Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Le chaînon manquant dans l'évolution de la vie découvert ?

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 7 Mai 2015, 20:53pm

Catégories : #Sciences

Les Lokiarchaeota, des microbes unicellulaires, ont été découverts dans un système de cheminées hydrothermales sous-marines entre le Groenland et la Norvège, à une profondeur de 2530 mètres. Crédits : Centre for Geobiology (University of Bergen, Norway) by R.B. Pedersen

Les Lokiarchaeota, des microbes unicellulaires, ont été découverts dans un système de cheminées hydrothermales sous-marines entre le Groenland et la Norvège, à une profondeur de 2530 mètres. Crédits : Centre for Geobiology (University of Bergen, Norway) by R.B. Pedersen

Une nouvelle forme de vie a été découverte dans les profondeurs de l'Océan Arctique. Ces microbes jusqu'ici inconnus pourraient être le "chaînon manquant" dans le processus qui a mené les cellules simples (bactéries...) à évoluer vers les cellules complexes composant notre organisme.

Un organisme microbien inconnu à ce jour a été découvert par des biologistes de l'Université d'Uppsala (Suède) dans l'Océan Arctique, au large de la Norvège. Après analyse de son génome, les chercheurs sont parvenus à la conclusion qu'il constitue ni plus ni moins... le chaînon manquant permettant d'expliquer l'apparition des formes de vies complexes (plantes, champignons, animaux...), à partir des cellules simples des microorganismes tels que les bactéries.

Pour comprendre, il faut d'abord savoir que les biologistes divisent le vivant en deux grands groupes : les procaryotes et les eucaryotes. Les procaryotes sont des organismes unicellulaires pourvus d'une structure relativement simple, se caractérisant notamment par une absence de noyau dans la cellule. Concrètement, les procaryotes regroupent essentiellement des bactéries. Quant aux eucaryotes, ils présentent une structure cellulaire beaucoup plus complexe, caractérisée par de nombreuses structures spécialisées et un noyau pourvu de membrane. Les champignons, les plantes et les animaux font partie de ce dernier groupe.

Or, il est une énigme qui fascine depuis toujours les scientifiques : le processus qui a permis aux eukariotes d'évoluer il y a quelques deux milliards d'années à partie des cellules simples des procaryotes.

Dans les années 1970, un premier pas vers la compréhension de l'émergence des formes de vies complexes a été franchi, avec la description par le biologiste Carl Woese d'un nouveau groupe du vivant : les archées, des microorganismes unicellulaires ressemblant apparemment beaucoup aux procaryotes, mais dont de nombreuses caractéristiques les rapprochaient dans le même temps des eucaryotes, comme par exemple le processus de réplication de l'ADN.

Pour autant, l'énigme restait intacte : comment les formes de vie complexes avaient-elles bien pu voir le jour à partir des archées ? C'est précisément à cette question que la découverte réalisée par la biologiste suédoise Anja Spang (Université d'Uppsala, Suède) et ses collègues sont en passe de répondre. En effet, les microbes découverts dans les profondeurs de l'Arctique, baptisés Lokiarchaeota, se révèlent être un type particulier d'archées, dont la structure cellulaire est de toute évidence le chaînon manquant entre les archées précédemment connues et les cellules complexes des eucaryotes.

De fait, en scrutant le génome des Lokiarchaeota, les biologistes suédois se sont aperçus que ces unicellulaires partageaient de nombreux gènes avec les eucaryotes, comme par exemple les gènes synthétisant l'actine, une protéine responsable du mouvement cellulaire chez les eucaryotes.

En regroupant toutes les caractéristiques génétiques des Lokiarchaeota, puis en les replaçant dans l'arbre du vivant aux côtés des procaryotes, des archées et des eucaryotes, les chercheurs de l'Université d'Uppsala ont du se rendre à l'évidence : les Lokiarchaeota sont très probablement les organismes vivants à partir desquels les cellules complexes qui composent notre organisme ont vu le jour...

Anja Spang et ses collègues sont parvenus à ce résultat grâce à une technique appelée méta-génomique, qui permet de rassembler des morceaux de l'ADN pour reconstruire le génome d'un organisme vivant.

Ce résultat a été publié le 6 mai 2015 dans la revue Nature, sous le titre "Complex archaea that bridge the gap between prokaryotes and eukaryotes".

http://www.journaldelascience.fr/

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents