Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


La justice française interdit la diffusion d'images de deux élevages intensifs de poules pondeuses

Publié par David Jarry - Webmaster sur 4 Décembre 2014, 13:06pm

Catégories : #Société

Comment a-t-on pu arriver à ce que la justice française interdise la diffusion d'images reçues par notre association, L214, dans des élevages intensifs français, montrant des infractions flagrantes à la réglementation européenne?

Commençons depuis le début, L214 est une association de protection animale qui œuvre pour une prise de conscience des conditions d'élevage et d'abattage des animaux dits "de consommation" (son nom vient de l'article L214 du Code rural français qui stipule que les animaux sont des êtres sensibles.)

L'association documente ces pratiques: photographies, films et vidéos qui, criants, insoutenables, incontestables, s'avèrent souvent le moyen le plus adapté pour rendre compte de la réalité de la production de viande.

La justice française interdit la diffusion d'images de deux élevages intensifs de poules pondeuses

Attention, ces images ne proviennent pas des élevages mentionnés dans cette tribune.

Dernièrement, L214 reçoit deux signalements: photos et vidéos de deux élevages intensifs contenant respectivement 111.000 et 200.000 poules pondeuses et approvisionnant l'entreprise Matines. Ce sont des informations qui, vérifiées et confirmées par les services vétérinaires ou l'exploitant lui-même, parlent de la non-conformité de ces élevages -en infraction avec la réglementation européenne- et qui montrent des conditions de vie et "de production" déplorables: dans un des deux élevages, les poules et les œufs couverts de parasites, dans l'autre, des cadavres en putréfaction bloquant des œufs, dans les deux, des poules déplumées et des aménagements non conformes. Une promiscuité et une misère représentant le quotidien des animaux d'élevage, bien connues des associations de protection animale. En revanche, c'est une réalité qui ne se laisse pas filmer avec l'accord des exploitants... et qui perce rarement dans les médias.

 

Le premier élevage est exploité par la société Val Produits sur la commune de Branges en Saône-et-Loire (code sur les oeufs: 3FRWFB02 et 3FRWFB03 ). Le deuxième est exploité par le GAEC du Perrat sur la commune de Chaleins dans l'Ain (code sur les oeufs: 3FRAAB02 et 3FRAAB03). Les deux produisent des œufs de la marque Matines Mas d'Auge et des marques de distributeur et approvisionnent Système U, Carrefour, Casino, Monoprix.

Mise au courant de ce qu'il s'y passe, L214 demande aux gérants de ces élevages qu'une mise aux normes soit réalisée au plus vite et en informe les services vétérinaires et les chaînes de distribution concernées. Après la confirmation de non-conformités par les services vétérinaires, Casino a décidé de stopper provisoirement ses approvisionnements auprès du GAEC du Perrat.

En réponse, les exploitants ont déposé un référé contre l'association et obtenu l'interdiction d'utilisation des images prises à l'intérieur des élevages sans l'accord du propriétaire. Des réparations financières ont été ordonnées dans les deux cas.

Ce qu'il se passe dans une unité industrielle d'élevage a donc été considéré comme relevant de la vie privée et de l'intime; tandis que L214 se retrouve criminalisée dans son rôle d'information.

Le consommateur semble quant à lui le facteur le plus important quand il achète... et le plus négligeable quand il faut l'informer sur ses achats. Du moins, c'est vers cette conclusion que la justice nous dirige avec fermeté.

Ce n'est pas la première fois qu'en France, des filières agricoles tentent de faire interdire des images prises en élevages ou abattoirs, jusqu'alors avec plus ou moins de succès (éleveurs de lapins, Charal...). Mais si ces jugements se généralisent, l'industrie agroalimentaire restera seule maîtresse à bord et les seuls animaux d'élevage que connaîtront les consommateurs danseront le French Cancan dans les publicités.

Commenter cet article

gwendal 05/12/2014 02:28

Les poules ont des "manques " de plumes exactement aux mêmes endroits que les oies et les canards lorsqu'ils sont plumés vivants (ce qui est d'ailleurs interdit!).
De la a penser que ce n'est pas seulement les poules qui se font ça elles-mêmes, mais que ce serait un plumage pratiqué pour vendre les plumes aux fabricants de doudounes... Simple suggestion d'enquête...surtout que c'est le bon moment (l'hiver) pour coincer des éventuels fraudeurs (..."bonjour madame la vendeuse de cette joie boutique, nous venons pour un controle qualité, et nous allons prendre quelques doudounes pour faire des analyses. Voici un reçu pour votre patron. Bonne journée" ...et hop!).

Tonton Marcel 04/12/2014 22:02

C'est ce qu'on appelle la liberté d'expression...
La France est un pays libre, mais uniquement en théorie bien sûr !

marie 04/12/2014 18:30

C'est lamentable , la justice française interdit la diffusion d'mages de deux elevages intensifs de poule pondeuse , pauvres bêtes , ça me fait mal au coeur
les animaux sont des êtres sensibles et par conséquent il faut les traiter comme des êtres vivants

philippe 04/12/2014 15:14

justice qui porte le nom d'injustice aura a faire bientot a son miroir en ces temps de revelations,
ces juges pantins au service de l'omerta sont complices de délits et crimes a ce niveau....

Emma 04/12/2014 15:14

Tenez bon!
On a besoin qu'on nous ouvre les yeux et qu'on nous secoue de temps en temps !!

Yann 04/12/2014 14:19

Les éleveurs sont dans leur droit de demander l'interdiction de diffuser des images prises chez eux, c'est un fait, ça relève du droit sur des questions de propriété industrielles.
Ce que je retiens de l'histoire c'est que les services véto ont fait leur boulot en signalant la non conformité des élevages incriminés, et que Casino a décidé de stopper provisoirement ses approvisionnements chez eux et c'est bien ce qui importe. Ils devront se mettre en conformité pour continuer leur activité.

Nous sommes sociaux !

Articles récents