Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Société en délire : des amendes aux personnes obèses qui n'arrivent pas à perdre du poids

Publié par David Jarry - Webmaster sur 22 Février 2015, 20:30pm

Catégories : #Société

Société en délire : des amendes aux personnes obèses qui n'arrivent pas à perdre du poids

Infliger des amendes aux personnes obèses qui n'arrivent pas à perdre du poids. L'idée peut sembler brutale. Elle gagne pourtant du terrain dans le monde. Illustration avec deux exemples, venus des deux côtés de l'Atlantique.

À Puerto Rico tout d'abord, le sénateur Gilberto Rodríguez Valle a déposé début février un projet de loi visant tout particulièrement les plus jeunes. Il propose tout simplement de pénaliser financièrement les parents d'enfants obèses.

Si le texte est adopté, ce sont les professeurs qui seront chargés de détecter les cas d'obésité. Des professionnels de santé détermineront alors si la situation est due à une mauvaise hygiène de vie, ou à une maladie. Dans ce deuxième cas, ils mettront en place un programme d'activité physique et de modification des habitudes alimentaire. En cas d'échec au bout d'un an, les parents pourraient avoir à payer jusqu'à 800 dollars (environ 703 euros).

Les allocations dans le collimateur de David Cameron

Plus proche de nous, au Royaume-Uni, le Premier Ministre David Cameron a demandé le 14 février dernier à des experts du ministère de la santé d'étudier une autre proposition détonante : retirer les allocations aux personnes obèses qui refuseraient les secours de la médecine. Certaines personnes « ont des problèmes de poids qu'il serait possible de résoudre, mais préfèrent vivre d'allocations plutôt que de travailler », a critiqué le dirigeant britannique, cité par la BBC. Cette mesure concernerait une allocation baptisée Employment and Support Allowance, qui pourrait aller jusqu'à 108 livres (environ 254 euros) par semaine. Environ 100 000 personnes, écartées du marché du travail pour raison de santé, en bénéficient.

Indignation

Dans l'ensemble, les réactions à ces deux propositions ont été très négatives. L'initiative portoricaine faisait par exemple sortir de ses gonds sur le site ABC News le Dr Nikhil Dhurandhar, qui dirige le département de nutrition à la Texas Tech University : « Quelle est la prochaine étape ?, demandait-il. Va-t-on pénaliser les parents d'enfants souffrant d'autres maladies ? Peut-être le diabète ? Ou le cancer ? »

Quant à Susannah Gilbert, de l'association de soutien aux personnes obèses Big Matters, elle critique ouvertement l'idée de David Cameron : « Je pense qu'il est naïf de penser que les gens ne veulent pas changer de vie », explique-t-elle sur le site de la BBC. Penser qu'ils ne veulent pas d'aide n'est pas vrai. »

Même tonalité côté français. « Ces mesures sont choquantes car discriminantes et totalement inutiles ! », s'indigne le Pr Serge Hercberg, président du Programme national Nutrition Santé (PNNS) contacté par « le Quotidien ». Ce spécialiste de la nutrition tente de rassurer : « Je n'imagine pas que l'on voie ce type de mesures populistes en France, où au contraire le PNNS essaye de mettre en place des moyens de lutter contre toutes les formes de discrimination à l'encontre des obèses. »


Commentaire : La perversité du système ne connait pas de limites : stigmatiser les victimes du-dit système qui a lui-même mis en place, depuis des décennies, à coup de désinformation et de propagande nutritionniste, de collusions et de concessions envers l'industrie agro-alimentaire, toutes les conditions nécessaires à la création du problème. Qu'il entend régler de la pire des manières : châtiment, culpabilité.

Est-ce vraiment la meilleure des manières pour aider ses semblables que d'utiliser chantage et mesures de rétorsions ? Remercions-les pourtant, tous ces cerveaux malades qui envisagent de telles solutions : ils ne sont que le reflet exact des moyens employés, et à ce titre, nous informent bien involontairement quand à leur véritable nature.

Merveilleux prétextes enfin, pour légitimer la prise de contrôle d'un corps qui ne semble plus devoir nous appartenir.
Adrien Renaud
Le quotidien du médecin

Commenter cet article

Chantal Lévesque 23/02/2015 22:27

Erik c'est vraiment effrayant ce que vous écrivez: " Il n'y a jamais eu d'obèse dans les camps de concentration! " C'est normal personne ne mangeaient! Allez on y va, il faut mettre les gros dans des camps surveiller et les faire courir et travailler 20heures par jour, pourquoi pas tant qu'on y est de gaver les anorexique comme des oies afin qu'ils nous coûtent moins cher en anémie, soins hospitalier et absentéisme. Continuons notre ménage, les vieux ils coûtent de plus en plus cher et sont à risque de se casser une hanche surtout s'ils ne se sont pas très bien alimentés alors une petite amande pour ne pas faire du sport et se garder agile au lieu de faire du tricot des biscuits et écouter la télé. Il faut vraiment faire attention a ce que l'on veut vraiment comme société, un très gros OUI pour manger sainement, faire du sport et avoir une bonne hygiène de vie et psychologique. Malheureusement nous ne vivons pas tous dans un compte de fée et chez Bizounours. J'ai même visionner un reportage où l'on testait des souris avec le même régime alimentaire mais une était super obèse et l'autre très mince. La différence des deux venait du fait que les chercheurs mettaient la souris obèse en contact avec des polluant chimique présent partout autour de nous et qui dé-balançait et intoxiquait son système de croissance. Nos vaches, poules et autre bêtes d'élevage sont piqués avec des hormones de croissance pour grossir encore plus rapidement, après c'est nous qui les mangeons et avalons tout ces saloperies. Notre terre est malmener et nos corps aussi dû aux industries alimentaires qui nous donnes de plus en plus d'aliments corrompu (ogm). Bref, comme je l'ai dit plus haut, ce monde a peur de tout ce qui ne représente pas les cannons de beauté d'aujourd'hui (car à la renaissance c'était les grosses qui avaient la côte!). Je pensais du fait que je faisais de mon mieux pour aider l'humanité, aimer mon prochain tout en respectant la faune et la flore m'aurais au moins donner le droit de vivre sur cette terre. Mais non, je pense qu'il faut s'y faire, il n'y a de la place que pour les parfaits.

alfred alfred 23/02/2015 19:54

Nous devrions mettre à l'amende la bêtise humaine!
A mon avis les caisses seraient remplies...

Betamax 23/02/2015 13:13

est ce que s'il payent pas leurs amandes ils vont en prison ? non mais jusqu'a ou ca va aller ? et puis quoi encore ? si on veut manger on mange, surtout si ces naturel ca peu même aider a trouver le bon poids sans que ca sois obligé de controler tout le temps.

nours77 23/02/2015 10:03

Depuis quand et sous quel autorité, les professeurs d écoles sont des nutritionnistes, psychologues familiales suffisamment aptes pour juger quoi que ce soit ?
J aime avoir un peu de graisse sous la peau, il fait trop froid sur terre !
Par quel miracle l avis d un étranger a plus d importance que le mien en ce qui concerne mon existence ? on me volerait pas ma liberté personnel la non ? Je fait ce que je veux de mon corps, de ma vie. De quel droit me fait on entrer par la force dans un moule dont je trouve la laideur repoussante ! Et vous dit merde en bonus a ceux qui veulent imposé leurs vues !

Erik 23/02/2015 06:42

Est ce vraiment la meilleure manière pour aider ses semblables que d'encourager leur travers par un assistanat inconditionnel déresponsabilisant et qui pousse, qui pis est, dans le sens de la société d'hyper consommation alimentaire et médicale?. Pour maigrir il suffit d'arrêter de manger les viandes, les produits laitiers et tous les sucres artificiels rajoutés. Il n'y a jamais eu d'obèse dans les camps de concentration! La solution passe absolument par la prise de conscience de l'individu.Il doit se savoir responsable de ce qui lui arrive et le levier financier est un moyen efficace de motivation.. La santé se construit ou se détruit jour après jours essentiellement avec ses dents!

n' ED de mabouillotte-et-mondoudou 23/02/2015 10:39

Il y a TOUJOURS 2 éléments cachés et LIÉS dans les "problèmes" de poids :
Abandon (s)
et
Affrontement (s)
et notre système biologique cherche à faire le poids !
Ça à l'air simpliste comme ça mais s'il est impossible d'abandonner ce à quoi on est confronté ou s'il est impossible d'affronter ce ou ceux qu'il faudrait abandonner ,le cerveau "fait" de la masse et u volume en conséquence ...par tous les moyens possibles.

Chantal Lévesque 23/02/2015 05:18

Je suis moi même obèse de par ma naissance, ma mère a été provoqué 1 mois plus tôt à cause que j'étais déjà trop grosse pour sa santé. Ensuite bien que n'étant pas extrême obésité (jeune) j'était quand même la plus grosse de la famille, mes frères et soeurs étaient très minces. J'ai été très critiqué, et méprisé, même qu'en 4ième année mon prof nous a dit qu'elle nous pèserait devant toute la classe le jeudi (n'ayant pas dormis pendant 2 jours, le jeudi je n'ai pas été a l'école) mais surprise le vendredi elle m'attendait de pied ferme car elle avait elle aussi repousser la pesé d'un jour. à 10 ans je pèsais 145lbs. Je me suis fait insulté et encore plus méprisé, j'étais très active et même gagné en secondaire 1 des tournois de badminton classe A et championne en double et en simple. Ayant suivit plusieurs régimes je n'arrivais pas à maigrir, comme ont dit chez nous, je n'étais pas bâtie sur un freme de chat! Bref petit à petit en vieillissant je grossissais malgré un régime alimentaire très comparable à ma famille et amis. À 29 ans je me suis fait faire une chirurgie bariatrique (on enlève une grande partie de l'intestin gros colon pour le brancher à un petit estomac gros comme le pouce de la main) j'ai perdu en 9 mois 160lbs. J'étais enfin sortie de la prison, tellement belle, plein de beaux vêtements et sexy. Je faisait tellement de sport, (c'était facile pour moi car plus cette masse à traîner) et j'étais certaine que mon problème était régler pour la vie!!! Mais non toute bonne choses ont une fin. Petit à petit j'ai recommencer à reprendre du poids bien que mes portions était la moitié des gens, j'avais beau essayer rien n'y faisait. J'essayais de contacter mon chirurgien mais dans le public, peine perdu, il me fuyait comme la peste, l'équipe chirurgicale m'a fait faire des testes et ont vue que mon intestin avait refait un autre poche qui faisait en sorte que même si mon estomac était petit la nourriture se vidais dedans...j'étais rendu avec 3 estomac!!! Me réopérer n'était pas possible pour cause élevé de décès et ensuite mon chirurgien était rendu au privé. Bref après 2 autres année d'attente et de prise de poids j'ai décidé de recontacter le chirurgien au privé pour voir toute les options. Le coût était de 20 000$ et en plus les chances de mort était de 80% et en plus il m'a confirmé que le problème reviendrait car l'intestin referait une autre poche sous l'estomac, que ce n'était qu'une question d'année!!!! Bref j'avais servis de cobye pour les expériences d'obésité morbide. Mon chirurgien m'a mis en contact avec une équipe de recherche de l'obésité de l'hôpital McGill de Montréal. J'y ai été et ils m'ont fait passer une batterie de teste: Scan, test de dépenses d'énergie métabolique (ils mettent un genre de chapeau scaphandrier sur la tête qui est relié à un ordinateur. Pendant 35 minutes il faut respirer sans rien bouger, même pas regarder la télé afin de voir la dépense d'énergie du métabolisme) Mon métabolisme ne dépense que 1500 calories par jour et une personne de mon âge, sexe et grandeur devrait dépenser 2200 calories.... Ils m'ont même révélé que certaine personne qui ont passé le test ne dépensait que 700 calories par jour!!! Ce qui veut dire qu'elles ne doivent jamais manger plus de 1000 calories pour ne pas engraisser!!! Une salade au poulet et voilà c'est fini les repas du jour. Ensuite l'équipe m'a mis un genre d'ordinateur portatif attacher à ma cuisse que je devais garder toute une semaine pour voir mon niveau d'activité. Ils étaient tous sur le cul car je joue au tennis, bicyclette marche, travaille toute la journée debout, fait de jardinage, nage bref je bouge. Ils m'ont affirmer qu'ils ne comprennent pas vraiment ce qui ce passe, que vraiment ils cherchent la pilule miracle. Bref ne sachant plus quoi faire ils m'ont souhaiter bonne chance et de continuer de bien manger et de continuer d'être active. Je pèse en ce moment 140kilos et je bouge. Mais je peux vous affirmer qu'après toute ces souffrances que j'ai subit toute ma vie, autant psychologique que physique, il aurait été mieux que ma mère m'avorte. Le monde est fait pour les gens parfait physiquement, les autres ne sont que des problèmes et des hontes pour les familles et relations. Ils devraient donner le choix de l'euthanasie aux obèses au lieu de les mètres à l'amande. Maintenant je dis qu'on ne fait pas un dauphin avec une baleine!

gwendal 23/02/2015 23:08

Salut chantal, voici les pensées d'un homme (moi) qui n'est pas obèse mais qui a connu des êtres chers qui l'étaient (et dont le surpoids n'est en rien responsable de leur départ!):

tu sais maintenant que si tu manges plus de 1500 calories par jour tu prendra du poids...
Au moins tu connais maintenant ce nombre limite pour toi, alors que c'est rarement le cas pour la plupart des obèses ;)

Il y a de multiples raisons pour lesquelles ta mère a bien fait de te mettre au monde, et je vais t'en donner juste 4:
-sans ton témoignage, qui saurait que la limite de calories varie à ce point selon les gens?
-tu sais maintenant qu'on n'est pas tous pareil ...contrairement à ce que cette société stupide essaye de nous faire croire depuis la toute petite enfance
-tu es probablement ...le soleil de la vie... de beaucoup de gens (à commencer par ta famille et tes amis) ...même si tu ne t'en rend peut-être pas compte ;)
-le regard des autres n'a aucune importance ...du moment que tu sais que tu es une belle personne ;)
Moi, je ne te connais pas, et pourtant je t'aime ...et les autres on leur pisse dessus, ha ha ha :)

Nous sommes sociaux !

Articles récents