Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Une potion du Xe siècle à l’assaut des superbactéries

Publié par David Jarry - Webmaster sur 2 Avril 2015, 06:04am

Catégories : #Sciences

Nous savons tous que les pratiques médicales anciennes n’étaient pas exactement «scientifiques» de par leur nature plutôt aléatoire. Souvent, les traitements relevaient davantage de superstitions ou légendes plus ou moins comprises. C’est pourquoi cette dernière découverte est si surprenante.

Récemment, Christina Lee, de l’Université de Nottingham, a suivi une recette datant du 10ème siècle afin de fabriquer un « potion » supposée traiter les infections bactériennes.  La scientifique a d’abord traduit la recette originale du grimoire de Bald, un vieux manuscrit relié de cuir et écrit dans un anglais ancien, aujourd’hui conservé à la British Library. La docteure Lee concocta alors son mélange sans toutefois avoir de grands espoirs.  À sa grande surprise, la potion avait un réel pouvoir antibactérien. Tout d’abord, le mélange pouvait contribuer à lutter contre les orgelets et les infections oculaires, comme décrit dans le document présentant la recette du produit. Là où ça devient plus qu’intéressant c’est son potentiel à éliminer certaines bactéries reconnues comme étant très résistantes aux antibiotiques, particulièrement le SARM (Staphylococcus Aureus Résistant à la Méthicilline), superbactérie potentiellement mortelle.

La recette miracle consiste en deux plantes du genre Allium (ail et oignon), du vin et du fiel de bœuf, c’est-à-dire de la bile provenant de l’estomac d’une vache. Individuellement, ces substances n’ont aucun effet antibactérien, si ce n’est que de faire fuir les bactéries à cause de l’odeur. Cependant, quand elles sont combinées, comme indiqué dans la recette, elles peuvent éliminer les infections oculaires et s’attaquer aux populations de SARM  avec un taux d’efficacité de 99,9%. C’est une très bonne  nouvelle car la lutte aux superbactéries n’est pas une sinécure.

La découverte de la pénicilline en 1928 a révolutionné la médecine. Pour la première fois dans l’histoire, les infections pouvaient être combattues avec des outils plus efficaces que les pratiques médicales médiévales comme les saignées, sangsues, ou se croiser les doigts. Nous étions maintenant armés pour la guerre. Aujourd’hui, près de 90 ans plus tard, les bactéries le sont aussi. Malheureusement, notre arsenal pour lutter contre les infections est en train de nous glisser des mains. Selon le Center for Disease Control (CDC) aux États-Unis, près de 23 000 Américains  meurent chaque année en raison d’infections résistantes aux antibiotiques. Et les chiffres sont à la hausse, parce que les superbactéries sont de plus en plus fortes, plus résistantes.  En effet, il existe plusieurs souches bactériennes à l’origine de la tuberculose qui sont totalement résistantes aux médicaments, et la Nouvelle-Zélande vient d’annoncer son premier décès dû à une infection bactérienne complètement résistante aux médicaments. Et comme si ce n’était pas suffisant, aucun nouvel antibiotique n’a été développé au cours des 25 dernières années. Cependant, la découverte de Lee peut nous donner une nouvelle façon de combattre les microbes.

SARMUn globule blanc s’attaquant à des cellules SARM (micrographie microscope électronique)

Personne n’a été plus surpris par cette découverte madame Lee elle-même.  «Nous croyons maintenant que la recherche moderne sur les maladies peut bénéficier des réponses et des connaissances du passé, qui sont majoritairement  contenues dans des écrits non scientifiques » affirme-t-elle. À l’assaut!

http://www.science.com/

Commenter cet article

France 25/04/2015 22:54

@Villedis
Merci pour votre riche commentaire.
@Adermex
Merci pour votre intéressant lien.
Crdlt

Adermex 03/04/2015 02:09

http://www.courrierinternational.com/article/2004/05/13/on-a-retrouve-le-tresor-enfoui-de-mexico

Villedis 02/04/2015 10:28

Curieux de penser à écrire cette phrase: " les pratiques médicales anciennes n’étaient pas exactement «scientifiques» de par leur nature plutôt aléatoire".
ALORS QUE nous avons l'étude des noms des plantes à notre disposition qui indiquent bien une très bonne voie de recherche très surprenante mais TRÈS LOGIQUE . . Nous avons aussi les écrits et les photos de nos scientifiques qui passent beaucoup de leur temps dans la recherche de preuves sous la terre avec les squelettes ...etc...La taille surprend parfois mais aussi les incrustations de dents et autres cicatrices qui indiquent une surprenante survie suite d'opération.
Les récents résultats de travaux des USA semblent nous indiquer que l'erreur se trouve dans nos connaissances et donc conclusion de nos connaissances vis à vis des épidémies et donc dans le domaine crucial de la Santé Publique.
Mais, encore plus curieux de faire semblant d'ignorer que jamais un médicament lors des résultats des essais randomisés en double aveugle ne dépasse les 30 à 40% d'efficacité ET QUE les protocoles de soins imposent les 100% d'observation du traitement ???
Nos anciens semblaient suivre, par générations laborieuses successives, une voie de recherche en parallèle avec la constitution Humaine acceptée en Orient mais étrangère à notre mode de pensée et même difficilement accessible à notre mode de pensée. Pourtant, une association de travail fut proposée 'officiellement' lors d'une famine par le responsable du Pays . Lequel Pays semble actuellement prendre une inquiétante avance technologique de par la synthèse que ses scientifiques ont réalisée. Intellectuellement, il semble bien que nos savants n'aient pu accéder aux Connaissances millénaires ! Ceci est confirmé par l'expérience officielle d'une délégation de médecins en Chine qui s'est enfuie après avoir vu les deux chiens reliés par tubulures sanguines . L'un était traité par acupuncture et l'autre était opéré sans signe de douleur !!! Les conclusions devaient être trop difficiles à encaisser???

Nous sommes sociaux !

Articles récents