Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Le Népal en ruines secoué par une violente réplique de 6,7

Publié par David Jarry - Webmaster sur 26 Avril 2015, 12:27pm

Catégories : #Changements terrestres

A Bhaktapur, dimanche 26 avril 2015.© AP/Niranjan Shrestha A Bhaktapur, dimanche 26 avril 2015.
Le Népal s'est réveillé sous les ruines dimanche 26 avril, tandis qu'une forte réplique du violent séisme qui l'avait frappé la veille a été ressentie dans le centre de la capitale indienne New Delhi où les immeubles ont tremblé, ainsi que dans l'Himalaya.

Cette dernière secousse a frappé une zone située au nord-ouest de Katmandou, non loin de la frontière chinoise, à une profondeur de 10 km, a précisé l'USGS. Elle a été ressentie jusqu'au mont Everest, où elle a déclenché de nouvelles avalanches, selon des alpinistes sur place.

Plus de 2 000 morts pour le séisme le plus meurtrier depuis 1988

Dimanche, la police népalaise annonçait un bilan de plus de 1 953 morts à travers le pays. A ces victimes s'ajoutent ceux en Inde, 53 morts, et sur l'Everest, dix-sept morts. Les nombreuses répliques ralentissaient les opérations de sauvetage, faisant craindre un bilan encore plus dramatique. Les hôpitaux, subermergés par les milliers blessés, diffusent des informations au compte-gouttes, compte tenu de la panne quasi totale des systèmes de communication. Il s'agit du séisme le plus puissant à avoir frappé le Népal depuis celui de 1934, et, d'ores et déjà, du plus meurtrier depuis celui de 1988.

Le Quai d'Orsay a mis en place une cellule de crise et un numéro d'information : 01 43 17 56 46. La Croix-Rouge a également mis en ligne un site pour signaler les personnes disparues. Samedi, le ministère des affaires étrangères n'avait pas connaissance de victime française.

La vallée de Katmandou durement touchée

De nouvelles répliques ont frappé Katmandou, la capitale très durement éprouvée où au moins 300 personnes ont trouvé la mort et plus de 600 dans la vallée alentour, et dont nombre d'habitants ont été contraints de passer la nuit dehors, dans la rue ou sous des tentes de fortune, malgré le froid. Des centaines d'immeubles ont été rasés et une partie de la ville est privée d'électricité.

Le choc a provoqué l'effondrement de la tour historique de Dharhara, l'une des attractions touristiques majeures de la capitale. Une dizaine de corps ont été extraits des ruines. Les monuments au centre de la ville, Darbar Square, classés au patrimoine mondial de l'Unesco, ont également été réduits en poussière par la puissance du séisme.

Des avalanches meurtrières sur l'Everest

Le séisme de samedi et la violente réplique de dimanche ont été ressentis jusque dans la région du mont Everest — très fréquentée par de nombreux alpinistes à cette époque de l'année — où ils ont provoqué des avalanches. Plusieurs hélicoptères ont atterri dimanche au camp de base pour y secourir des victimes.

Dix-sept corps ont été retrouvés sur place – un bilan, encore provisoire, le plus élevé déjà jamais enregistré sur les pentes du sommet du monde – et 61 personnes ont été blessées, selon Ang Tshering Sherpa, président de l'Association népalaise d'alpinisme.

Les autres régions népalaises isolées

« Ce ne sont pas seulement quelques régions du Népal qui sont dévastées. Pratiquement tout le pays est touché », a dit Krishna Prasad Dhakal, chef de mission adjoint à l'ambassade du Népal à New Delhi. Le ministre de l'information népalais a annoncé que d'autres villes comme Bhaktapur (80 000 habitants), Gorkha ou encore Lamjung avaient également subi des dégâts très importants. L'Autorité népalaise de gestion des catastrophes reconnaît être « totalement coupés de la plupart des régions du pays ».

L'Inde et les pays voisins touchés

Dans le nord de l'Inde, plus d'une cinquantaine de personnes ont été tuées et plusieurs centaines blessées. Des victimes ont également été recensées en Chine, au Tibet et au Bangladesh.

L'aide internationale face aux défis logistiques

L'aide internationale commençait à arriver sur place, faisant face aux difficultés d'accès aux zones sinistrées. Les agences humanitaires sur place avaient toujours le plus grand mal à évaluer l'ampleur des destructions et des besoins. «Il est clair qu'il y a des besoins urgents en abris provisoires, nourriture, eau potable, vêtements chauds, couvertures et kits d'hygiène», a expliqué l'ONG Christian Aid.

Plusieurs pays, notamment les voisins comme l'Inde et le Pakistan, ont rapidement annoncé l'envoi d'aide humanitaire ou de matériel pour venir en aide aux sinistrés. Les Etats-Unis s'apprêtaient à envoyer une équipe de secours et à débloquer une première enveloppe d'un million de dollars. La France a fait savoir qu'elle se tenait prête à répondre aux demandes de secours et d'assistance que les autorités du Népal pourraient lui adresser.

 

 

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents