Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


L'État islamique commet son premier attentat en Turquie, au moins 30 morts

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 20 Juillet 2015, 18:15pm

Catégories : #Société

Publication: Mis à jour:

 

TERRORISME - Au moins 30 personnes ont été tuées et une centaine d'autres blessées lundi dans la ville turque de Suruç, près de la frontière syrienne, lors d'un attentat suicide qui, selon le Premier ministre turc, a été commis par l'Etat islamique (EI).

"Les premiers éléments montrent que l'explosion est un attentat suicide et qu'il a été perpétré par Daech (l'acronyme arabe de l'EI)", a déclaré Ahmet Davutoglu lors d'une conférence de presse à Ankara.

L'explosion, très forte, s'est produite aux environs de 12h locales dans le jardin d'un centre culturel de Suruç, situé à une dizaine de kilomètres de la ville syrienne de Kobané d'où les jihadistes de l'EI ont été chassés en janvier après quatre mois d'intenses combats face aux milices kurdes de Syrie.

Recep Tayyip Erdogan a aussitôt condamné l'attentat, dénonçant un "acte de terreur". "Nous sommes plongés dans le deuil à cause d'un acte de terreur qui a fait 30 morts et de très nombreux blessés. Je maudis et condamne les auteurs de cette violence on nom de mon peuple", a déclaré le président turc lors d'une visite officielle dans la partie nord de Chypre, occupée par la Turquie depuis 1974.

Peu après cette première explosion, une autre attaque à la voiture piégée a visé un barrage de sécurité établi par les milices kurdes dans le sud de Kobané, de l'autre côté de la frontière, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

"Un kamikaze a fait exploser un véhicule piégé à un point de contrôle dans le sud de Kobané. Deux combattants kurdes ont été tués par l'explosion", a déclaré à l'AFP Rami Abdel Rahman, le directeur de cette ONG qui dispose d'un très large réseau d’informateurs sur le territoire syrien.

Opérations contre les filières jihadistes

L'attentat suicide intervient quelques semaines après le renforcement par les autorités turques de son dispositif militaire à la frontière syrienne, au lendemain de la victoire remportée par les milices kurdes de Syrie face aux combattants jihadistes dans la bataille pour le contrôle d'une autre ville frontalière syrienne, Tall Abyad.

Selon les analystes, cette décision du gouvernement islamo-conservateur turc visait à la fois à contrer le groupe EI mais aussi à bloquer l'avancée dans le nord de la Syrie des forces kurdes, proches du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) qui mène depuis 1984 une rébellion contre Ankara.

L'attentat de Suruç s'est produit alors que des associations turques proches de la gauche s'apprêtaient à annoncer leur volonté de traverser la frontière pour se rendre à Kobané. Ce groupe résidait au centre culturel de Suruç cible de l'attentat.

La ville de Suruç accueille des milliers de réfugiés kurdes de Syrie qui ont quitté la région de Kobané lors de l'offensive lancée par les combattants d'EI en septembre dernier.

Cette attaque et les violents combats qui ont suivi pendant quatre mois ont provoqué l'exode de quelque 200.000 personnes vers la Turquie voisine. Selon les autorités locales turques, seuls environ 35.000 Syriens ont regagné leur pays depuis la fin de la bataille.

Fin juin, le groupe EI a mené une attaque surprise à Kobané, marquant son retour à l'intérieur de la ville par trois attentats suicides. Les combats qui ont suivi ont entraîné la mort de plus de 120 civils. Après quelques jours, les milices kurdes avaient repris le contrôle total de la ville.

Commenter cet article

Philomène 21/07/2015 08:38

bonjour,

La Turquie coopère avec l'occident pour arrêter et livrer les étrangers qui transitent par leur pays pour aller en Syrie ou en revenir (quand elle le peut), et d'un autre côté, elle laisse quasi totale impunité à DAESH pour passer ses frontières syriennes.
DAESH doit en avoir assez de ce double jeux d' Erdogan.

agnés 20/07/2015 21:52

Oui Phil..bizarre..on lit ''ceci et son contraire'' Qui est derrière cette barbarie ? Est ce une technique de terreur non exterieure ? On.peut se poser aussi la question.

Phil 20/07/2015 21:03

Ecoutez les analyses de Thierry Messan, Erdogan et la Turquie sont les principaux promoteurs du terrorisme ... ça ne tient pas la route ... un false flag ?

Nous sommes sociaux !

Articles récents