Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Kepler 186f, la planète soeur de la Terre

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 14 Juin 2015, 10:19am

Catégories : #Espace

 

An avril 2014, l’annonce par la NASA, tel un tsunami, a fait le tour du monde en quelques minutes, et son onde de choc a fait frémir la Galaxie entière…, l’équipe internationale de Elisa Quintana, utilisant le satellite américain Kepler, a découvert, dans la constellation du Cygne1, une « planète habitable », désormais célèbre sous le nom de Kepler 186 f.

Mieux, Kepler 186 f serait une « sœur jumelle de la Terre » ! Parmi la multitude d’informations délivrées par les communiqués de presse évoquant la grande nouvelle, relevons « la possible existence d’eau liquide sur Kepler 186 f – à condition toutefois qu’il y ait de l’eau sur cette planète » : les astronomes ne manquent pas d’humour, fut-il involontaire. L’eau liquide, donc la vie : dans les médias, la planète Kepler 186 f est passée vite du statut de planète habitable à celui de planète habitée : « On imagine quelle couleur les plantes pourraient avoir à cause de la photosynthèse. Elles seraient probablement plus jaunes, à cause de la couleur différente de l’étoile », a ainsi expliqué Thomas Barclay.

Bien : de l’eau, de la vie, des exoplantes, sur cette planète. Mais, n’est-ce pas aller un tout petit peu vite en besogne ? Concrètement, à quoi ressemble-t-elle, cette planète Kepler 186 f ? A rien, elle ne ressemble à rien, car nous ne savons rien, ou presque, d’elle. Elle a été découverte par le satellite Kepler, qui a mesuré, des années durant, la luminosité d’une centaine de milliers d’étoiles de la constellation du Cygne.

Kepler 186 f fait partie d’un système de cinq planètes, Kepler 186 b, c, d, e, f, qui tournent autour d’une étoile de la constellation du Cygne. Laquelle, Kepler 186, donc, ne ressemble pas au Soleil : il s’agit d’une étoile naine rouge, environ deux fois plus petite, deux fois moins massive et dix fois moins lumineuse que notre étoile. La planète Kepler 186 f, quant à elle, censée, donc, être une « sœur jumelle » de la Terre, est à peine plus grande que celle-ci, elle doit mesurer environ 15 000 kilomètres de diamètre. De la périodicité de ses transits, la période de révolution de la planète autour de son étoile est connue : 130 jours, soit un peu plus de quatre mois.

Plus amusant, personne ne sait, évidemment, si Kepler 186 f est dotée d’une atmosphère, quelle température règne à sa surface et si de l’eau y coule. Il n’est même pas sûr que sa rotation ne soit pas verrouillée sur sa révolution, ce qui amènerait notre planète habitable à présenter une face éternellement tournée vers son soleil rouge, l’autre perpétuellement tournée vers la nuit. Drôle de « sœur de la Terre » non ? De l’eau ? Peut-être. Autant que sur Vénus ou sur Mars peut-être ? Ne plaisantons pas… En fait, certains chercheurs travaillant sur les disques protoplanétaires qui se forment autour des naines rouges affirment qu’ils sont déficitaires en eau. D’autres contestent ces conclusions. Bref, on ne sait pas, on ne sait rien des conditions physiques régnant à la surface de Kepler 186 f, ce qui est sûr, en revanche, c’est que le raz de marée publicitaire de la NASA à propos de cette planète « habitable » peut prêter à sourire, voire irriter, à la longue, Kepler 186 f n’étant ni la première, ni la dernière planète « habitable » dont on ne saura probablement rien de plus avant quelques décennies ou quelques siècles.

 

Pour aller plus loin, il faudrait pouvoir analyser la lumière émise par la planète, c’est mission impossible, pour longtemps, comme nous allons le voir. Reprenons : Kepler 186 f se situe à 53 millions de kilomètres d’une étoile elle-même distante de 500 années-lumière. Essayons déjà de prendre une simple photographie de la planète, où elle apparaîtrait comme un point à côté de son étoile. D’abord, il faut que l’image soit assez nette pour que la planète soit séparée de son étoile. En termes d’optique astronomique, la planète se trouve à 0,002 seconde d’arc de l’étoile, c’est l’angle qui les sépare. Pour séparer les deux astres, une optique de 200 mètres environ est nécessaire. Reste encore à détecter la planète ! Or, à 500 années-lumière de distance, une planète de la taille de la Terre est invraisemblablement pâle. Les astronomes disent que sa magnitude avoisine 35… Observer un astre de magnitude 35 à 0,002 seconde d’arc de son étoile, aujourd’hui, relève de la science-fiction. Aucun projet de télescope futur, que ce soit l’un des télescopes géants de 20 à 40 mètres de diamètre que les astronomes projettent de mettre en service au cours des années 2020, ou un télescope spatial, comme le JWST, qui entrera en service au tournant des années 2020, ne sera capable d’un tel exploit.

Kepler-186f

Il faudra, pour observer et étudier les caractéristiques de la planète Kepler 186 f, attendre, si de tels projets continuent alors à être financés, un engin de plusieurs centaines de mètres de diamètre. Ce sera, d’ailleurs, la seule finalité d’un tel hyper télescope : étudier en détail les exoplanètes. Car pour un astronome ou un planétologue, nul besoin pour une exoplanète d’être « habitable » ou pas : ces astres, tels Jupiter et ses satellites de glace, Saturne et ses anneaux, Vénus et sa fournaise, Mars et ses déserts, sont passionnants en soi… Sauf qu’une planète « glamour » comme Mars et ses Martiens dont on rêve et que l’on recherche en vain depuis quatre siècles, est l’objet de plus d’attention, et de financements, qu’une planète morte, comme Mercure. Rappelons-nous que la NASA a cessé brusquement ses missions martiennes après les sondes Viking, qui avaient prouvé à la fin des années 1970 qu’il n’y avait pas – immense déception à une époque où les extraterrestres étaient à la mode – de vie sur Mars. Dès l’instant où ces conclusions ont été remises en cause par les chercheurs, les dollars, et les missions ont afflué de nouveau vers les Martiens, que l’on ne recherche plus désormais à la surface mais sous la terre, là où on ne peut pas les atteindre.

Les décennies qui viennent pour l’exoplanétologie, de ce point de vue, seront décisives. Au delà des effets d’annonce, de ces planètes « habitables » qui seront régulièrement découvertes, mais qui finiront forcément par décevoir ou lasser – car l’on peut parier ici que l’on ne trouvera pas de planètes habitées, s’il en existe dans notre coin de Galaxie, dans les décennies qui viennent, la technique ne le permettra pas – il faudra convaincre les décideurs scientifiques et politiques de continuer à financer l’une des plus belles disciplines de l’astronomie, l’exploration de mille milliards de mondes.

TDF

extrait et source de http://www.science-et-vie.com/

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents