Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


De jeunes français créent les toilettes-sèches urbaines

Publié par David Jarry - Webmaster sur 18 Avril 2015, 17:44pm

Catégories : #Société

Qui a dit que les toilettes sèches étaient réservées aux écologistes loin dans la campagne ? Certainement pas ces quatre Montpelliérains qui ont créé des toilettes sèches adaptées à la ville. Objectif : démontrer leurs multiples bienfaits tels que la gestion écologique des déchets primaires, la sensibilisation aux économies d’eau, les bienfaits du compostage et l’importance du recyclage.

 

Pour réaliser leur projet, le groupe de créatifs à ouvert une Scop (Société coopérative et participative) du nom d’Ecosec. Leurs compétences complémentaires -(ingénieur en génie civil spécialisé dans l’assainissement autonome, technicien dans les systèmes de surveillance, ingénieur en Sciences de l’Eau spécialisé dans le cycle de l’azote et jeune diplômé d’une école de commerce) associées à leur passion commune pour la transition écologique, ont poussé ces quatre jeunes à lancer ce projet « propre » dans tous les sens du terme.

Un projet engagé qui part d’un constat : les chasses d’eau représentent 1/5e de notre consommation d’eau potable. Par ailleurs, la matière organique issue de nos rejets pollue les milieux aquatiques alors qu’elle pourrait être bénéfique aux sols et aux plantes si elle est valorisée hygiéniquement. Ils ont ainsi eu l’idée de développer des toilettes sèches haut de gamme bénéficiant d’un design avant-gardiste pour embellir l’espace urbain et lui donner plus de légèreté. Une petite révolution dans le monde des toilettes publiques !

toilettes_sechess  toilettes_sechesLe premier prototype, installé au Zoo de Montpellier, est à l’essai pour 2 mois. Cette cabine, en fibre de lin 100% naturel, entièrement autonome et démontable rapidement, leur a demandé plus d’un an de travail. Des processus distincts viennent à séparer les urines des matières fécales. « L’idée est de récupérer les urines stériles, c’est-à-dire qui n’ont pas été en contact avec les matières fécales, et de les réutiliser pour l’agriculture. Nous avons un partenariat avec l’organisme montpelliérain de recherche Irstea, qui a mis à notre disposition une parcelle agricole d’une centaine de mètres carrés pour tester le dispositif » , précisent-ils.

L’institut partenaire d’Ecosec et spécialiste de la réutilisation agricole des eaux usées, propose une batterie de tests sanitaires et agronomiques. Un réseau d’irrigation au goutte à goutte, enterré pour fertiliser des plantes ornementales et potagères à 20 cm de profondeur, a été intégré au système pour démontrer le potentiel fertilisant des urines ainsi que leur pouvoir d’accélération de compost. Après évaporation de l’eau par distillation, l’entreprise obtient un engrais qui contient 100% des nutriments de l’urine dans un volume extrêmement réduit.

Le nettoyage se fait plusieurs fois par jour et le distributeur de gel antibactérien permet une hygiène parfaite du lieu. La cabine est adaptée aux « Personnes à Mobilité Réduite » et répond aux fortes affluences grâce à des urinoirs extérieurs. Elle bénéficie également d’un siège confortable, avec poubelle, tablette et porte-manteau. L’utilisation est donc agréable, sans odeurs et sans sciure. Elle est aussi auto-suffisante puisque des panneaux photovoltaïques et une batterie assurent ses besoins en énergie.

B9uJCsiIAAIVqdF.jpg_largeEcosec a également développé son réseau de partenaires et de fournisseurs sur une base exclusivement locale. Elle travaille notamment avec Ecodomeo en tant que distributeur en région Languedoc Roussilon et, pour rendre encore plus cohérente son action sociale sur le territoire, elle embauchera des personnes en insertion professionnelle ou situation de handicap. Elle espère enfin convaincre la mairie et la métropole de Montpellier d’implanter plusieurs cabines en centre-ville.

Pour pouvoir s’installer dans un atelier décent et performant, avec des outils de qualité (dont un vélo électrique pour les tournées de nettoyage quotidiennes), de développer la recherche et le développement de la nouvelle cabine compacte ainsi que des études réglementaires, des supports commerciaux et une organisation plus performante, la jeune entreprise a lancé un projet de financement participatif sur le site Kiss Kiss Bank Bank. Plus nombreux seront les contributeurs, plus ils pourront démontrer aux collectivités et organismes l’intérêt citoyen pour l’écologie urbaine. N’hésitez pas à les soutenir sur kisskissbankbank.com.

 

Au fait, une Scop, c’est quoi ?


Sources : kisskissbankbank.com / ecosec.fr / 20minutes.fr

Commenter cet article

Villedis 19/04/2015 08:30

Bravo à cette jeune entreprise. Elle nous indique bien que nous pouvons nous en sortir.

Nous sommes sociaux !

Articles récents