Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Fort séisme au large de Tonga

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 20 Mai 2015, 13:39pm

Catégories : #Changements terrestres

Fort séisme au large de Tonga

NUKU’ALOFA, mercredi 20 mai 2015 (Flash d’Océanie) – Un puissant séisme de magnitude 6 sur l’échelle ouverte de Richter a été enregistré mardi à la mi-journée, poursuivant ainsi une intense série de secousses sous-marines dans cette région, depuis une semaine.

Ce dernier séisme en date, survenu mardi à 12h30 locales (GMT+12), a été localisé à environ 200 kilomètres au Nord de la capitale Nuku’alofa et son épicentre à une profondeur de 180 kilomètres en-dessous du niveau de la mer, rapporte l’institut géophysique américain USGS, basé à Denver (Colorado).

Aucun dégât ni blessé n’a été immédiatement signalé.

Le 13 mai 2015, un séisme de magnitude 6,8 sur l’échelle de Richter frappait au large des cotes japonaises et en particulier de l’île de Honshu.
Une alerte au tsunami n’avait pas été jugée nécessaire.
Quelques jours plus tôt, le 7 mai 2015, en Papouasie-Nouvelle-Guinée, c’est l’île de Nouvelle-Bretagne de l’Est qui avait été secouée par une puissante secousse de magnitude 7,1, survenue à 7h10 GMT à 145 kilomètres au Sud-ouest de Panguna, sur l’île de Bougainville, non loin des îles Salomon.
Cette secousse avait causé d’importantes coupures sur le réseau local de distribution d’électricité, a rapporté la presse locale.
Un pont s’est aussi effondré, rapporte le quotidien The National.
Les autorités tentent depuis d’évaluer l’ampleur des dégâts essentiellement matériels et jugés de faible gravité.
Cette secousse, dont l’épicentre a été localisé à une dizaine de kilomètres en-dessous du niveau de la mer, a été fortement ressentie et a provoqué de larges fissures, notamment sur les fondations de bâtiments, a précisé la semaine dernière le bureau national de gestion des catastrophes naturelles.


Une alerte régionale au tsunami avait été brièvement déclenchée, avant que d’être finalement levée.
La veille, une autre série de séismes (dont le plus puissant a été mesuré à 7,4) avait frappé la même région, provoquant des scènes de panique dans les rues de Rabaul, le chef-lieu de l’île.
Cette ville est elle-même encadrée de deux des volcans les plus actifs du monde, le Tavurvur et le Vulcain.
Ils s’étaient réveillés simultanément en 1994 et avaient alors enseveli Rabaul et ses environs sous une épaisse couche de cendres acides.
Début mai 2015, un autre séisme de magnitude 6,7 frappait, toujours dans la même région, non loin de Rabaul.
La Papouasie-Nouvelle-Guinée fait partie d’une zone à très forte sismicité, surnommée la « ceinture de feu du Pacifique ».

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents