Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


La théorie de la dérive des plaques tectoniques encore remise en question...

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 1 Juin 2015, 09:47am

Catégories : #Sciences

La théorie de la dérive des plaques tectoniques encore remise en question...

La  théorie de l'hydroplaque renforcée...

Les forages scientifiques dans l'épaisse glace de Wilkes Land, en Antarctique de l' Est (la partie faisant face à l'Australie) ont fourni les preuves de " la croissance de forêts tropicales caractérisées par des éléments floraux très divers de mésothermaux et de mégathermaux, y compris des palmiers et des bombacoideae (une sous-famille de l'arbre violet ou malva) ", selon un article publié dans la revue scientifique Nature . Voici une autre description de la découverte.

L'aspect étonnant de cette histoire est que les preuves de ces palmiers anciens et mauves et d'autres flores quasi-tropicales ont été découvert par forage à travers les calottes glaciaires allant de 1,9 à 2,5 miles miles d'épaisseur (entre 3 et 4 kilomètres) !

 

palm-trees-in-antarctica.jpg

 

C'est tout un contraste entre les climats ! Cet article publié dans Nature par les scientifiques affirme que ces forêts quasi-tropicales poussaient autrefois sur ce continent aujourd'hui recouvert de glace et caractérisé par des températures qui tombent bien en-dessous des 100° fahrenheit (le degré fahrenheit est plus froid que le celsius qui a son zéro à 32° fahrenheit), car en quelque sorte, le climat mondial à l'époque était " un monde a effet de serre " et " les hivers étaient très doux (plus chauds que 10°C), et essentiellement exempts de gel, malgré l'obscurité polaire ".

Ils reconnaissent que cette affirmation sur le climat passé peut nécessiter certains ajustements des "modèles climatiques".

Faisons une pause pour réfléchir à ça. L'Antarctique est si froid qu'aucun mois de l'année n'a une température moyenne supérieure à 0 ° C. Il est situé si loin au sud que l'inclinaison de l'axe de la terre le plonge dans l'obscurité pendant de longs mois. Il est l'un des endroits les plus secs de la planète aujourd'hui, avec des niveaux extrêmement faibles de précipitations (les côtes obtiennent seulement 8 centimètres de précipitations par an, et plus à l'intérieur, les niveaux de précipitations sont encore moindres, certaines régions ne recevant pratiquement aucune précipitation depuis des milliers d'années, selon les scientifiques). Et pourtant, les scientifiques ont découvert des palmiers et des plantes anciennes mauve sous deux miles de glace.

Une explication possible est que le monde était si chaud à cette époque que l'Antarctique était comme une île tropicale, très accueillante, que les forêts luxuriantes pouvaient y survivre même à travers les mois d'hiver sans soleil. Cela semble être la seule option discutée dans l'article récent.

Cependant, ce n'est certainement pas la seule explication - elle n'est pas particulièrement bonne. Cependant, parce que la plupart des scientifiques sont attachés à la théorie de la tectonique des plaques, ils sont un peu coincé avec elle, parce que ses explications de comment l'Antarctique aurait pu « dériver » à son emplacement actuel pose d'autres problèmes, comme expliqué dans des articles précédents sur ce sujet (comme celui-ci).

Si tout Antarctique était sur une seule plaque tectonique, il aurait peut-être dérivé d'un climat plus tempéré. Toutefois, il serait encore difficile d'expliquer pourquoi tous les palmiers et les plantes mauves ne se sont pas décomposés et pourris pendant une telle dérive tectonique proposée des tropiques (si ce n'est sur une plaque tectonique très rapide qui ne donne pas le temps aux plantes mauves de disparaitre ! - alors que cette "plaque" ne bouge plus maintenant ?).

 

image: http://sciences-fictions-histoires.com/medias/images/antarctica.jpg?fx=r_550_550

antarctica.jpg

 

La théorie des hydroplaques du Dr Walt Brown n'a aucun mal à expliquer cette découverte de fossiles - en fait, ce nouveau constat de fossiles sub-tropicaux sous des kilomètres de glaces en Antarctique s'accorde parfaitement avec la chronologie des événements proposés par la théorie des hydroplaques.

Selon cette théorie, qui explique les preuves géologiques de notre planète par un mécanisme catastrophique plutôt que par un mécanisme progressif favorisé par la théorie tectonique classique, les continents ont glissé une seule fois dans le passé lointain, dans le cadre des événements entourant un déluge global. Le violent blocage que les continents ont subi à la fin de ce rapide glissement ont créé d'immenses montagnes et des endroits très épais dans des continents.

La région des montagnes les plus hautes et les plus épaisses est désormais l'endroit de notre planète avec les plus hauts sommets - l'Himalaya (la chaîne de l'Everest et de nombreux autres sommets, les plus élevés au monde). La création soudaine de cette région a entraîné un bouleversement majeur de l'ensemble de la planète, en conformité avec les principes connus de la physique. La Terre a continué de tourner sur son axe, mais l'orientation entière de la planète a été modifiée de façon spectaculaire par cet événement du passé. Le roulis provoqué par l'Himalaya a déplacé les régions de la planète qui étaient aux pôles de près de 35 ° à 45 °, et en même temps, il a déplacé vers le bas les régions de l'Antarctique et vers le haut celles de l'Arctique, alors qu'il n'y avait pas jusqu'à présent d'Arctique ou d'Antarctique du tout.

En outre, la suite de cet événement a été caractérisé par des océans très chauds et des continents beaucoup plus froids que nous avons aujourd'hui, qui ont créé les conditions pour de fortes précipitations, beaucoup ne tombant que sous forme de neige et créant de grandes plaques de glace. Ce fut l'ère glaciaire, qui plus tard se retira lorsque les océans se sont refroidis et que les continents ont coulé dans le manteau au cours des siècles après le cataclysme. Toutefois, les conditions météorologiques très différentes qui ont suivi l'inondation pourrait expliquer pourquoi l'Antarctique, qui reçoit aujourd'hui si peu de précipitations, a des calottes glaciaires si massives. Le "Big Roll" de la planète explique aussi pourquoi les scientifiques continuent de trouver des restes de flores quasi-tropicales dans un endroit aussi improbable que la terre de Wilkes.

Ces articles précédents ont discuté de ce «Big Roll" de notre globe plus en détail (voir "Earth's Big Roll" et "90° East Ridge", par exemple).

Cette toute récente découverte de palmiers et de plantes mauves est loin d'être la seule découverte de vestiges distincts non-antarctiques qui ont été trouvés sous la glace. Des articles précédents ont discuté de la découverte de restes de tortues et de marsupiaux en Antarctique, ainsi que des restes de Titanosaurs - d'énormes dinosaures herbivores qui pesaient jusqu'à 100 tonnes !

 

La théorie de l'hydroplaque peut frapper certains comme une théorie extrême, mais vous pouvez décider vous-même si vous pensez qu'elle est plus probable que les arguments classiques qui veulent vous faire croire qu'il était une fois une forêt qui a grandi avec plein de ces animaux quasi-tropicaux (et d'énormes dinosaures) qui s'ébattaient sur une chaude Antarctique avec des hivers doux sans gel...

Si un événement extrême comme le "Big Roll" a vraiment eu lieu (et il y a de nombreuses preuves pour étayer la conclusion que c'était le cas), alors la théorie de l'hydroplaque n'est pas extrême du tout, mais plutôt la meilleure façon de comprendre la découverte de palmiers dans l'Antarctique.

Yves Herbo : il faut bien reconnaître qu'en plus, cette théorie de l'hydroplaque expliquerait plusieurs anomalies géologiques, magnétiques, non résolues par la théorie classique de la tectonique des plaques (qui a récemment trouvé une forte limite au niveau même de ses origines possibles et de sa réalité dans d'autres ères de la Terre, notamment le 1er milliard d'année de la planète...). La théorie de la dérive des continents liée à la tectonique des plaques a certes mis 50 ans à s'imposer... mais elle a été finalement reconnue sur la longueur, comme une promotion d'un fonctionnaire carrièriste... sans être prouvée de A à Z, de ses origines à maintenant... 

En réalité, le mécanisme de déplacement des plaques continentales n'a jamais mis en évidence : mais on a émis l'hypothèse qu'il s'agirait de courants de convections : or, ce mécanisme est admis de manière empirique, c'est à dire sans preuve ! (cf 1er article)

La tectonique des plaques est trop faible pour former les montagnes : synthèse générale réalisée en 2012 à la suite du travail de 47 équipes de Chercheurs de tous les pays du monde de 1982 à 2010 (géophysiciens) (lire le 2nd article) cela signifie que l'on constate qu'il y a eu Dérive, mais les calculs montrent que les Plaques ne peuvent se déplacer d'elles-mêmes ...

Selon des conclusions "raisonnables" de chercheurs non spécialement liés à la théorie de la tectonique des plaques engendrant la dérive des continents, il devient plus logique de considérer un évènement brutal ayant déchirré la Pangée en une seule fois, par l'épanchement subi d'immenses poches d'eaux chauffée par le magma sous-jacent, créant un soulèvement du manteau à cette occasion et provoquant une dérive RAPIDE des nouveaux continents créés. Les chocs énormes provoqués par ces rapides glissements ont créés les chaînes de montagnes immenses comme l'Himalaya : les vitesses actuelles constatées ne pourraient pas permettre à la plaque indienne de s'enfoncer sous l'asiatique comme elle le fait actuellement, à vitesse beaucoup plus lente qu'à l'origine du choc...

Sources : http://www.nature.com/nature/journal/v488/n7409/full/nature11300.html

http://www.mnn.com/earth-matters/wilderness-resources/stories/antarctica-was-once-home-to-rain-forest

http://mathisencorollary.blogspot.fr/2011/05/antarctica.html

http://www2.ggl.ulaval.ca/personnel/bourque/s1/tectonique.pl.html


Traduit Par

Commenter cet article

granfred 31/07/2016 20:44

Tout à fait cohérent par rapport aux observations faites sur le terrain.

Yann 02/06/2015 10:56

Vous devriez préciser, David, que cette théorie des hydroplaques du Dr Walt Brown est liée au mouvement créationniste qui attribue ce mouvement soudain au déluge.
Pourtant, la terre bouge toujours, les continents s'écartent ou se rejoignent immuablement de quelques centimètres par an. des grands "cracks" soudains font lever ou baisser les montagnes (Népal, encore récemment).

http://planet-terre.ens-lyon.fr/article/histoire-tectonique-plaques.xml

Nous sommes sociaux !

Articles récents