Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


OVNI à Albi : un nouveau témoignage corrobore les faits

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 26 Mai 2015, 06:53am

Catégories : #UFO

OVNI à Albi : un nouveau témoignage corrobore les faits

Les sceptiques qui ont aussitôt soupçonné une blague de la part du jeune homme qui a posté sur You Tube la vidéo «Ovni à Albi» en seront pour leurs frais. On pouvait légitimement exprimer quelques doutes, mais un nouveau témoignage est venu ce jeudi conforter celui d'Aurélien Lefebvre. Il émane de Ghyslaine, une habitante de la rue Porta à la Madeleine. «Les blagues, ce n'est pas mon genre. Croyez-moi, à 57 ans, j'ai passé l'âge d'en faire.» Depuis son balcon avec vue imprenable donnant sur le Tarn, cette respectable Albigeoise a observé elle aussi des phénomènes célestes. Coïncidences troublantes : c'était au même jour et heure, mardi 12 mai à 22h20 et un kilomètre environ de la maison d'Aurélien au Breuil.

Aurélien, 25 ans, a filmé l'objet volant non identifié durant quatre minutes avec son téléphone portable. Ghyslaine, elle, a eu le temps de prendre deux photos. «C'est en lisant ce jeudi le témoignage du jeune dans La Dépêche que j'ai décidé à venir moi aussi la rédaction», dit la dame. Elle a vu deux apparitions distinctes : «L'une en forme de chapeau évoquant une soucoupe, volait à hauteur de la cathédrale Sainte-Cécile, comme on le voit à l'image. L'autre, c'était cinq boules lumineuses en file indienne orangées ou jaunes en alternance, se dirigeant vers l'est. Je les ai aperçues pendant une minute, puis elles ont disparu. Au début, j'ai pensé à un lampadaire, mais j'ai vite compris que non, c'était beaucoup plus haut. Ce n'était pas non plus une étoile ou une planète. Le ciel, je connais un peu!»

«Je ne crois pas qu'il s'agisse de lanternes thaïlandaises»

Son récit ne correspond pas exactement à ce que décrit Aurélien et que montre sa vidéo, mais cela semble démontrer qu'il y a bien quelque chose. Comme Aurélien, Ghyslaine s'est adressée au Geipan, le groupe d'études et d'informations sur les phénomènes aérospatiaux non identifiés du CNRS à Toulouse, à qui elle a adressé ses photos. Comme pour Aurélien, le Geipan a répondu qu'il s'agit de lanternes thaïlandaises. Pas plus qu'Aurélien, cette thèse n'a convaincu Ghyslaine. «Je ne me permets pas de contredire les scientifiques, mais pour moi, il ne s'agit pas de ballons lumineux à air chaud qu'on lance pour des fêtes.» Une réponse «qui choque» aussi Aurélie, 24 ans. Cette étudiante à Toulouse et fille de Ghyslaine a vu aussi un objet céleste, en fermant les volets du même appartement de la rue Porta. C'était le samedi 9 mai vers 22h30, trois jours avant sa maman mais le même soir et à la même heure qu'un couple de Marssac. Ces retraités parlent eux de quatre boules en file indienne... comme ce qu'a vu et photographié Ghyslaine.

Et dans la nuit du samedi 9 au dimanche 10 mai, vers minuit au Castelviel à Albi, Renaud Boy, le premier à s'être manifesté, ainsi qu'une jeune femme de la région toulousaine, ont signalé une boule de feu, celle-là identifiée comme étant un bolide, une grosse comète. Aurélie elle attend des nouvelles du Geipan, son observation étant «à l'étude».

«Autant de cas en quelques jours», pour Ghyslaine, «c'est quand même étonnant. Si c'est un lanceur de lanternes, il est quand même facétieux, et il n'arrête pas! Pour moi, on est bien en face d'un ou plutôt plusieurs phénomènes qu'on ne connaît pas.»

Parions qu'on va avoir les soirs prochains d'autres Albigeois les yeux rivés aux cieux!

Commenter cet article

fifidoune 26/05/2015 19:52

C'est vraiment incroyable, j'ai été témoin d'un phénomène similaire dans la région d'étampes en Essonne, le samedi 23 Mai à minuit. Je circulais sur la nationale 20 lorsque j'ai vu dans le ciel une véritable procession de boules très très lumineuses. Je me suis arrêté sur le bas côté pour mieux observer le phénomène. Une autre personne était déjà là en train de filmer, c'était un gendarme, et d'après son experience il ne s'agissait absolument pas de lanternes car l'intensité de la lumière était trop importante. Nous avons pu compter un vingtaine de boules se déplacant lentement et à espaces réguliers. Eles ont fini par s'éloigner et disparaitre à l'horizon.

Nous sommes sociaux !

Articles récents