Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


De violentes émeutes secouent Baltimore après les funérailles d'un jeune Noir

Publié par David Jarry - Webmaster sur 28 Avril 2015, 06:35am

Catégories : #Société

figarofr: La police a essuyé lundi de nombreux jets de pierres.© SAIT SERKAN GURBUZ/REUTERS La police a essuyé lundi de nombreux jets de pierres.

Des centaines de manifestants ont affronté lundi la police de Baltimore après les obsèques d'un jeune Noir mort en détention, le 19 avril dernier, dans cette ville de l'Est des États-Unis. Sept policiers ont été sérieusement blessés, l'un d'entre eux ayant perdu conscience.

Jets de pierres, voitures de police détruites, magasin pillé, gaz lacrymogène... Baltimore (États-Unis) a été une nouvelle fois le théâtre de violentes émeutes ce lundi. Ces violences, opposant plusieurs centaines de manifestants à la police, ont éclaté juste après les funérailles de Freddie Gray, jeune Noir de 25 ans mort en détention, le 19 avril dernier, après avoir été blessé lors de son arrestation. Lundi, sept policiers ont été blessés, l'un d'entre eux étant inconscient, selon un porte-parole de la police de la ville. Plusieurs personnes ont été interpellées.

Sur son compte Twitter, la police de Baltimore évoque des manifestants «très agressifs et violents», munis de «bâtons, de briques, et d'autres armes».

"Il y a beaucoup de Freddie Gray"

Ces violences contrastaient avec le calme et la dignité qui ont marqué la cérémonie en hommage à Freddie Gray. Quelques 3000 personnes, famille, amis et anonymes, tous Noirs, sont venus se recueillir une dernière fois autour du cercueil ouvert où reposait Freddie Gray, vêtu d'une chemise blanche, et entouré de gerbes de fleurs blanches dans l'église baptiste New Shiloh.

La cérémonie, qui a duré 2h30, s'est conclue par l'éloge funèbre du pasteur Jamal Bryant, qui déclarait que Freddie Gray «a fait ce qu'on interdit aux hommes noirs de faire: il a regardé un policier dans les yeux». Peu avant, elle avait pris une tournure politique avec l'intervention de l'avocat de la famille, Billy Murphy, très applaudi.

«Nous sommes ici pour Freddie Gray, mais aussi parce qu'il y a beaucoup de Freddie Gray.» «Il y a une corrosion de la justice par ici», a-t-il asséné, en réclamant un «procureur spécial» pour cette affaire et en demandant que les policiers portent des caméras sur eux. Un écran à l'intérieur projetait le message: «La vie des Noirs compte et toutes les vies comptent.»

Au moment où cette cérémonie a commencé, la police de Baltimore a annoncé avoir reçu une «menace crédible»: plusieurs gangs locaux auraient «noué un partenariat pour éliminer des policiers». Si le lien n'a pas été établi à ce stade avec les manifestations dans la ville, la police a demandé aux officiers de prendre leurs précautions.

Les circonstances de la mort du jeune Noir encore inexpliquées

Freddie Gray est décédé le 19 avril des suites d'une fracture des vertèbres cervicales, une semaine après son interpellation à Baltimore, ville qui compte plusieurs quartiers sensibles. Depuis l'annonce de sa mort, des manifestations ont lieu quotidiennement dans cette ville de l'Est des Etats-Unis. Dans la nuit de samedi à dimanche, elle avait déjà dégénéré en violences.

Le flou demeure autour des circonstances de la mort du jeune Noir. Plusieurs enquêtes ont été lancées, dont une enquête fédérale menée par le ministère de la Justice. Vendredi dernier, la police de Baltimore a convenu que le jeune homme aurait dû recevoir une assistance médicale aussitôt après son arrestation. Lors de son décès, 80% de sa colonne vertébrale était sectionnée à la hauteur des cervicales, selon les avocats de la famille. En attendant que la police remette, le 1er mai, les résultats de son enquête au procureur du Maryland, qui peut décider d'engager des poursuites, six policiers ont été suspendus. 

Commenter cet article

barjo 28/04/2015 23:58

et ce n est pas fini..........beaucoup d innocents y passeront....paix a toutes ces âmes.

sam 28/04/2015 08:56

Une population en colère, à juste titre...

Nous sommes sociaux !

Articles récents