Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Le GIEC tire la sonnette d’alarme concernant la crise mondiale de l’eau

Publié par David Jarry - Webmaster sur 5 Février 2015, 13:45pm

Catégories : #Environnement

 
Le Groupe Intergouvernemental d’experts des Nations Unies sur l’Evolution du Climat (GIEC) tire la sonnette d’alarme concernant la crise de l’eau, un problème imminent et grave.

La rareté de l’eau pourrait mener au conflit entre les communautés et les nations alors que le monde n’est pas encore totalement conscient de la crise de l’eau à laquelle sont confrontés plusieurs pays en conséquence du changement climatique, d’après ce qu’a indiqué le directeur du Groupe Intergouvernemental d’experts des Nations Unies sur l’Evolution du Climat (GIEC) mardi.

Le dernier rapport du GIEC prévoyait une augmentation des températures mondiales comprise entre 0,3 et 4,8°C d’ici la fin du 21ème siècle.

Des pays comme l’Inde sont susceptibles d’être durement touchés par le réchauffement climatique, qui entraînera davantage de phénomènes climatiques extrêmes tels que des sécheresses qui conduiront à des pénuries d’eau importantes et affecteront la production agricole et la sécurité alimentaire.

Naturellement, cette crise de l’eau va également créer des tensions , probablement des conflits entre des groupes riverains et des Etats riverains 

« Malheureusement, le monde ne s’est pas vraiment éveillé à la réalité de ce à quoi nous allons être confrontés en termes de crise de l’eau » a déclaré le Président du GIEC, Rajendra Pachauri lors d’une conférence sur la sécurité de l’eau.

« Si vous regardez les produits agricoles, si vous regardez les protéines animales pour lesquels la demande augmente ce sont des choses hautement intensives en eau. 

Parallèlement, du point de vue de l’offre, il y aura plusieurs contraintes. D’abord parce qu’il va y avoir des changements profonds du cycle de l’eau à cause du changement climatique ».

Les experts du développement dans le monde sont de plus en plus inquiets par rapport à la sécurité de l’eau.

Des inondations et des sécheresses plus fréquentes causées par le changement climatique, la pollution des rivières et des lacs, l’urbanisation, la sur-extraction de l’eau souterraine, et l’extension des populations impliquent que de nombreuses nations telles que l’Inde sont confrontées à des pénuries d’eau importantes.

Par ailleurs, la demande accrue en énergie des pays comme l’Inde pour alimenter leur croissance économique a résulté sur la nécessité de produire plus d’eau par l’hydroélectricité et les centrales nucléaires.

Les mois secs de Juin et Juillet, pendant lesquels il y a de fréquentes coupures d’électricité et des pénuries d’eau, offrent un aperçu de la crise de l’eau imminente en Inde.

Les hôpitaux à New Delhi ont dû annuler des opérations chirurgicales pendant une courte période en 2013 parce qu’ils n’avaient plus d’eau pour stériliser les instruments, nettoyer les champs opératoires ou pour que le personnel se lave les mains.

Les centres commerciaux avaient dû couper la climatisation et fermer les toilettes pendant cette période.

Rajendra Pachauri a déclaré qu’il était nécessaire d’utiliser la technologie pour aider à produire davantage d’eau de manière plus efficiente, notamment dans le domaine de l’agriculture où il y a beaucoup de gaspillage.

L’Inde est placée au centre des disputes concernant l’eau avec ses voisins de l’Est et de l’Ouest : le Bangladesh et le Pakistan.

Source © actualités news environnement

Commenter cet article

Zinsmann 08/02/2015 12:45

La pénurie d'eau a déjà fait les pires ravages qui sillonnent MENA et la charcutent depuis plus de 1000 ans déjà ! Le dernier avatar du 'Printemps arabe' n'en est qu'une des variante des effets de la détresse hydrique millénaire ! Avec moins de 500 m3 d'eau par bipède / an au lieu du minimum vital de 2500 m3 , MENA ne peut être mieux lotie ! Heureusement qu'il y a l’espoir qui pointe son nez : le dessalement de l'eau de mer à l'énergie thermique solaire concentrée ! Le potentiel de la région dépasserait les 1000 km3 /an ! De quoi gaver ses bipèdes errant et en faire des citoyens vissés à leur terrEAU tel que le chêne liège de Kroumirie !

gwendal 06/02/2015 00:23

Le GIEC change de marotte... ;) ou disons il change -d'objet social- son CO2 prenant l'eau, ha ha ha!
Il y a eu:
-le CO2
-le Méthane
-l'Acidité des océans
-et maintenant... Le manque d'eau ...enfin là où il y a un manque...

Après, il vont accuser quoi? Les merles ...qui chient moins qu'avant et à des endroits différents ...entrainant un changement de nature des sols ...entrainant une répercussion sur les cours d'eau et les océans ...entrainant une modification de la faune maritime...
Putain, ils arrêtent quand leurs conneries?!!!!!

Expertdemonculs 05/02/2015 17:48

Nimportnawak?!!! la Belgique flotte littéralement sur des nappes phréatiques, il y pleut 250 jours par an même dans le centre de BXL il y a plusieurs sources d'eau pure et naturelle (Uccle) GIEC sucks!

Yann 05/02/2015 16:16

L'article sonne comme une évidence. L'eau se fait rare dans certaines parties du globe et en devient une source de tensions : moyen orient, Asie, Afrique. Assèchement naturel ou non de grand lacs comme la mer d'Aral ou le lac Tchad. Les grand travaux d'irrigation en Chine ont profondément modifié le paysage rural conduisant à des famines, des exodes de populations, etc.
Et que la carte provienne d'un think tank américain, on s'en fout un peu, les enjeux sont biens réels.
Et bien sur que si, ça a des conséquences mondiales -> mouvements de populations, famines, conflits, désertification des sols, sollicitations d'aides internationales, maladies etc... c'est un peu l'effet papillon.

nours77 05/02/2015 15:03

Juste une petite question M David Jarry, pourquoi cette engouement pour les études étasuniennes ?
Elles représente 90% de ce sur quoi s appui 2012 un nouveau paradigme... Il y a beaucoup d étude a travers le monde, pourquoi ce limité au seul résultat des états unis ?

Je trouve que la rareté de l eau n est pas un problème au niveau mondiale, (sauf dans certaines régions du monde) la quantité d eau consommable (sans polluant néfaste pour la santé) est elle plutôt inquiétante... Ainsi on peut dire sans mal que ce battre pour l avoir n est pas vraiment une solution durable, trouver de l eau ou retraité et l acheminer ou il y a besoin, me semble plus constructif... enfin si dieu argent le permet bien sur...

David Jarry - Webmaster 05/02/2015 15:50

Ce n'est pas un engouement cependant les autres études s'il y en a ne sont pas publiées ou rarement sur la toile, il devient alors compliqué de poster un article.....

Nous sommes sociaux !

Articles récents