Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Alcool, soleil, antibiotiques... Un médecin met les pieds dans le plat

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 9 Mai 2015, 12:59pm

Catégories : #Santé

Alcool, soleil, antibiotiques... Un médecin met les pieds dans le plat

C'est un livre qui commence à faire parler de lui. Dans Votre Santé, tous les mensonges qu'on vous raconte et comment la science vous aide à y voir clair (Michel Lafon), le professeur Didier Raoult cherche à démonter quelques mythes médicaux. Selon lui, ces idées seraient entretenues par les médias, notamment dans le cas de la grippe aviaire H1N1 de 2009, ou bien par le corps médical lui-même, qui n'aurait pas suffisamment évolué au fur et à mesure des découvertes.

Chercheur en microbiologie et spécialiste des maladies tropicales émergentes à la faculté de Marseille, Didier Raoult cherche à bousculer certaines théories pourtant bien implantées. Francetv info vous livre quelques-uns de ses arguments. 

L'alcool est bon, à petite dose

"Les personnes qui consomment jusqu'à quatre verres de vin (40 grammes d'alcool) par jour auraient (...) une meilleure espérance de vie que celles qui n'en boivent pas du tout, l'effet le plus favorable étant lié à la consommation de deux verres et demi", explique Didier Raoult dans son livre, cité par Le Point du 30 avril. Il attaque l'Institut national du cancer (Inca) pour qui les dangers liés à l'alcool commenceraient à la première goutte.

Didier Raoult est formel : "En biologie, la notion de seuil n'existe pas. Cela signifie qu'il n'y a pas de quantité d'alcool à partir de laquelle il devient dangereux d'en boire. La seule chose que l'on peut affirmer, c'est qu'il existe un risque grandissant avec la quantité consommée." Mais cette quantité n'est pas la même selon les individus, ce qui empêche de parler de limite universelle à ne pas franchir. "Nous sommes une population hétérogène composée d'individus plus ou moins vulnérables aux effets de l'alcool. Certaines personnes déjà exposées à des cofacteurs cancérogènes, comme le tabac et l'amiante, présentent un risque accru." 

Il est impossible de prédire l'impact d'une épidémie

"On s'évertue à 'modéliser' l'avenir d'après ce que nous savons du passé, mais nous sommes dans des écosystèmes changeants, il ne se passe jamais deux fois la même chose. (...) Aucune des prédictions apocalyptiques sur le Sras [syndrome respiratoire aigu sévère, apparu en 2002 en Chine], la grippe aviaire ou le virus H1N1 ne s'est réalisée", précise Didier Raoult au Point. 

Avec cette déclaration, le professeur cherche à déminer les paniques créées par les médias lors du passage de ces maladies, alors que certaines affections connues mais moins spectaculaires font davantage de victimes. "Même de très prestigieux journaux scientifiques comme Science ou Nature consacrent beaucoup plus d'articles aux dangers nouveaux et spectaculaires qu'aux questions sanitaires de fond", déplore-t-il.

Certains vaccins sont inutiles

Si 80% des Français se disent favorables à la vaccination, les nouveaux vaccins comme celui contre la grippe saisonnière font face à des soupçons grandissants. Pour Didier Raoult, cette méfiance vient aussi du fait que certains d'entre eux sont aujourd'hui superflus. "Il y a des vaccinations obligatoires en France qui sont inutiles. Honnêtement, le vaccin contre la poliomyélite ne sert à rien, sauf si on va dans des endroits où il y a des résidus", explique Didier Raoult au micro de France Inter. Dans Le Point, il va un peu plus loin en affirmant que "certains médecins continuent d'adhérer à des règles établies à une époque où le risque d'épidémie était réel, mais qui ne sont plus justifiées aujourd'hui"

Pour ou contre les vaccins ? Didier Raoult veut examiner les choses autrement et fait un "pari sur l'intelligence". "Ce qu'il faut se demander, c'est si c'est bon pour moi, si c'est justifié à l'heure actuelle, si c'est bon pour la population. Il y a du tri à faire", observe-t-il sur France Inter.   

Le soleil, c'est bon pour la santé

"La seule recommandation valable, selon moi, est d'éviter les coups de soleil à répétition chez les enfants à peau claire", explique Didier Raoult dans son livre. La consommation de crème solaire serait donc presque inutile pour le reste de la population. Pourtant, des études scientifiques sérieuses ont montré que des groupes de personnes utilisant une lotion de protection sont moins sujets à des mélanomes, premiers marqueurs d'un cancer de la peau.

Mais ce n'est pas tout. "Pour le reste, il y a un paradoxe (...), on commence à se rendre compte que des expositions multiples au soleil, quand on a un mélanome, entraînent des mélanomes beaucoup plus bénins. En somme, plus on a pris de soleil, moins le mélanome est grave", détaille-t-il sur le plateau du "Grand Journal" de Canal+. Une étude américaine, diffusée par Sciences et Avenir, menée sur 100 000 femmes pendant vingt ans, avait pourtant montré que cinq coups de soleil graves avant 20 ans suffisaient pour multiplier le risque de mélanome par trois.

Pas de résistance des bactéries aux antibiotiques  

C'est un débat qui agite les cercles médicaux : à force d'utiliser les mêmes antibiotiques, même à haute dose, les bactéries s'adaptent et deviennent résistantes. Aux Etats-Unis, ces "super-bactéries" causeraient la mort de 23 000 personnes chaque année.

Pour Didier Raoult, cette situation n'est qu'une chimère. "Je crois que nous sommes capables de traiter 100% des bactéries, mais à condition de nous servir du spectre très large d'antibiotiques dont nous disposons", affirme le professeur au Point. Il sous-entend notamment que les laboratoires pharmaceutiques stopperaient la commercialisation des molécules tombées dans le domaine public, et qui ne rapporteraient donc plus d'argent.

Or, ce sont ces molécules qui pourraient résoudre le problème. "On a cessé de produire [les médicaments] qui ne rapportent plus d'argent, alors que c'est en variant les molécules et en réintroduisant l'usage d'antibiotiques anciens qu'on évite la résistance", estime-t-il.  

La grippe se traite avec des antibiotiques

"Les antibiotiques, c'est pas automatique." Depuis 2002, cette phrase hante les discussions dès qu'un médicament de ce type est prescrit. A la base de cette affirmation, la preuve scientifique qu'ils ne sont pas utiles pour soigner les virus, dont celui de la grippe.

Mais, comme le souligne Didier Raoult, les surinfections bactériennes, qui peuvent survenir avec la grippe, sont souvent les plus dangereuses. "Le risque, si une grippe perdure au-delà de trois jours, est la survenue d'une surinfection bactérienne respiratoire pouvant entraîner une septicémie en quarante-huit heures. (...) Il est donc erroné de croire qu'une grippe ne se soigne pas avec des antibiotiques ! Dès qu'une grippe persiste plus de trois jours, il faut en prescrire", plaide-t-il. 

Pour étayer son argumentation, Didier Raoult s'appuie sur l'histoire, et notamment celle de la grippe espagnole, qui a sévi entre 1918 et 1919. "On sait maintenant que, parmi les 40 millions de victimes de la grippe espagnole, (...) la plupart sont mortes de surinfections bactériennes." De quoi faire revivre le débat. 

http://www.francetvinfo.fr

Commenter cet article

Anonyme 10/05/2015 13:53

ENFIN!!!
Enfin quelqu'un qui applique le bon sens.
Ben si c'est pas malheureux!!

Le problème c'est qu'on est devenu une société d'hystériques.

Tout est dans la mesure et chaque être humain est unique !!
En même temps, il est juste un des seuls scientifiques à le penser et là c'est quand même grave!

Je répond à Sam et à Pat : oui et non!
Le vin n'est pas mauvais en soi, c'est juste le nombre de litres ingurgités et la personne qui les ingurgites. En même temps, il y a foison de vins et certains sont effectivement bourrés de merdes.

POur ce qui est des antibio dit "anciens", il y a plein de crèmes, médocs, vaccins, peu chers et efficaces qui ont disparu!!
A l'époque, les pharmaciens nous disaient : "ils changent le packaging"...(MDr)
En plus de virer LE machin qui marche ils te refourgent une merde plus cher et qui marche moins, ou pas (cf les génériques DE MERDE!!)...pour en vendre plus.
En fait le Packaging, c'est le marketing.... à mort!!

Point de complot mon "ami" Sam, c'est juste une évidence qu'on nous prend pour des canards!

Faire confiance à son bon sens, savoir s'écouter (avant d'écouter les autres) revenir aux essentiels!
Le soleil c'est bien sauf si tu vires Homard!!
Bonnes grillades!

pat 10/05/2015 09:10

C'est un chercheur biologiste et professeur de microbiologie pourquoi voir que le coté négatif dans ses propos.
je suis d'accord avec lui pour les antibiotiques, une chose est sure quand on prend des antibiotiques ça ne dure pas 8 ou 15 jours pour guérir avec toutes les conséquences que cela entraine (encore une fois cela ne veut pas dire d'en prendre systématiquement mais il faut arrêter de dramatiser !
Deux verres de vin c'est certainement moins pire que de faire certains vaccins !!
Et pourquoi le soleil quand on s'expose d'une manière très raisonable serait néfaste ?
En tout cas moi je vois une chose on se sent mieux au soleil que sous la grisaille.
Alors à qui faire faire confiance...

sam 09/05/2015 19:13

C'est rassurant de savoir que ce médecin sait traiter le staphy.doré et autres maladies nosocomiales dont les hôpitaux peinent à se débarrasser.
Et que l'Australie a tort de sauver la peau de ces citoyens à coup de crème et de spots préventifs et que le fait de tenir le haut du podium dans les cancers de la peau au niveau mondial n'est qu'un leurre.
Quant à l'alcool, un verre de vin versus un verre d'eau, 5000 fois plus de pesticides dans le vin, autrement dit si l'eau en contenait autant elle serait impropre à la consommation, la cause du cancer est sans doute aussi là.
Juste une question à ce monsieur, c'est quoi les antibiotiques anciens?? Car à ma connaissance le premier est la pénicilline encore employée en première intention.
Bref après le cholestérol, les vaccins, les régimes, encore un médecin qui surfe sur la vague des publications à destination d'un public adepte du grand complot, le filon n'est pas prêt de finir .....

Mister Mustache 09/05/2015 14:40

Voila quelqu'un plein de bon sens.

Nous sommes sociaux !

Articles récents