Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Pékin construit une «grande muraille de sable» en Mer de Chine

Publié par David Jarry - Webmaster sur 13 Avril 2015, 16:13pm

Catégories : #Nouvel ordre mondial

Pékin construit une «grande muraille de sable» en Mer de Chine

Les États-Unis s'inquiètent des revendications territoriales de Pékin qui construit dans les eaux contestées de mer de Chine des polders sur des récifs pour former une «grande muraille de sable».

 
 

De notre correspondant à Pékin

La pression monte entre Washington et Pékin à propos des revendications chinoises en mer de Chine méridionale. La semaine passée, Barack Obama a dit redouter que la République populaire n'abuse de «sa taille considérable et de ses muscles» pour les faire valoir. De nouvelles images satellites, publiées ces dernières semaines, montrent l'étendue et la rapide progression des constructions d'îles artificielles sur des récifs situés dans ces eaux troublées par la Chine, accusée d'ériger une «grande muraille de sable».

«Nous sommes inquiets quand la Chine ne s'en tient pas nécessairement aux normes et aux règles internationales, et quand elle utilise sa taille considérable et ses muscles pour contraindre des États à adopter une attitude de subordination, a déclaré le président des États-Unis. Nous pensons que cela peut être réglé par la voie diplomatique, mais le seul fait que les Philippines ou le Vietnam ne soient pas aussi vastes que la Chine ne les voue pas à être poussés du coude».

La Chine revendique 90 % de ces eaux potentiellement riches en hydrocarbures et traversées par des voies maritimes de première importance. Cependant, le Vietnam, les Philippines, la Malaisie, le sultanat de Brunei et Taïwan ont également des prétentions dans ce secteur. Les autorités chinoises ont détaillé leurs projets pour l'archipel des Spratleys, dans la zone contestée. Pékin souhaite y entretenir une présence militaire et développer des services civils pour la pêche ou la navigation dont d'autres États de la région pourront bénéficier, selon Hua Chunying, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

Ces déclarations avaient entraîné des protestations, notamment de Manille, qui considère le récif de Meiji, dans les îles Nansha, comme une zone économique exclusive lui appartenant. Les Philippines accusent la Chine de visées «expansionnistes» et de vouloir prendre le contrôle de la quasi totalité de la mer de Chine méridionale, avec ses travaux de remblaiement destinés à gagner sur la mer. «La Chine adhère au principe du développement pacifique et poursuit des intérêts de défense nationale de nature défensive, a répondu Hua Chunying, à propos des inquiétudes provoquées par les projets de Pékin. Le maintien de la paix et de la stabilité en Mer de Chine méridionale sert le développement de la Chine et ses intérêts sécuritaires».

Des bases militaires sur les îles artificielles

Le Pentagone accuse la Chine de vouloir «créer des faits sur l'eau» avec son entreprise sans précédent de création d'îles artificielles. «La Chine est en train de créer une grande muraille de sable avec des bulldozers et des dragueurs de sable», a lancé récemment l'amiral Harry Harris, commandant de la flotte du Pacifique de l'US Navy. Les photographies prises par l'entreprise d'images satellites, Digital Globe, et analysées par le Center for Strategic and International Studies, un think-tank washingtonien, montrent la rapide progression des constructions sur le récif de Mischief.

Pékin y construit des polders en propulsant à la surface des masses de sable blanc, ensuite consolidées par des constructions en dur. Des bases militaires maritimes y sont en cours de construction. Celles-ci pourront ensuite être utilisées comme postes avancés par l'Armée populaire de libération (APL) pour manœuvrer lors d'hypothétiques confrontations militaires provoquées par les disputes territoriales dans les Spratleys.

D'autres images, publiées en février, apportaient pour la première fois la preuve que la Chine a érigé un polder comprenant deux quais, une usine de ciment et une plateforme pour hélicoptères sur un rocher du Hughes Reef. Les clichés montraient des constructions semblables sur quatre autres îlots des Spratleys: Fiery Cross Reef, Gaven, Cuarteron Reef et Mischief Reef. Grâce à cet avantage stratégique décisif, Pékin espère faire taire les revendications de ses voisins sur ces eaux… Mais en réalité l'attitude de la Chine attise une dangereuse exaspération.

http://www.lefigaro.fr/

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents