Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Angers : ils refusent l'arrêt des soins pour Ayana, leur fillette de 7 mois dans le coma

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 20 Juin 2015, 11:13am

Catégories : #Santé

Sées (Orne), vendredi. Les parents d'une fillette de sept mois, plongée dans le coma au CHU d'Angers après avoir été prise de convulsions, ont engagé un référé contre l'extubation prévue lundi de leur enfant. Sées (Orne), vendredi. Les parents d'une fillette de sept mois, plongée dans le coma au CHU d'Angers après avoir été prise de convulsions, ont engagé un référé contre l'extubation prévue lundi de leur enfant.

Les parents d'une fillette de sept mois, plongée dans le coma au CHU d'Angers (Maine-et-Loire), ont engagé un référé contre l'extubation prévue lundi de leur enfant. Un médecin expert désigné par le tribunal administratif de Caen se rendra dimanche au CHU d'Angers pour «déterminer dans quel état est le nourrisson et quelles sont les origines de son état», indique Emmanuel Ludot, l'avocat de la famille.


Dans la nuit du 5 au 6 mai, la petite fille avait été victime d'une forte fièvre, suivie de convulsions, après avoir reçu quelques heures plus tôt, par un médecin de la PMI, une injection de deux vaccins destinés à lutter contre la coqueluche, l'hépatite B, la polio, le tétanos et la diphtérie. «J'ai appelé le Samu, mais ils ont refusé de se déplacer», explique la mère de l'enfant, Julie Pitel. Conduite dans la nuit à l'hôpital d'Alençon, elle sera transférée ensuite au CHU du Mans puis à celui d'Angers. Le lendemain, les parents, âgés tous deux de 22 ans, ont déposé une plainte pour non assistance à personne en danger à la gendarmerie de Sées (Orne), où ils résident, précise la jeune femme.

Plongée dans un coma artificiel depuis 40 jours

Soignée depuis 40 jours dans le service de réanimation pédiatrique à Angers, Ayana est plongée dans un coma artificiel, sous ventilation mécanique. Selon le Dr Gérald Boussicault, responsable de ce service, «la fillette a des séquelles neurologiques gravissimes, irréversibles, avec un tableau de souffrances, de douleurs, extrêmes». Le pédiatre poursuit : «Au vu de l'évolution des symptômes et notamment des symptômes douloureux intolérables, nous avons décidé de manière collégiale de ne pas mettre en oeuvre de traitements qui pourraient relever d'une obstination déraisonnable». Il ajoute : «Les parents ont été informés. Ils nous ont répondu qu'ils n'étaient pas prêts à ce que leur enfant décède mais qu'ils ne le seraient jamais». C'est ainsi que la décision d'extubation avait été prise pour lundi prochain, «avec les parents», selon lui. Mais «ceux-ci sont revenus sur leur décision», déclare-t-il, regrettant d'avoir appris le référé par voie de presse.

«Débrancher ma fille, c'est inconcevable. C'est une battante», lance sa maman, qui affirme ne «pas vouloir qu'elle souffre non plus» et «remercie les médecins qui ont fait le maximum et le font encore». Pour son avocat, qui a saisi jeudi matin le président du tribunal administratif de Caen pour obtenir un «constat d'urgence», il convient «de rechercher toutes les pistes possibles qui évitent le décès de cette petite fille».

VIDEO. La mère d'Ayana : «Je ne veux pas que ma fille soit débranchée» 


Polémique sur les vaccins

Selon Me Ludot, «il y a des exemples d'enfants (victimes des mêmes problèmes, ndlr) qui sont restés en vie, certes handicapés mais qui se sont peu à peu reconstruits». Un discours partagé par Jacques Bessin, le président de l'UNACS (union nationale des associations citoyennes de santé) qui a décidé, à leur demande, d'épauler les parents d'Ayana. «On ne peut pas imposer aux parents une solution aussi radicale sans avoir un autre avis médical», argue-t-il, tandis que Me Ludot prend pour cible les «médecins pétris de certitudes face à un cas clinique qui sont formés pour dire -on arrête, on ne s'acharne pas-».

Derrière le débat médical, se profile une polémique sur les vaccins. Nous voulons «tout savoir de ce qui s'est passé» et «nous voulons que soit tenu aux parents un discours loyal et honnête, à savoir que la nocivité des vaccins est à l'origine des 42° de fièvre (d'Ayana): c'est l'association criminogène des deux vaccins, Prevenar et Infanrix», tranche Me Ludot.

Le Parisien.fr

Commenter cet article

claude 21/06/2015 08:13

les vaccins sont dangereux, handicapants, quelques fois mortels. Ca commence à se savoir, de plus en plus de parents refusent les vaccinations.
Voilà pourquoi le gouvernement australien à commandé une étude sur la vaccination par voie aérienne. D'accord ou pas, nous serons vaccinés.

Nous sommes sociaux !

Articles récents