Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Le type de planète majoritaire dans l'univers est absent du système solaire

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 16 Juillet 2015, 18:43pm

Catégories : #Espace

<a  data-cke-saved-href="https://en.wikipedia.org/wiki/Solar_System#/media/File:Telluric_planets_size_comparison.jpg" href="https://en.wikipedia.org/wiki/Solar_System#/media/File:Telluric_planets_size_comparison.jpg" target="_blank">Le système solaire interne</a> Lsmpascal via Wikimedia CC <a  data-cke-saved-href="https://creativecommons.org/licenses/by/2.0/deed.fr" href="https://creativecommons.org/licenses/by/2.0/deed.fr" target="_blank">License by</a>

Le système solaire interne Lsmpascal via Wikimedia CC License by

scienceblogs.com

 

Les scientifiques ont identifié le profil le plus répandu parmi les corps célestes qui nous entourent. Et la planète la plus banale de l’univers ne figure pas dans notre système solaire.

Il faut de tout pour faire un monde, dit l’adage, mais selon Forbes il y a davantage de lacunes quand il s’agit de composer un système solaire. Le système solaire dans lequel se trouve la Terre possède des planètes rocheuses comme Mars, Vénus ou la Terre justement et des planètes gazeuses comme Jupiter ou Saturne, des planètes aux proportions gigantesques, d’autres plus modestes. Mais cette diversité masque une grande absence: la planète au profil le plus commun de l’univers (selon la connaissance parcellaire que l’on a de celui-ci actuellement en tout cas) ne figure pas dans le système solaire.

Ces dernières années, le regard des scientifiques sur les espaces infinis qui nous entourent s’est fait plus pénétrant qu’auparavant. Ils ont ainsi pu évaluer la taille et la masse de ces rotondités. Ils ont identifié le profil le plus répandu parmi elles: la planète la plus banale de l’univers est plus vaste que la Terre mais moins que Neptune, a une structure interne composée de roches nimbée dans une atmosphère mêlant l’hélium et l’hydrogène. Les experts les surnomment donc des «super-Terres» ou des «mini-Neptunes».

Disparition planétaire

Pourquoi, si cette planète est si commune au sein de l’univers en dehors du système solaire, est-elle inconnue en son sein? Le journaliste Ethan Siegel tente d’apporter une réponse. Elle est pour le moins inattendue. En effet, dans ses conjectures, il avance que ce type de profil a dû faire partie de notre galaxie il y a bien longtemps.

Les facteurs de sa disparition sont pluriels. La géographie du système solaire a longtemps été différente de celle que l’on perçoit aujourd’hui. Les planètes gazeuses étaient ainsi probablement plus proches du Soleil qu’elles ne sont aujourd’hui. La force de gravitation entre les sphères et la proximité avec le Soleil auraient ensuite repoussé ces planètes en dehors du système solaire. 

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents