Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Des millions de moustiques génétiquement modifiés libérés prochainement en Floride

Publié par David Jarry - Webmaster sur 26 Janvier 2015, 20:45pm

Catégories : #Environnement

Des millions de moustiques génétiquement modifiés pourraient être libérés prochainement dans la ville de Key West en Floride si des chercheurs britanniques obtiennent des autorités sanitaires américaines l'autorisation de les utiliser pour tenter de contrer une épidémie de dengue et de chikungunya qui touche la région.

En effet avec le changement climatique et la mondialisation, la dengue et le chikungunya deviennent de plus en plus menaçant aux États-Unis et en particulier dans la ville la plus australe du continent américain, Key West.

Des insecticides sont pourtant pulvérisés chaque année dans les quartiers les plus touchés de la ville, mais rien y fait, la population de l'Aedes aegypti, dont les piqûres des femelles répandent des maladies tropicales, continue d'évoluer et résiste désormais à quatre des six insecticides utilisés pour tenter de les tuer.

Oxitec, une entreprise de biotechnologie britannique qui a breveté une nouvelle méthode de reproduction stérilisante sur l'Aedes aegypti a donc proposé ces services à la ville.

Les ADN des moustiques mâles génétiquement modifiés d'Oxitec ont vu leurs gènes transformé par l'introduction de fragments de gènes du virus de l'herpès simplex, de la bactérie E. coli et même de corail et de chou.  Oxitec affirme que cet ADN synthétique est couramment utilisé en laboratoire et pense que l'introduction de ces moustiques génétiquement modifiés dans la nature ne posera pas de risques significatifs pour l'environnement, mais qu'ils tueront à coup sûr les larves des moustiques à venir.

"C'est donc essentiellement pour tenter d'éradiquer cette invasion de moustiques qu'on va introduire des moustiques mâles génétiquement modifiés pour éviter la propagation de maladies», a déclaré Michael Doyle, directeur exécutif du district de lutte contre les moustiques de Key West , qui attend que la Food and Drug Administration autorise l'expérience.

En libérant des millions de moustiques OGM mâles qui ne piquent pas, nous visons à ce qu'ils s'accouplent aux femelles sauvages dont la descendance mourra, réduisant ainsi leur population dans la ville.

Oxitec qui a installé dernièrement un de ses laboratoire de reproduction à Marathon espère ainsi introduire ses moustiques dans un quartier de Key West dés ce printemps.

Theresa Eisenman, la porte-parole de la Food and Drogue Administration américaine a déclaré qu'aucun tests sur le terrain ne seront autorisés tant que l'agence n'aura pas soigneusement examiné toutes les données "

Chris Creese la porte-parole de l'entreprise OXITEC affirme elle, que le test sera de taille similaire à celui de l'expérience de 2012 dans les îles Caïmans, où 3,3 millions de moustiques modifiés avaient été libérés pendant six mois, entraînant la suppression de 96 pour cent des insectes ciblés. Dernièrement un lâché de moustiques génétiquement modifiés au Brésil a également réussi, et que les deux pays veulent désormais que nos services soient appliqués sur une plus grande envergure, rappelle t elle.


Pourtant les détracteurs d' Oxytec alertent d'un risque très grave, et en particulier du risque celui de la transmission de ces gènes modifiés du moustique à l'homme.

Guy Reeves, un généticien moléculaire à l'Institut Max Planck en Allemagne par exemple affirme qu'Oxitec devrait plutôt publier des études sérieuses avant d'affirmer que leur ADN synthétique ne causera aucun dommage et en particulier lors d'un transfert possible de cet ADN à l'homme .

Aucune étude sanitaire sérieuse n'a été mené aux îles Caïmans, et rien n'indique qu'une personne ait pu être piquée par une femelle ayant erré négligemment dans un de leur laboratoire ou dont le gène modifié lui ait été déjà transmis. Dire qu'il n'y a aucun risque de transmission génétique à l'homme est une pure aberration.

Oxitec a déjà libéré 70 millions de ses moustiques dans plusieurs pays et n'a reçu aucun rapport d'impacts sur les humains en dépit de la surveillance réglementaire qui encourage les gens à signaler les problèmes affirme pourtant l'entreprise. 

Déjà plus de 130 000 personnes ont signé une pétition sur Change.org contre l'expérience.

© Nature Alerte

Commenter cet article

TerraSigel 28/01/2015 00:58

Et si jamais la reproduction se fait que les ces insectes survivent... juste un détail... ils vont transmettre ces maladies "virus de l'herpès simplex, de la bactérie E. coli et même de corail et de chou"

Il faudrait que l'homme cesse de se prendre pour Dieu... les OGM sont dangereux pour l'humanité et la planète!!!

nours77 27/01/2015 16:15

J ai une question bête a poser, si on lâche ce genre de moustique mâle, ils ne vont pas ciblés que les mauvais moustiques ? Toutes la population de moustique d un continent va disparaitre, voir avec les moyens de transports modernes, des insectes peuvent traverser les océans (sa arrive tout le temps), ce n est donc pas toute la population de moustique mondiale qui est menacer ?

Dans ce cas, les larve et les moustiques servent de nourriture aux insectes(araignées,...), aux petits poissons (alevins,...) aux petits crustacés, aux petit mammifère (chauve souris,...), au oiseaux (surtout migrateurs), la larve de moustique mange des micros organismes et empêche leurs proliférations dans les marres, les mâles moustique butines les fleurs, et ils servent de régulateur du sur nombre des espèces en transportant des maladies...

Il est facile de comprendre les conséquences une disparition soudaine des moustiques, il est dangereux de toucher au base des chaine alimentaire quand on est au bout de celle ci, il doit y avoir d autre moyen qu un génocide complet d une espèce pour régler les problèmes étasuniens...

sam 27/01/2015 14:52

S'ils ne piquent pas et s'ils sont stériles, je trouve que c'est un réel progrès plutôt que d'avoir à utiliser et à supporter les épandages en zone infestée, produits dont on connait la toxicité à laquelle on ne peut échapper.
Je sais qu'il est difficile de concevoir sous nos latitudes que des produits chimiques sont largués en quantité massive contre les moustiques qui sont un véritable fléau, mais pour l'avoir vécu, c'est un véritable cauchemar !

anonyme 27/01/2015 14:08

pas que.....!!

"Les moustiques, autant sous forme de larves que d'adultes, font partie de plusieurs chaînes alimentaires. Ils forment une abondante source de nourriture pour de nombreuses espèces de prédateurs, tant en milieu aquatique que terrestre. Dans l'eau, les stades immatures sont mangés par du zooplancton, des insectes (larves de libellules, dytiques), des poissons, etc. Les adultes sont la proie d'insectes, de batraciens, d'oiseaux, de chauves-souris, etc. Par leur nombre considérable, les milliards de moustiques permettent de transférer une importante quantité de matière organique (biomasse) des milieux aquatiques aux milieux terrestres. Les larves de moustiques s'alimentent de très petites particules dans les eaux stagnantes puis se transforment en moustiques adultes qui sont dévorés par divers prédateurs terrestres ou aériens. Des études effectuées dans les îles de Sorel ont révélé que ces insectes produisent entre 5 et 45 kilos de matière organique à l'hectare par année. À l'échelle du continent, ce sont des millions de tonnes de matière vivante qui viennent ainsi enrichir les processus écologiques."http://www.chambon.ac-versailles.fr/science/faune/zool/inv/moustiq.htm

gertrude 27/01/2015 09:40

les revoila encore ces scientifiques avec toujours plus de folies a ce stade il s'agit bien de crimes contre toutes vies vu les degats et inconnues........et nous "peuple" est de laisser faire ces
grands malades de l'esprit '( une souche de + made in america )

marie 27/01/2015 09:38

Ah lala c'est quoi encore ces moustiques genetiquement modifies
ça me fait peur , il y aura bien autre chose

gwendal 27/01/2015 00:58

Si ces cinglés testent d'abord la transmission possible de gènes aux humains sur eux, ça me va...!

Nous sommes sociaux !

Articles récents