Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Feu vert définitif au forage de pétrole et de gaz dans l’Arctique

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 18 Août 2015, 09:41am

Catégories : #Environnement

Transport d'une plateforme de forage du pétrolier Shell dans le Pacifique en avril.© Daniella Beccaria / AP Transport d'une plateforme de forage du pétrolier Shell dans le Pacifique en avril.

L’administration américaine a accordé lundi 17 août son feu vert définitif à la compagnie pétrolière Royal Dutch Shell pour des forages exploratoires dans l’océan Arctique, un projet contre lequel les associations de défense de l’environnement sont vent debout et qui avait été longtemps reporté.

Cette autorisation a été accordée après que des réparations ont été effectuées sur un brise-glace indispensable aux activités d’exploration dans la zone pétrolière de la mer des Tchouktches, au nord de l’Alaska, une région à l’écosystème fragile.

Une série de problèmes techniques

Le programme d’exploration de Shell en Alaska a pris plusieurs années de retard, à la suite d’une série de problèmes techniques. Le groupe anglo-néerlandais avait obtenu un premier feu vert en février 2012. Il avait dû suspendre ses opérations six mois plus tard, en raison de graves problèmes sur un de ses navires et de son incapacité à offrir toutes les garanties contre un risque de marée noire. En 2013, le département de l’intérieur a finalement levé son autorisation, exigeant que tous ces problèmes soient résolus. Finalement le 11 mai dernier, le gouvernement américain annonçait qu’il autorisait – sous condition – le pétrolier Shell à reprendre ses campagnes d’exploration soulevant la colère des écologistes.

Une région convoitée

Les ressources de la partie américaine des mers de Tchouktches et de Beaufort sont considérables, selon une estimation du département de l’intérieur : 22 milliards de barils de brut techniquement récupérables et 2,6 milliards de mètres cubes de gaz. L’ensemble de la zone arctique recèle 22 % des ressources en hydrocarbures encore à découvrir sur la planète, selon l’United States Geological Survey, et toutes les sociétés s’y intéressent : ExxonMobil, le britannique BP, l’italien Eni et les russes Rosneft ou Gazprom.

Les associations environnementales mettent en garde contre les conséquences d’un accident dans les eaux gelées de l’Arctique. Selon elles, il aurait un impact encore plus grand que celui de 2010 dans le golfe du Mexique, lorsque l’explosion de la plateforme pétrolière Deepwater Horizon, exploitée par le groupe pétrolier britannique BP, avait entraîné la mort de 11 personnes et le déversement de 4,9 millions de barils de brut dans la mer.

Le Monde.fr

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents