Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Fatigué du système, il ouvre les portes de son élevage industriel

Publié par David Jarry - Webmaster sur 23 Décembre 2014, 13:20pm

Catégories : #Société

Vue par plus d’1 million d’américains en quelques jours, cette vidéo ne montre pas des poussins broyés ou des animaux maltraités pour vous prendre par les sentiments. C’est simplement l’histoire de Craig Watts, un fermier industriel qui va faire ce qu’aucun autre n’a fait avant lui : ouvrir les portes de son usine et montrer sa réalité.

(Activer les sous-titres FR si nécessaire)

Le cas de Craig Watts démontre que les exploitants agricoles ne sont pas forcément des monstres sans foi ni loi qui abusent des animaux. Beaucoup se sont simplement laissés entraîner par la machine infernale de la productivité à coup d’investissements qui engendrent de nouvelles infrastructures et de nouveaux investissements. Puis ils se réveillent un matin en ayant remplacé leur ferme par une machine aseptisée à produire de la viande.

« Il y a beaucoup de failles dans ce système. Le consommateur est trompé ! L’éleveur est mené en bateau. »

Après 22 ans à élever des poulets toujours plus vite pour une des plus grosses firmes du pays, il a voulu témoigner. Pour lui, on ne vous montre pas tout dans la publicité. Par soucis d’honnêteté, il veut rétablir la vérité. Il risque « gros » pour ce qu’il fait, notamment des ruptures de contrat. Il faut savoir que des enquêtes en caméra cachée furent sanctionnées aux Etats-Unis. Il est donc très périlleux de s’attaquer à l’industrie de l’élevage.

Ainsi, son témoignage corrobore les informations récoltées par les associations : les animaux souffrent énormément, sont en mauvaise santé, subissent des blessures ou des maladies. Il leur est interdit de voir la lumière de jour ou de prendre l’air frais.

Le poulet est la première viande consommée aux États-Unis, mais l’étiquetage de la viande de volaille ne reflète pas les conditions d’élevage de ces volatiles et s’avère généralement trompeur. Les poulets de la vidéo sont étiquetés « humanely raised » (élevé humainement). Comment pourraient-ils l’être ? En France, ce sont plus de 700 millions de poulets élevés chaque année dont environ 80% en intensif : densité de peuplement élevée, bâtiments sombres et nus, croissance trop rapide et problèmes de santé sont le quotidien de ces millions d’oiseaux. La bonne nouvelle, c’est qu’il reste 20% de possibilités pour consommer mieux…

Commenter cet article

Fred 24/12/2014 07:16

Je suis content de voir,que meme les éleveurs commencent à ressentir de la compassion envers les animaux qu'ils élèvent.il serait temps que nous fassions les choses plus dignement,que nous retrouvions 1 peu d'humanité en refusant de consommer des êtres maltraité jusque dans nos assiettes,malheureusement la crise n'aidera pas! Beaucoup de gens ne savent pas donner plus que 2,95 € pour 1 poulet donc d'office ces usines a nourriture perdurons.ce qui est triste dans tout ça,c'est que l'argent a réussi a détruire l'humanité et la conscience,et l'avenir ne nous apportera plus rien de bon je crois.

gwendal 23/12/2014 23:52

Probablement que son entreprise ne survivra pas aux pertes de contrats ...mais il sait ce qui est bien et il le fait. Bravo à cet homme!
Gagner en humanité n'a pas de prix...

rom1 23/12/2014 22:17

les responsable de cette HORREUR ne mérite qu'une chose!!!!!!!!!!!! LA PRISON BOYCOTTER LES POULETS DS CES GRANDES SURFACES A LA CON!!!!! SI VS ACHETER VS ETES COMPLICES DE TOUT CA................LA HONTE SUR VS AUSSI....

albertas 23/12/2014 19:46

Enfin un qui ouvre les yeux et mesure la monstruosité de ce que nous faisons en matière d'élevage industriel-
Elevage industriel veut dire :
-culture de la souffrance,
- coupure avec les éléments essentiels à la vie tels que l'espace, l'air extérieur,
-injure faite à la terre et les conséquences les plus néfastes par rapport à notre nourriture,
- expression de notre inhumanité dans son côté le plus sordide.
Je vous salue bien bas Monsieur, pour votre courage. Il est vrai qu'à la longue vous avez dû être profondément écoeuré par les conséquences de cet élevage industriel.

Nous sommes sociaux !

Articles récents