Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Changement de flux atmosphérique

Publié par David Jarry - Webmaster sur 28 Avril 2015, 12:26pm

Catégories : #Climat

Avec ce nouveau cycle solaire 24, une baisse d’activité solaire est en cours. Ceci rappelle les cycles solaires dénommés Dalton ou bien Maunder. Au delà du refroidissement climatique à cette époque, ceci pourrait signer un changement des flux atmosphérique.

Lors de grands épisodes de refroidissement climatique, il a été souvent constaté un changement de la direction des vents. Tout ceci se déroule sous nos yeux dans la circulation atmosphérique.

La Terre solide se comporte comme un intégrateur spatial naturel et comme un filtre temporel ce qui rend possible l’étude de l’évolution de l’amplitude des variations semi-annuelles des vents latitudinaux sur une durée de 50 ans. Nous mettons en évidence une forte modulation de l’amplitude de la ligne spectrale de la durée du jour (LOD) par le cycle de Schwabe. Ceci montre que le soleil peut (directement ou indirectement) influer sur les vents latitudinaux à des échelles de temps décennales et multidécennales. Les vents latitudinaux constituent un élément important de la circulation atmosphérique du globe. Si le cycle solaire peut influer sur les vents latitudinaux, alors ils peuvent aussi bien affecter d’autres paramètres du climat global englobant des oscillations tels que la Oscillation Nord Atlantique (L’Oscillation Nord Atlantique) et la MJO (L’oscillation Madden-Jullian) dont les vents latitudinaux sont un ingrédient (Wheeler et Hendon 2004). La cause de ce forçage implique probablement une combinaison du vent solaire, du rayonnement cosmique galactique, des courants Terre-Ionosphère et de la microphysique des nuages.

 

L’ATMOSPHÈRE TERRESTRE


Brewer-Dobson suivant les deux régimes de la QBO est associée à une variation de l’intensité des ondes planétaires qui, elles-mêmes, peuvent modifier la force du vortex polaire et donc la distribution de l’ozone. L’origine des oscillations périodiques des vents stratosphériques tropicaux est toujours un sujet de recherche. Elle est généralement attribuées à l’activité ondulatoire et à une interaction des vents avec les ondes de gravité piégées à l’équateur (ondes de Kelvin)

Cet hiver a connu une récurrence de flux arctique sur l’hémisphère nord. Le vent solaire influe sur le QBO qui est une orientation des vents sur l’équateur. Ils peuvent s’orienter d’est vers l’ouest ou bien le contraire. Selon l’amplitude des vents du QBO cela va affaiblir la circulation stratosphérique de la circulation Brewer-Dobson. Ces vents se dirigent vers les pôles. Quand la circulation Brewer-Dobson est affaiblie, le vortex polaire est lui même affaibli. L’oscillation arctique passe en négatif. L’hiver 2009-2010 aura connu une oscillation arctique la plus faible depuis au moins 50 ans. Il est plausible que cela soit en rapport direct avec ce cycle solaire 23 qui a été interminable (plus de 13ans), et ce cycle 24 qui s’éternise dans son démarrage. Les flux des rayons cosmiques augmentant la nébulosité terrestre, augmentant de ce fait les précipitations et la baisse de la luminosité. L’oscillation arctique passant en négatif, le vortex polaire se déstabilise, les cellules de Hadley s’affaiblissent également, laissant passer des descentes polaires qui peuvent devenir récurantes. En ce qui nous concernant en Europe, ces mêmes descentes polaires se renforcent donc sur les continents Américains et Européens. Les flux d’ouest s’affaiblissent au profit de flux nord-sud en Amérique du Nord et de flux nord-sud ou nord-est/sud-ouest en Europe.

Pour l’heure, les températures mondiales sont restées stables depuis l’an 2000. Dans un prochain article une démonstration sera faite dans ce sens. (17)

http://www.pensee-unique.fr/

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents