Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


La disparition des abeilles reprend à son paroxisme

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 25 Mai 2015, 09:25am

Catégories : #Environnement

Un monde inquiétant où les abeilles disparaissent

La très inquiétante reprise de la disparition des abeilles pollinisatrices. Si l’année passée, on croyait en l’accalmie de la disparition des abeilles, cette année la tendance actuelle nous prouve, un nouvelle fois, l’inverse. Les abeilles sont bel et bien une espèce en voie de disparition. Leur perte entraînerait la fin de l’humanité, prédisait Einstein…
Atlantico : Aux Etats-Unis, la disparition des colonies d’abeilles s’accroît. Entre 2014 et 2015, leur population aurait décru de 42%. En France, la situation est-elle aussi grave?

François Lasserre : En France, la situation est moins grave, mais on note, quand même, une forte baisse du nombre d’abeilles domestiques (abeille de ruches). Cette baisse est relativement récente. Elle tourne autour des 30% dans certains endroits mais dans d’autres, les colonies se portent mieux. Globalement, on remarque une sérieuse baisse du nombre d’abeilles. A titre d’exemple, avant les reines vivaient entre 3 et 5 ans et maintenant, si elles dépassent un an de vie, l’apiculteur sera ravi. Si aux Etats-Unis les abeilles des ruches disparaissent rapidement c’est parce qu’elles sont plus exploitées.

Que ce soit en Amérique du Nord ou en France, l’intensification du business de l’agroalimentaire (celui des entreprises d’apiculture qui en vivent) explique leur raréfaction. Un grand rendement avec les abeilles domestiques ne s’obtient pas seul (par exemple, on utilise des antibiotiques) ce qui explique que les maladies circulent d’avantage. De ce fait, les abeilles sont moins promptes à se défendre et meurent plus facilement. D’autre part, les abeilles libres ingurgitent des produits chimiques du fait de l’actuelle, très large, utilisation des pesticides. Enfin, la nourriture des abeilles s’est également appauvrie, les fleurs sauvages ont, par exemple disparues, ainsi ces insectes s’affaiblissent.

Le fond de l’histoire est simple : la nature est de plus en plus exploitée ! L’abeille est une sorte de signal d’alerte, cela nous indique que nous faisons n’importe quoi avec la nature !

 

Ce qui semble inquiéter principalement c’est la disparition des abeilles domestiques. Quel serait son impact?
L’abeille domestique est importante car elle nous apporte du miel, du pollen, de la propolice (utilisée comme antibiotique) et de la cire. Pour ces activités, elles participent à la pollinisation des végétaux. Là où elles sont très importantes, c’est lorsqu’il y a des hectares et des hectares où une seule plante est cultivée : les pollinisateurs sauvages ne sont pas assez nombreux pour les polliniser. C’est là le rôle des apiculteurs : leurs abeilles (en grand nombres) peuvent polliniser ces immenses espaces industriels. Leur disparition entraînera donc un certain nombre de changements importants!

Du point de vue de la pollinisation, l’impact serait relatif, l’abeille domestique n’est pas la seule à le faire, de nombreux pollinisateurs existent (les abeilles sauvages ou solitaires dont font partie les bourdons, les mouches, les guêpes, les punaises…).

Aujourd’hui en France, l’abeille domestique n’est indispensable que pour la production de miel. En revanche, aux États-Unis –dans certaines cultures- elles sont devenues totalement obligatoires (par exemple, la culture des amandes en Californie). En France, cette même situation est en chemin. En revanche, si l’on revenait à des exploitations à taille humaine, avec plus de nature sauvage et spontanée autour et dans les champs, l’abeille domestique serait moins indispensable.

La disparition des abeilles (toutes espèces confondues) serait-elle désastreuse pour l’écosystème? Leur disparition aurait-elle aussi une incidence sur l’économie?
Les abeilles sont hyper spécialisées en fleurs, leur disparition entraînerait donc également celle de certaines fleurs. Les fleurs n’existeraient pas sans les insectes et inversement. C’est allé jusqu’au point que certains insectes ne colonisent qu’une fleur, si cet insecte disparaît, la fleur également. La disparition des abeilles accompagnée par celle d’autres insectes causeraient la disparition de fruits qui nécessitent la pollinisation. Disparaîtraient de la même façon : les courgettes, les carottes, les melons,….

Pour qu’il y ait diversité de fleurs et donc de fruits, il faut qu’il y ait une diversité d’insectes. Il n’y aurait pas de fleur, ni de fruits sans insectes pollinisateurs!

En outre, la disparition des abeilles causerait bien sur des coûts économiques (moins de pollinisation, de miel…) : on parle de 100 milliards de dollars.

TDF

extrait et source de http://www.atlantico.fr/

Commenter cet article

france 25/05/2015 13:58

c'est pas grave car nos tetes pensantes de bruxelles avec celles de France ont autorisé les OGM
AGM...pesticides etc...ca va precipiter tout ca et tout le monde sera content par pression US,
traité tafte..tisa etc..on recolte ce que l'on seme: je crains pour eux

anckou 25/05/2015 16:51

on recolte ce que l'on seme ,je craint pour eux,moi pas car apparament ces gens ne doivent pas vivre sur la même planette que nous pour la laisser dévaster ainsi

Nous sommes sociaux !

Articles récents