familles :
et pour vous : RAB ils peuvent crever , on ne sera jamais concernés

Nous sommes sociaux !

Articles récents