Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Don d’organes : votre corps ne vous appartient plus

Publié par David Jarry - Webmaster sur 29 Mars 2015, 15:01pm

Catégories : #Société

Un amendement à la loi de santé, adopté vendredi dernier, prévoit que les proches ne seront plus consultés avant le prélèvement d’organes du défunt.

Par Phoebe Ann Moses.

JL Touraine et N Vallaud Belkacem credits François Hollande Rhone (CC BY-NC-SA 2.0)

J.-L. Touraine et N. Vallaud Belkacem – credits François Hollande Rhone (CC BY-NC-SA 2.0)

 

Déposé par le Professeur Jean-Louis Touraine et Michelle Delaunay, et adopté vendredi, un amendement soulève bien des inquiétudes. Il ne sera plus demandé aux proches si le défunt avait exprimé un souhait. Le prélèvement sera légalement et automatiquement la « norme » par défaut.

Le député J.-L. Touraine est déjà à l’origine de plusieurs idées  qui ont déjà fait parler d’elles notamment la neutralité des paquets de cigarettes1. Jusqu’à présent, ces lois décidées « pour notre bien », ne portaient pas atteinte à la personne.

C’était sans compter l’inventivité des socialistes, jamais en panne d’idée pour contraindre l’individu à entrer dans le cadre souhaité. L’atteinte à l’intégrité corporelle constitue une première en matière d’intrusion dans le domaine privé.

Jusqu’ici, à défaut de consentement exprimé, la loi autorisait déjà le prélèvement d’organes. Mais cela se faisait toujours en consultant les proches, notamment pour s’assurer que le défunt n’y était pas totalement opposé. Les médecins pouvaient ainsi recueillir sinon le souhait du défunt, du moins celui de la famille. Mais devant le nombre insuffisant de greffons disponibles (les donneurs n’ayant pas expressément donné leur consentement n’étant pas prélevés), il a été envisagé qu’une loi imposant le contraire ferait mathématiquement augmenter leur nombre (+25% selon le député) : il faudra donc signaler officiellement qu’on refuse de donner ses organes pour être assuré de l’intégrité de son défunt corps. L’augmentation attendue compte en fait sur les oublis de déclaration des réfractaires au don d’organe.

Les proches ne seront plus consultés mais seulement informés du prélèvement et ne devraient pas être en mesure de le refuser. Selon Jean-Louis Touraine, cela évitera aux familles de se poser un cas de conscience dans un moment difficile de deuil. Bien entendu, encore une fois c’est pour notre bien.

Que le prélèvement d’organes sauve des vies est un fait incontestable, mais peut-on le rendre obligatoire sous ce seul prétexte, et ne plus laisser aux proches ou au défunt le « bénéfice » du doute ou de la réticence ?

Don d'organe - René Le Honzec -Contrepoints333En bons socialistes, les députés pensent que si l’on ne protège pas sa propriété privée, c’est à ses risques et périls. Et c’est bien cela qui est odieux : alors que l’État devrait être le garant de la propriété privée, de la sécurité de l’individu, au contraire il considère que notre corps lui appartient par défaut. C’est à l’individu de faire la démarche de se protéger, même (et surtout) de l’État.

Quand on sait le peu de crédit accordé aux lettres d’adieu des suicidés qu’on ranime de force sans tenir compte de leurs volontés écrites, on peut se demander si même en les mettant sur un registre les vœux du défunt seront respectés.

Les Monty Python en avaient fait un épisode du Sens de la Vie (The Transplantation), où des médecins venaient prélever de force le foie d’un homme qui s’en « servait encore » mais qui, parce qu’il avait une carte de donneur, n’avait plus de droit sur son organe. Drôle et surréaliste.
Mais cette fois c’est la réalité. Votre propre corps ne vous appartient plus. La politique constructiviste de ce gouvernement ne se cache même plus.

 
  1. Il avait déposé un amendement proposant l’interdiction pure et simple du tabac à toute personne née après 2001.
  2. http://www.contrepoints.org

Commenter cet article

Yann 31/03/2015 12:41

Certains commentaires sont hallucinants !
Qu'importe ce que devient votre corps après votre mort, vous n'en aurez aucune utilité. La famille ? Elle ne gardera pas votre dépouille à la maison, alors si un rein, un foi, un visage peut sauver la vie de quelqu'un tant mieux. En plus ce n'est pas une histoire de fric, que croyez vous ? Votre ignorance est scandaleuse.
Je vous souhaite de n'avoir besoin d'aucune transplantation Lola, Krikri, Anckou, LSR, Laura... vous, ou un de vos enfants.

lola 30/03/2015 09:33

l'abject et les delres des fossoyeurs de l'etat qui maintenant volent sur votre depouille vos organes
pour faire du fric dont votre famille ne verra jamais la couleur;on atteint avec ces psychopathes la l
le summum de l'arbitraire et du crime; c'est totalement ahurissant de voir de tels cerveaux imposer leurs lois a ce point.........PS = pour moi fini a tout jamais ( la loi qui vous tue 2fois doit etre
immediatement annulée )

Krikri 30/03/2015 13:48

en fait, je me demande si c'est légal un truc comme ça...? Qu'en dirait la cour des droits de l'Homme? Enfin bref, comme dérive totalitariste c'est pas mal, ils ont fait fort je dois dire...FUCK les vautours!

Krikri 30/03/2015 08:06

Le faschisme à l'hôpital, bravo!

Krikri 30/03/2015 08:05

Voilà qui ferait pencher pour la signature de sa carte de NON-donneur! Pis quoi encore...??????

Tonton Marcel 29/03/2015 23:43

Bien vu, "Lasorciererouge" ! Nous sommes un tas de viande...
Déjà que nous sommes des vaches à lait, qu'on nous prend pour des pigeons et maintenant nous sommes le dindon de la farce !
Nous sommes gouvernés par des malades mentaux qui ne pensent qu'à faire du fric avec tout.
Si ce n'était pas déjà fait, ils vendraient leur âme au Diable !
Pour "Anckou", dire qu'un socialiste n'a pas de cerveau, c'est un pléonasme...
Tout cela devient vraiment grave...

anckou 29/03/2015 21:50

une chose est sure personne ne pourra jamais prelever de cerveau sur un socialiste ,ils n'en ont pas

lasorciererouge 29/03/2015 19:58

Donc pour faire court, vous n'êtes qu'un tas de viande.
Aucun respect pour le défunt et ses croyances, aucun respect pour les familles, de la naissance à la mort vous appartenez à l'état.
Désolée mais c'est encore et avant tout une histoire de putain de fric, ne vous déplaise.
Cela me rappelle une phrase: Les enfants n'appartiennent pas à leurs parents, ils appartiennent à l'état.
Bienvenu(e) dans le monde réel !

Laura 29/03/2015 17:21

Sauf que les gens ne sont pas morts ! Sinon les organes ne pourraient plus être transplantés ! Combien de gens sont sacrifiés pour donner des morceaux aux autres et en même temps cela rapporte beaucoup d'argent aux hôpitaux, comme toujours il n'y a que le fric qui compte !
En plus, les gens transplantés doivent prendre des médicaments à vie ! Bravo encore une loi qui va dans leurs sens !!!!

toh 29/03/2015 18:21

Renseignez-vous un peu avant d'avancer de tel argument !
L'hémodialyse rapporte beaucoup plus d'argent que le prix des immunosuppresseurs, les décompensations cardiaques itératives et leur cout hospitaliers coutent plus cher (ou rapporte plus à l'hosto ^^) que l'opération et les immunosuppresseurs, voilà pour les couts.
Parlons de la qualité de vie, d'un hémodialysé (parfois jeune, 30 ans) c'est 4 heures de ton temps 3 fois par semaine toute ta vie, ça peut t'empêcher d'être embauché et en plus ça bouzille ta vie de famille (pas de vacances à l'étranger, ou tout endroit sans dialyse...)
De toute façon, je ne comprend l'argumentaire la plupart de greffe 89 % sont dûs soit à des états de mort encéphalique ou des polytraumatisé de la route mort sur place (la greffe de donneur vivant à donneur vivant, intrafamillial ne concerne même pas 11 % des greffes et de plus n'est pas concerné par cette loi).
Il faut être humaniste, près de 3000 personnes meurent en attente de greffe (car malgré les progrès de la science tous les organes notamment le foie, le poumon ne sont pas substituable à des machine), c'est un choix pour la communauté.
Et si malgré tout ça on ne veut pas donner, il existe le registre de refushttp://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F20088.xhtml

Éric G. Delfosse 29/03/2015 16:19

Une très bonne chose, cette future loi. Elle permettra peut-être de sauver quelques vies en plus... De toute façon, une fois mort, le tas de viande qui était mon corps, qu'est-ce que j'en ferais ? Qu'on prenne ce qui peut encore servir, et le reste, hop, au bûcher !

Nadège Renaudin 29/03/2015 19:25

@Laura : non, aucun prélèvement d'organe ne peut être effectué sur une personne qui ne serait pas décédée. La mort clinique d'un individu est établie par deux électroencéphalogramme plats, soit l'absence d'activité du cerveau. C'est d'ailleurs pour cela que c'est difficile pour les famille, car les corps sont maintenus artificiellement vivants grâce à des respirateurs et des drogues afin de continuer à irriguer les organes. On dirait qu'ils sont vivants, mais le fait est que si on les machines, tout s'arrête, car il ne peut y avoir de commande cérébrale avec EEG plat. Par contre, comme pour tout acte médical, le consentement est un préalable inaliénable si l'on veut respecter la déontologie. Et l'état ne devrait pas outre-passer ce devoir qui est la seule responsabilité du corps médical, mais plutôt investir pour inciter les personnes à se prononcer pour ou contre le prélèvement d'organes de leur vivant.

toh 29/03/2015 18:33

à laura : Il ne faut pas tout confondre, on ne prélève que sous ces modalités http://www.em-consulte.com/en/article/283977 (et plus voir site Agence biomédecine).
Les cas que vous racontez sont soit des cas d'anesthésies générales mal calculés avec sous dosage en hypnotique dans un cadre chirurgical (appendicite ... donc à priori pas notre cas) soit les cas de vols d'organes (surtout quand on va dans des pays à risque, ou on se fait opérer n'importe où).
Et quand bien même on te prendrait un organe vivant, il faut un consentement accordé par le juge du tribunal de grande instance qui est donné par toi donc c'est impossible.

Laura 29/03/2015 17:26

y a pleins de gens qui se réveil sur la table opération juste avant que l'on essaie de le voler les organes ! donc il ne sont pas vraiment MORT comme tu le dit !

Nous sommes sociaux !

Articles récents