Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Science décalée : bientôt du porc génétiquement allégé

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 6 Juillet 2015, 06:28am

Catégories : #Sciences

~~Vous rêvez de manger de la charcuterie maigre, pour éviter les kilos en trop ? Ce rêve pourrait peut-être bientôt devenir réalité grâce à un cochon génétiquement modifié

- les chercheurs ont inactivé le gène de la myostatine

- qui a vu le jour en Asie.

« Dans le cochon, tout est bon... » Mais sans gras, ce serait tellement mieux. © Tim Ellis, Flickr, cc by nc 2.0

« Dans le cochon, tout est bon... » Mais sans gras, ce serait tellement mieux. © Tim Ellis, Flickr, cc by nc 2.0

Connaissez-vous la vache blanc bleu belge (voir photo ci-dessous) ? Cet animal massif qui produit de grandes quantités de viande résulte de décennies de sélection. Cette vache pourrait bientôt avoir son équivalent porcin grâce à une équipe de scientifiques de Corée du Sud et de Chine qui ont utilisé une méthode bien plus rapide pour aboutir à leur résultat : un cochon très musclé grâce à l'inactivation d'un seul gène dans son génome.

Pour Jin-Soo Kim, biologiste moléculaire de l’université de Séoul qui a mené ce travail, la technique génétique employée ne fait qu’accélérer un processus qui pourrait se faire naturellement : « Nous pourrions faire cela par l’élevage, mais alors cela prendrait des décennies ». Ces résultats qui devraient bientôt faire l’objet d’une publication sont révélés dans un article de Nature.

Pour créer de tels cochons, les chercheurs ont dû induire une mutation dans le gène de la myostatine (MSTN), qui inhibe la croissance des cellules musculaires : ce gène contrôle la taille des muscles quand l’embryon se développe et arrête leur croissance quand ils sont trop gros. Si le gène ne fonctionne pas, les cellules musculaires prolifèrent, ce qui produit une masse musculaire importante.
 

La vache blanc bleu belge est particulièrement musclée et résulte d’une longue sélection.
La vache blanc bleu belge est particulièrement musclée et résulte d’une longue sélection. La génétique moléculaire permet d’aller beaucoup plus vite. © Prankster, Robi, Wikipedia, cc by sa 3.0

Les chercheurs ont inactivé la myostatine grâce au système TALEN

Pour introduire cette mutation chez les cochons, les chercheurs ont utilisé l’édition génomique, et plus précisément le système TALEN (Transcription activator-like effector nuclease) : il s’agit d’une enzyme qui coupe l’ADN, attachée à une protéine qui se lie à l’ADN. La protéine guide l’enzyme de coupure vers un site particulier, ici le gène MSTN, et ensuite l’enzyme le coupe. Le système de réparation de la cellule répare ensuite l’ADN mais en commettant des erreurs, ce qui rend le gène non fonctionnel. Une cellule dans laquelle TALEN a rendu les deux copies du gène MSTN inactives a été transférée dans une cellule-œuf qui a servi à créer 32 clones de petits cochons.

Mais ces cochons avec une viande maigre et un meilleur rendement par animal ont aussi quelques problèmes, comme des difficultés à la naissance à cause de leur taille. Seulement 13 des 32 cochons ont vécu jusqu’à huit mois. Parmi eux, deux sont encore vivants et un seul serait en bonne santé, d’après Xi-jun Yin, chercheur à l’université Yanbian à Yanji (Chine), qui a effectué le clonage.

L’objectif des chercheurs ne serait pas de commercialiser de la viande à partir de ces cochons, mais plutôt de les utiliser pour fournir du sperme qui serait vendu à des éleveurs. La descendance de ces cochons qui n’aurait qu’un seul gène MSTN inactivé serait en meilleure santé. Jin-Soo Kim espère vendre le sperme de cochon à des agriculteurs de Chine, où la demande en porc est croissante. L’équipe essaie aussi de faire la même expérience avec une autre technique d’édition génomique, CRISPR/Cas9.

Actuellement, aucun animal génétiquement modifié n’a été approuvé pour la consommation humaine, en raison des craintes concernant les effets négatifs sur la santé et l’environnement. Mais certains chercheurs espèrent que l’édition génomique qui désactive un gène pourrait être utilisée en agriculture. Un argument est que l’édition génomique conduirait à des changements bien moins importants que dans des OGM où des gènes d’une espèce sont introduits dans une autre. D'autres applications pourraient voir le jour : un bétail sans corne ou résistant à des virus...

Marie-Céline Jacquier, Futura-Sciences

Commenter cet article

agnés 07/07/2015 23:59

Après la vache bleue et le porc sans gras !ces chercheurs inhumains s attableront pour modifier l homme en un mouton.plus productif..Non.ce n est pas de la fiction on y arrive à grands pas..

agnés 07/07/2015 23:58

Elle fait pitié cette pauvre vache bleue

agnés 07/07/2015 23:57

Après la vache bleue et le porc sans gras !ces chercheurs inhumains s attableront pour modifier l homme en un mouton.plus productif..Non.ce n est pas de la fiction on y arrive à grands pas..

cervesia 06/07/2015 09:17

quels imbéciles !!!! un porc sans gras faudra lui trouver un autre nom ! ras le bol du tout génétiquement modifié !

emile 06/07/2015 09:08

les porcs enterrent les porcs...............

Nous sommes sociaux !

Articles récents