Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Les conseils de Stephen Hawking pour s’échapper d’un trou noir

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 27 Août 2015, 23:08pm

Catégories : #Sciences

LE MONDE SCIENCE ET TECHNO |

« Si vous tombez dans un trou noir, n’abandonnez pas. Il existe un moyen d’en sortir. » Le conseil ne vient pas du script du film Interstellar, mais de l’éminent physicien et mathématicien Stephen Hawking, de l’université de Cambridge. Il a prononcé ces mots lundi 24 août lors d’un congrès réunissant à Stockholm le gratin des physiciens spécialistes des trous noirs.

Les propos du Britannique, lourdement paralysé par une sclérose latérale amyotrophique, trouvent toujours un certain écho médiatique. Mais cette dernière annonce est sans doute à considérer avec plus d’intérêt que sa récente prise de position sur l’intelligence artificielle ou son engagement pour trouver la vie extraterrestre. Stephen Hawking a en effet bâti toute sa carrière sur les trous noirs, ces objets mystérieux si massifs qu’ils ne laissent rien s’échapper, pas même la lumière.

Que se passe-t-il lorsqu’on pénètre dans un trou noir? La question est à l’origine du « paradoxe de l’information » qui a pris source après un article de Stephen Hawking paru en 1975. Cette année-là, le physicien montre que, contrairement à ce que l’on pense, tout ne reste pas prisonnier des trous noirs : ces ogres cosmiques laissent échapper un rayonnement thermique, un petit flux de particules transportant de l’énergie qu’il nomme le rayonnement de Hawking. Quelles sont donc ces étranges particules capables de s’affranchir de la colossale emprise des trous noirs ? La physique relativiste ne peut l’expliquer. D’après elle, puisque la lumière est retenue par les trous noirs, et que rien ne peut aller plus vite, alors rien ne peut s’échapper, fin de l’histoire.

Stephen Hawking s’est fondé sur un principe de physique quantique. Dans le vide, des couples de particules de matière et d’antimatière se créent sans cesse de manière spontanée. Ces particules n’ont pas d’existence en tant que telles, car elles s’annihilent simultanément à leur formation. A proximité d’un trou noir, l’attraction gravitationnelle est si intense qu’elle peut, sous certaines conditions bien précises, attirer l’une des deux partenaires vers le centre, l’autre pouvant alors s’échapper… sous forme de rayonnement de Hawking. En conséquence le trou noir, pour compenser, perd de sa masse ; on dit qu’il s’évapore.

Le paradoxe de l’information

Ces résultats ont toutefois soulevé plus de problèmes qu’ils n’en ont résolu. Car si les trous noirs s’évaporent peu à peu au lieu de grossir de leur appétit insatiable, alors l’information sur la matière qu’ils ont avalée (la nature des particules, leur vitesse, leur position, etc.) disparaît également. C’est précisément ici que naît le paradoxe de l’information, qui oppose les lois de la relativité générale à celles de la mécanique quantique. Si la première s’accommode parfaitement d’une destruction de l’information, la seconde ne veut pas en entendre parler.

« La perte d’information violerait le principe de déterminisme quantique », confirme l’astrophysicien Stéphane Paltani, de l’université de Genève. Ce principe stipule en effet que tous les phénomènes de l’Univers doivent être prévisibles, compte tenu des informations de chaque particule. « Le rayonnement de Hawking étant un phénomène complètement aléatoire, il n’avait à l’époque aucun sens d’un point de vue quantique », poursuit l’astrophysicien.

Qu’a dit Stephen Hawking à ce sujet ? Issu de l’école relativiste, il a d’abord soutenu que l’information était détruite. Mais une controverse qui l’a opposé à des physiciens de l’école quantique, parmi lesquels Leonard Susskind, de l’université Stanford et le Prix Nobel de physique Gerard ’t Hooft, de l’université d’Utrecht, l’a poussé en 2004 à reconnaître qu’il avait tort et que l’information est bel et bien conservée lors de l’évaporation des trous noirs.

Un « trou de ver »

Loin de clore le dossier, cette capitulation du Britannique a amené les physiciens à se demander ce qu’il advenait de l’information des particules pénétrant dans les trous noirs, et s’il était possible de la récupérer. Diverses hypothèses ont été avancées. Parmi celles-ci, l’information pourrait voyager vers d’autres univers via un « trou de ver ». Elle ne serait donc pas détruite, mais simplement perdue pour notre Univers à nous, au profit d’un autre. Ou bien l’information pourrait être stockée à la surface de « l’horizon des événements », autrement dit la frontière virtuelle du trou noir en deçà de laquelle on ne peut plus échapper à son attraction. Une sorte de point de non-retour en quelque sorte. En pénétrant au-delà de cette frontière, sorte de sphère invisible, la matière tridimensionnelle y laisserait une empreinte bidimensionnelle correspondant à ses informations, ce qui rappelle le principe d’un hologramme.

C’est sur cette hypothèse, formulée dans les années 1970 par le physicien israélien Jacob Bekenstein, qu’a communiqué lundi Stephen Hawking. « L’information ne pénètre pas dans le trou noir comme on pourrait s’y attendre, mais dans sa frontière – l’horizon des événements », a déclaré le professeur devant son auditoire. Ce sont les particules du rayonnement de Hawking qui, en s’échappant du trou noir, emporteraient avec elles une partie de cette information. Ces projections de la matière à la surface de l’horizon des événements « contiennent toute l’information qui serait autrement perdue », a-t-il ajouté. Toute l’information ? Pas exactement. « Elle ressortirait au compte-gouttes, et sous une forme totalement différente », tempère Stéphane Paltani. Stephen Hawking le reconnaît lui-même : l’information revêtirait « une forme chaotique et inutile » d’un point de vue pratique. « S’il existe bien une porte de sortie aux trous noirs, alors le déterminisme quantique sera préservé et ces objets poseront beaucoup moins de problème conceptuels aux physiciens », prédit Stéphane Paltani.

Si Stephen Hawking a embrassé l’hypothèse du professeur Bekenstein, qu’a-t-il apporté de nouveau? Rien pour l’instant. S’il a précisé sa pensée le lendemain, mardi 25 août, lors d’une conférence réservée aux spécialistes, on en saura sans doute davantage lorsque son article scientifique – équations à l’appui – sera officiellement publié le mois prochain. Aura-t-on le fin de mot de l’histoire? L’astrophysicien genevois Thierry Courvoisier n’y croit pas. « Ce paradoxe de l’information, à l’interface entre mécanique quantique et relativité générale, ne sera jamais vraiment résolu tant qu’on ne disposera pas d’une théorie qui unifie ces deux cadres. »

 

Fabien Goubet (Le Temps)

Commenter cet article

Huseyn Qurbanov 25/02/2016 19:03

Logically complete cosmological concept. /due to lack of knowledge of the English language was not able to correct the translation Implemented by Google/

In order to present the unlimited space originally:
1. homogeneous - enough to postulate the presence in it of two elements with Simple and Complex /closed systematically/
2. heterogeneous - enough to postulate the presence in it of one more element - the Most High and Almighty God - with open systematically.
It is easy to assume that even at the lowest possible deployment of the intangible component of the essence of God - the Spirit of God - for the level of the original downwardly directed the permanent deployment of the material component of the essence of God, there is a curtailment of Simple and Complex /i.e.. It is their decay due to blocking of origin upwardly directed constantly deploy intangible components of the entity / as much as possible heterogeneous to God's essence minimum possible number of cell uniformity (1H), and God on the basis of the material components of the 1H deploys the minimum possible heterogeneous to its essence as possible numerically elemental homogeneity (2H). Coagulation process will begin in 2H known God start time since the completion of its deployment. curtailment of the Spirit of God to the level of initial deployment again unfolds 1H - God potential for transformation 1H into 2H and 1H into 2H limitless!

gazouz 31/08/2015 13:08

Merci pour le tuyau, la prochaine fois que je croiserai un trou noir je tacherai de m'en souvenir ça pourrait me servir

cats 30/08/2015 01:16

bonjour

Oui je l'avoue, c'est vraiment un fond théorique.

.

E=MC2 29/08/2015 19:34

En lisant vos commentaires, on touche le fond...du trou noir.

cats 29/08/2015 13:24

Suite:Physique des rémanents

Le détachement du trou noir de notre monde, (Ou du réfférenciel) dans lequel il se trouve est si prononcer, qu'il n'y a plus aucune trace du trou noir, ont ne peut ni le voir n'y calculer sa masse ou son horrison.

Tout se qui demeure du trou noir un qui est devenu une harrnonique de phase est un puis, un puis d'intriquementé

Un puis d'intriquement se crée quand deux trous noir ont la même harmonique de phase.

Il serait peut être plus simple de le vulgariser en tans que pont, un pont qui unis deux référenciel e un seul.

C'est seulement en arrivant prés d'une harrmonique de phase que l'ont observerait une simple tache plus sombre, une tache sombre d'un certain diamètre.

Si ma course me fait plonger au centre de cette tache, tout mon patrimoine masse énergie se retrouve instantanément dans l'autre référenciel,. même si la fusion des deux référenciel ne donne plus qu'un référenciel.

Les deux continuum qui vire jadis les deux trou noir se former son maintenant unis.

L'harmonique de phase de l'union des deux singularités forme un continuum qui lui est propre, un continuum dans laquelle tout les information et paramètres de leur ancien référenciel sont sauvegarder et dynamiser dans le nouveau continuum.

PS : L'harmonique de phase qui crée se nouveau continuum a une durer de vie limité, après un temps X les deux trous noir réaparaisse dans leur référenciel respectif, et de nouveau les trous noir se font sentir gravitationnellement et leur masse réaparaisse.

Se n'est même pas la préface de la Physique des rémanents et des trous noir par Cats.

.

.

.

cats 29/08/2015 12:23

Physique théorique de certain systèmes rémanents, ou l’information ne se perd pas, mais se conserve et se transfère.

La majorité des plancher d'effondrement qui mêne aux trou noir et a sa singularité procède du quantique.

Après que la dynamique du système rémanent s'établie, l'effondrement survient et l'étoile se transforme en nova, supernova Etc.

La singularité se forme et le trou noir prend vie, (Mécanique d'effondrement et phase de transition0.

Au cour de la vie d'un trou noir il y différentes mécaniques et phase. (Ex; un trou noir qui mange, un trou noir en sommeil Etc)

Pour qu'un trou noir est un états, ou non seulement il garde l'information mais il peut aussi la transmettre..

La singularité crée une harmonique de cohésion, cela a partir de la masse accumuler, cette masse devient si impressionnante que l'horrison même du trou noir se détache du continnum dans lequel il vie.

Up Next., Cats

Le Préccurseur 29/08/2015 11:35

Complètement débile et perte de temps notoire ce type d'article ! Aucune chance que qui que ce soit ne tomber dans un trou noir perdu dans l'espace à des années lumière de chez nous !!!

BlueMan 28/08/2015 18:24

Ce type raconte n'importe quoi, car au cœur d'un trou noir, il y a un astre de matière. Certes, dont le noyau est de matière inconnue, mais de matière quand même. La meilleure preuve : le fait qu'un trou noir ait une masse immense.

Pour tous les amoureux des trous noirs (comme moi), pleins de vidéos sur le sujet :
http://www.blueman.name/Des_Videos_Remarquables.php?titre=trou%20noir&mode=liste

Tonton Marcel 28/08/2015 09:09

Intéressant, surtout que la probabilité d'être absorbé par un trou noir va considérablement augmenter avec le CERN ;-)

Gloubiboulgaga 30/08/2015 16:22

Bien sûr que je peux l' expliquer: Multipliez la masse d'un trou noir par la vitesse à laquelle la matière y est rejetée et cela donne....un beau trou du cul
Ne me remerciez pas,JJ, c'est tout naturel. J' adore éduquer mon prochain

Jean jacques 28/08/2015 16:04

Gloubiboulga
Expliquer nous scientifiquement comment le CERN, avec ses expériences sur la matière, ne peut pas générer de trou noir ? Vous semblez sur de vous, est ce parce que vous avez la démonstration mathématique de cette impossibilité ? Merci d'avance.

Gloubiboulga 28/08/2015 15:55

...port'nawak"

Nous sommes sociaux !

Articles récents