Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


75% des espèces comestibles cultivées ont disparu en à peine un siècle

Publié par David Jarry - Webmaster sur 5 Février 2015, 22:01pm

Catégories : #Environnement

75% des espèces comestibles cultivées ont disparu en à peine un siècle

La biodiversité est en danger, et notre monde avec. Saviez-vous qu’en un siècle, 75% des espèces comestibles cultivées ont disparu (chiffres FAO) ? La société moderne a réussi à éradiquer des milliers de végétaux qui nous accompagnaient, et nous nourrissaient, depuis la nuit des temps.

Aujourd’hui, les multinationales semencières (Monsanto, Dupont, Syngenta, Limagrain, Bayer…) tentent de s’arroger le monopole des graines, pour privatiser le vivant et prendre le contrôle de ce que plantent agriculteurs et jardiniers, et, par ce biais, l’essence de ce qui nous fait vivre.

Alors que de tout temps, les paysans ont collecté, préservé, replanté et échangé leurs graines librement, l'Europe s'est inventée un catalogue officiel des graines autorisées – notamment de nombreux hybrides F1, qui ne se ressèment pas et doivent donc être rachetés chaque année par le cultivateur. Tout agriculteur qui plante autre chose et vend les fruits de sa production, est aujourd’hui considéré hors-la-loi.

©Luc Legay

Cultures de blés anciens ©Luc Legay

La graine, c’est une chose minuscule, qu’on a tendance à négliger. Elle est même parfois perçue comme une nuisance : on jette les noyaux, on crache les pépins, on retire les germes. Pourtant, elle est fondamentale. Elle est à l’origine de la vie. Les industriels ne s’y sont pas trompés, qui fomentent depuis bientôt 30 ans leur mainmise sur le vivant à travers ces pépites organiques.

Mais il n’est pas trop tard. Face à eux, des gens se battent un peu partout. Militants philosophes et féroces, comme Vandana Shiva, la "diva verte" indienne, organismes luttant pour la "libération des semences", comme l’association Kokopelli, le réseau Semences Paysannes, les Incroyables Comestibles, Graines de Troc, ou encore le mouvement Colibris… Et aussi, envers et contre tout, une poignée de paysans amoureux de variétés anciennes, de leurs noms poétiques, de leurs formes biscornues et de leurs goûts délicieux. J’en parle autant que je peux dans mes pages…

Ferme Sainte Marthe

La Ferme de Sainte-Marthe, en Maine-et-Loire

Pour défendre la production, préservation et dissémination de graines fruitières et potagères traditionnelles, Philippe Desbrosses, pionnier de l’agriculture biologique et fondateur de l'association Intelligence Verte et de la ferme expérimentale de Sainte-Marthe, a lancé le projet Graines de Vie, qui propose à tout citoyen d’apprendre (gratuitement) à cultiver et préserver les graines, mais aussi à les répandre, et à répandre le savoir.

Pour plus d’informations, il suffit d’aller sur le site ici, où interviennent de passionnants défenseurs du sujet, comme Cyril Dion (Colibris), la réalisatrice Coline Serreau, le botaniste-écologue Jean-Marie Pelt et bien d’autres. Je vous invite vivement aussi à planter votre première graine en contribuant à leur campagne de financement participatif ici (il ne reste que quelques jours !).

Graines de vie

« Comme l’eau ou l’air qu’on respire, les graines sont un bien commun de l’humanité, qui nous permet de vivre, dit Cyril Dion. Les privatiser, cela s’apparente à perdre une démocratie, car la démocratie, c’est avoir, collectivement, le contrôle de choses dont nous dépendons pour vivre. »

Alors, réveillons-nous, citoyens ! Et plantons, récoltons, partageons, disséminons furieusement, pour préserver la liberté et la diversité de notre planète, de nos assiettes et de nos vies.

Camille Labro

Pour en savoir plus, regardez ce film documentaire :

©slimmer_jimmer

Commenter cet article

Sam 06/02/2015 10:59

La soif de profit est trop grande.Vous pourrez leur dire tout ce que vous voulez,...ils se bouchent les oreilles comme des serpents!
Il suffit de relire Genèse chapitre 1 versets 11-13
La fécondité et la gratuité des plantes, de leur semence est le gage du devenir de l'Humain.
Le peuple du "laisser-faire"à la solde des Monsanto & co devrait s'offrir une scéance
de ciné avec "Soleil vert" parce que mine de rien ça fonce très vite ces temps-ci.
Que celui qui a des oreilles entende.

marie 06/02/2015 07:11

Helas nos graines sont trafiquées et ce Monsanto gros pollueur et empoisonneur
et la pollution

gwendal 06/02/2015 00:12

OGM de Monsanto et réglementation...favorable...

Pour la FDA les OGM sont « similaires en substance » aux produits biologiques conventionnels déjà existants ou nés de croisements... ce qui a créé l'escroquerie du « principe d'équivalence en substance » ou « pas considérablement différents » ...ce qui est quand même l'aveu d'une différence...!
James Maryanski, responsable de la biotechnologie (à la FDA) de 1985 à 2006, a dit que la décision de ne pas créer une catégorie spécialement dédiée aux OGM a été une décision uniquement politique! La définition fallacieuse « similaire en substance » n'est pas sorti de la bouche d'un spécialiste agronome...!
Cette décision, uniquement politique, de ne pas créer une « catégorie particulière » pour les nouvelles méthode de création d'aliments s'est appliquée, en fait, à toute la bio-technologie!

Jeremy Rifkin fut le premier a dénoncer le « principe d'équivalence en substance ».
Jeffrey Smith dit que « si les OGM sont si bien implantés aujourd'hui c'est à cause d'une tromperie de la FDA ». « Ils disent que ces aliments ne sont pas différents »...
Jeremy Rifkin dit « Je n'ai jamais vu une société qui ait une influence aussi déterminante, et à un niveau aussi élevé, sur les autorités gouvernementales en charge de la réglementation, que Monsanto avec ses OGM ».

Georges Bush Sr, alors Vice-Président de Ronald Reagan, en visite dans les laboratoires de Montsanto le 15 Mai 1987 (9 ans avant la mise sur le marché du soja « Roundup ready ») est interpelé par des gens de Montsanto qui lui disent que la réglementation du moment retarde leurs projets OGM.
Georges Bush Sr dit alors « Appelez-moi, mon job c'est la déréglementation »...

Michael Taylor (qui s'appelle lui-même aussi bien Mike Taylor) est devenu Commissaire Adjoint à la FDA au moment où la réglementation des OGM était rédigée (de Juillet 1991 à 1994).
Il est ensuite revenu à Montsanto comme Vice-Président de Montsanto...
Marie-Monique Robin (qui a fait une grosse enquête sur les OGM) dit que « sur internet il n'y a qu'1 seule image de cet homme de l'ombre »... Aujourd'hui, il dirige une Fondation « Ressources pour le Futur ».
Cet homme était associé pendant 7 ans dans un cabinet d'avocats (King&Spalding) ...dont Montsanto était client ...ainsi que le « Conseil International de la Bio-thechnologie et des Aliments », AVANT de travailler à la FDA...!
Il a travaillé sur des dossiers de Montsanto.
D'après Michael Hansen (Expert de l'union des consommateurs), le texte de la réglementation sur les OGM est très similaire à celui que Taylor avait rédigé pour le Conseil de la Bio-thechnologie concernant «la manière dont le Conseil aimerait qu'on réglemente les OGM »... Ce qui n'empêche pas Mike Taylor de dire qu'il ne serait pas l'auteur de la réglementation...

Nous sommes sociaux !

Articles récents