Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Pourquoi le GIEC doit être démantelé

Publié par David Jarry - Webmaster sur 26 Mars 2015, 07:35am

Catégories : #Climat

Sous couvert de science, le GIEC défend une idéologie écologiste plus que contestable

Par Drieu Godefridi1.

Sous couvert de science, le dernier rapport du GIEC (« AR5 ») diffuse la version la plus échevelée de l’idéologie écologiste (décroissance, égalitarisme, deep ecology). Le problème réside dans la structure même de l’organisation onusienne, qui n’est pas scientifique, mais scientiste.

 

Le scientisme

Le scientisme est la théorie selon laquelle nos sociétés doivent être gouvernées par la science.

Cette théorie fut mise en forme par deux intellectuels français du dix-neuvième siècle, Auguste Comte et Ernest Renan

La difficulté que rencontre la théorie scientiste est la différence de registre entre la science et la norme.

La science s’occupe de décrire la réalité, elle décrit ce qui est. La norme, morale ou juridique, ne décrit pas la réalité : elle dit ce qui doit être. On perçoit aisément que l’énoncé scientifique « L’eau bout à 100 degrés » est d’une nature différente de la norme « L’eau doit être consommée avec modération. »

La science nous montre que la consommation de tabac cause toutes sortes de maladies. Ce que sachant, chacun peut décider, en son âme et conscience, de fumer, car cela relève de la norme que chacun se donne à lui-même, par exemple en attachant davantage de prix au plaisir immédiat qu’à la santé. Du même énoncé scientifique « le tabac nuit à la santé » peuvent suivre une multitude de normes, juridiques et morales, générales et individuelles, qui sont fonction des valeurs mises en œuvre par le législateur et les individus. Autrement dit, l’énoncé scientifique ne donne naissance, par lui-même, à aucune norme. La norme relève d’une réalité étrangère à celle de la science : celle des valeurs.

En prétendant dériver (déduire logiquement) la norme de la science, le scientisme est une erreur de raisonnement.

Le GIEC est une organisation scientiste

Le GIEC n’est pas une organisation scientifique, mais une organisation scientiste. Cela se démontre facilement. Commençons par rappeler, comme le soulignait le physicien Hervé Le Treut du GIEC, que « le GIEC ne fait pas de science ». En effet, la première partie de ses rapports est une recollection des articles scientifiques jugés pertinents dans le domaine du climat, plus précisément de l’influence de l’homme sur le climat (qui est l’objet social du GIEC). Les deux autres parties – impact négatif, pour l’homme, des changements climatiques observés, et normes à mettre en œuvre pour y remédier — reposent sur des jugements de valeur, qui sont la province du politique, et non de la science. Quand est formulée une proposition qui repose sur ou contient un jugement de valeur (un devoir-être), elle relève de la politique, pas de la science (ni non plus d’un mélange des deux : un énoncé est scientifique ou politique, il n’y a pas de moyen terme). Par conséquent, sur les trois parties des rapports du GIEC, la première n’est scientifique que par emprunt, les deux autres sont politiques au sens strict.

Présenter les deuxième et troisième parties des rapports du GIEC comme « scientifiques » est donc une erreur objective. Mais la vraie erreur consiste à présenter les 2e et 3e parties comme découlant logiquement de la première ; en cela réside le cœur de l’illusion scientiste. Or, c’est très précisément ce que font ceux, GIEC en tête, qui présentent les rapports du GIEC comme scientifiques.

Le dernier rapport du GIEC, « AR5 »

Le cinquième et dernier en date des rapports du GIEC, baptisé « AR5 », prend en compte ces objections. Ainsi est-il affirmé que les scientifiques du GIEC sont soucieux de « neutralité axiologique » (neutralité quant aux valeurs) et que, s’ils s’attachent à proposer des normes aux États, il ne leur revient bien sûr pas de les imposer.

Toutefois, cette prétention formelle à la neutralité ne résiste pas à l’analyse. Comme nous venons de le rappeler, la science ne dicte, ne renseigne ni n’induit aucune norme par elle-même. D’un constat scientifique aussi clair et net que « le tabac nuit à la santé » peuvent jaillir une infinité de normes différentes, concurrentes et, surtout, parfaitement contradictoires. Tout dépend des valeurs que l’on met dans le brouet dont sort la norme. Or, qu’observe-t-on à la lecture attentive de la troisième partie de l’AR5 ? Que les normes « suggérées » sont parfaitement cohérentes et même qu’elles s’inscrivent toute entière dans une seule et même idéologie : la décroissance, qui est le versant le plus extrême de l’idéologie écologiste.

De prime abord, pour qu’un rapport soit crédible, il doit être exempt de contradictions. Ce n’est pas toujours vrai. Pour que la troisième partie des rapports du GIEC, la partie normative, soit crédible et fondée dans sa prétention à la neutralité axiologique, il eût fallu qu’elle offre un catalogue de différents bouquets de normes possibles, chaque bouquet cohérent par lui-même, mais parfaitement contradictoires les uns avec les autres. Cela pour tenir compte de la diversité possible des valeurs à mettre en œuvre (comme dans notre exemple du tabac).

source et extrait de contrepoints

http://www.laterredufutur.com

 

Commenter cet article

Clabots 28/03/2015 20:29

La décroissance est incontournable pour sauver notre planète. Ce n'est pas une idéologie, c'est un fait. Expliquez-moi comment la sauver autrement.

Climatolucide 26/03/2015 16:44

Bravo pour l'article.
Le Giec est un organisme de propagande politique et de désinformation.
Les Graphiques sont trafiqués en vue de produire des résultats volontairement erronés.
La Conférence de Paris sur le climat en sera le bouquet finale.
Pas de réchauffement climatique avéré depuis 19 ans....
Idem pour la spirale infernale de l'Artic,
Vouloir réduire le carbone, base de la vie sur terre; équivaut à vouloir réduire la température du soleil.... Vive les Médias Alternatifs.

Maxou3564 26/03/2015 08:45

Il y a une erreur à ne pas commettre en parlant de la décroissance, come si elle n'était qu'une des positions extrême des écologistes. La pollution inverse le cours de la vie naturelle et l'humanité ne voit même plus le poids catastrophique de ces impacts sur le présent, l'avenir, la pérennité des ressources et ils tombent dans les tragiques discours portant sur les dernières grandes extinctions de la race humaine.

doc 26/03/2015 08:09

Un peu fumeux comme raisonnement

Nous sommes sociaux !

Articles récents