Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Ce nombre premier qui peut tout faire buguer et terrifie les informaticiens

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 6 Mai 2015, 14:18pm

Catégories : #Sciences

Ce nombre premier qui peut tout faire buguer et terrifie les informaticiens

En informatique, le nombre 2 147 483 647 est significatif car il est le plus grand nombre entier représentable sur 32 bits signés en représentation « complément à deux » , qui est la représentation utilisée par pratiquement tous les microprocesseurs 32 bits

 

Ce nombre fait frémir les informaticiens tant il représente un problème:

On parle déjà de bug de l'an 2038 similaire au bug de l'an 2000 qui pourrait perturber le fonctionnement d'ordinateurs 32 bits le à h 14 min 7 s, temps universel

 

Le problème concerne des logiciels qui utilisent la représentation POSIX du temps, dans lequel le temps est représenté comme un nombre de secondes écoulées depuis le à minuit (0 heure). Sur les ordinateurs 32 bits, la plupart des systèmes d'exploitation concernés représentent ce nombre comme un nombre entier signé de 32 bits, ce qui limite le nombre de secondes à 231 − 1, soit 2 147 483 647 secondes (01111111 11111111 11111111 11111111 en binaire). Ce nombre maximum sera atteint le à h 14 min 7 s (temps universel). Dans la seconde suivante, la représentation du temps « bouclera » (10000000 00000000 00000000 00000000 en binaire) et représentera −2 147 483 648 en complément à deux, et ainsi l'ordinateur affichera la date du .

Les logiciels concernés sont très nombreux car la norme POSIX, inspirée des systèmes UNIX, a été utilisée pour de nombreux programmes écrits en langage C pour de nombreux systèmes d'exploitation. Sur les systèmes d'exploitations de type Unix représentant le temps par un entier de 32 bits non signé (conforme à la norme POSIX), la date limite est située en 2106 et non en 2038. Ces systèmes d'exploitation sont toutefois minoritaires. Le passage à un timestamp sur 64 bits introduirait une nouvelle date butoir se situant à l'an 292 277 026 596 ap. J.-C. (soit environ 21 fois l'âge de l'univers) et résoudrait donc le problème, car les 64 bits permettraient à l'ordinateur de pousser la limite à 263 − 1 secondes.

Dans le domaine applicatif, le problème s'est révélé dès les années 2010 comme celui de l'an 2000 s'était révélé dès les années 1980 avec les échéanciers des plans à long terme (les tableurs utilisent depuis des dates soit glissantes, soit en format long).

Il n'existe pas de correctif simple et unique pour ce problème, car les timestamps sur 32 bits sont présents aussi dans plusieurs formats de fichiers actuels (par exemple le format ZIP). Un changement de représentation dans les ordinateurs rendrait inopérants les programmes exploitant l'actuelle équivalence entre la représentation interne et le format de fichiers. Beaucoup de travail sera donc nécessaire « en coulisses » pour que rien ou presque n'apparaisse en surface, ce qui avait déjà été le cas à l'approche de l'an 2000.

David Jarry© 2015 tous droits réservés

 

Référence http://fr.wikipedia.org

Commenter cet article

antidesch 07/05/2015 13:44

Ou est le problème, la date donné pour le bug est 2038, d'ici là, dans 23 ans tous les ordis actuel seront parti à la déchetterie et seront remplacé par des plus récent qui prendront en compte le dit problème.

Mister Mustache 06/05/2015 20:30

"bug comparable à celui de l'an 2000"...ouarf ouarf ouarf, .....donc y a rien à craindre.

Nous sommes sociaux !

Articles récents