Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Les semences de variétés traditionnelles ne peuvent plus être commercialisées

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 27 Août 2015, 23:04pm

Catégories : #Société

Les semences de variétés traditionnelles ne peuvent plus être commercialisées

     Les semences de variétés traditionnelles Kokopelli ne peuvent plus être commercialisées - © flickr/alexandre dulaunoy

La Cour de Justice de l’Union Européenne a confirmé le 12 juillet 2012 l'interdiction de commercialiser les semences de variétés traditionnelles et diversifiées qui ne sont pas inscrites au catalogue officiel européen. Ecolo propose une réforme de la réglementation, qualifiée d'"absurde".

Des associations comme Kokopelli ou Semailles se retrouvent dans l’illégalité: elles préservent et distribuent ces semences.

Pourtant, il suffirait d'inclure ces variétés anciennes au catalogue officiel pour les commercialiser en toute légalité. Seulement voilà, elles se trouvent dans le domaine public et après 20 ans, si personne ne les a réinscrit au catalogue, elles en sortent. Il faut pour cela payer assez cher, explique Catherine Andrianne de Semailles. "A cause de cette réglementation, il y a plus de 80% de la biodiversité qui a disparu", dit-elle.

Il ne suffit pas de payer pour inscrire une semence au catalogue officiel, il faut aussi que l'espèce réponde aux critères de Distinction, Homogénéité, Stabilité (DHS). Ces critères sont discriminants, selon Kokopelli, "puisqu’ils impliquent que les semences soient… très peu variées. Seules des variétés hybrides F1 ou des variétés lignées, quasi cloniques, répondent à ces critères, qui ont été établis dans le seul but d’augmenter la productivité selon des pratiques industrielles".

Malgré un assouplissement de ces critères pour les variétés dites de conservation, ceux-ci restent inadaptés pour les variété traditionnelles. Pour Nature & Progrès et les défenseurs des semences paysannes, "cette décision est un contresens historique grave qui s’apparente à un déni de la sélection végétale réalisée par l’être humain depuis 10 000 ans".

Certains producteurs alternatifs comme Semailles ne comptent pas arrêter la commercialisation de leurs semences, qu'ils considèrent comme un produit vivant et non un produit d'usine.

L'industrie, elle défend les variétés nouvelles: la réglementation permet de garantir le financement de la recherche. Pour le Prof. Bernard Bodson de Gembloux Agro Bio Tech ULg, les variétés issues de la recherche sont plus résistantes et plus productives.

De là à parler de concurrence déloyale, il y a peut-être un pas à ne pas franchir... On pourrait pourquoi pas classer les anciennes variétés au patrimoine naturel sans que cela ne gêne la création de nouvelles variétés plus standardisées pour les agriculteurs.

Ecolo réagit

"Ecolo, comme de nombreuses organisations agricoles et environnementales, juge pour l'heure cette réglementation parfaitement contraire à la sauvegarde de notre biodiversité et aux intérêts des cultivateurs. L'absurde rigidité du catalogue officiel des semences commercialisables menace en effet de nombreuses semences anciennes et semble tout simplement taillée sur mesure pour les quelques grandes multinationales du secteur", selon un communiqué.

Le parti écologiste entend "marquer son soutien plein et entier aux nombreuses associations qui, à l'instar de Kokopelli, luttent pour la sauvegarde de variétés anciennes ou locales, et permettent de nous offrir ainsi une alimentation variée et de qualité au quotidien". Ecolo compte peser au niveau européen et au niveau national pour faire modifier la législation.

JFH avec Pascale Bollekens

En savoir +

Commenter cet article

RENZI Maryse 31/08/2015 10:03

BRAVO KOKOPELLI , SEMAILLES ....
Je me souviens avoir signé une pétition , il y a qq mois , et je continuerai à défendre la nature et le libre de choix dans cet occident où la démocratie n'est plus qu'un mot sans valeur ! Nous vivons dans un monde ou la politique est aux bottes du profit , des multinationales et de la finance .

agnés 29/08/2015 21:59

Il y a le purin de cousoude à ne pas négliger qui se fabrique comme le purin d ortie.
.Le purin d ortie à une bonne odeur..qui peut embaumer comme le fumier tout un quartier !!

pierre 29/08/2015 14:31

Encore une loi liberticide à laquelle on a pas à obéir, une loi au profit des multinationales votée par des eurodéputés achetés et corrompus par l'industrie agro-alimentaire.
Que leur union européenne aille au diable, on a voté non en 2005...

rom1 28/08/2015 19:02

ils veulent tout COMMERCIALISER!!! ENGRAIS et AUTRES!!! produits chimiques qui vont avec.. et bin ouiii sinon ça pousse pâs... ou mal..... UNE SEULE CHOSE A FAIRE POUR AGIR!!!!!!! NE SURTOUT PAS ACHETER!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! DAHHHHHHHHHH

agnés 28/08/2015 18:56

Les semer dans des friches en voilà une bonne idée Yann !!
J ai un.minuscule potager..et j y ai planté deux pieds de tomates..qui sont florissants aucun engrais du commerce..Mon engrais perso fabriqué par moi..le purin d ortie...les feuilles de thé..le marc de café..et les peaux de banane au pied et les coquilles d oeuf en surface.J ai aussi réussi mes pieds de tomates cerises à partir de graines- récup . La promiscuité avec des pieds de sauge..boutures persos réussies à 90% !! Non non je ne vante pas !!! leur a peut être évité les maladies.
Lorsque nous consommons une goûteuse variété de tomates bio..je prélevé qqs graines qui me permettent d avoir des plants gratis. Tous les jardiniers peu expérimentés que moi peuvent aussi bien réussir.. ..

midew 28/08/2015 12:54

je soutiens Kokopelli garant de la biodiversité alimentaire, préservant notre héritage chacun semé des variétés anciennes dans un bac,en terre pour les chanceux, agissons c'est possible, dire c'est bien agir c'est mieux!!!

magic29 28/08/2015 10:33

S'ils ne peuvent plus les commercialiser, ils peuvent toujours les distribuer gratuitement, et chacun peut faire un don pour soutenir l'association, ce n'est plus de la vente et ça echape au jugement

jeanne 28/08/2015 08:30

soution inconditionnel a kokopelli ou semailles et toutes autres organisations de preservation du naturel....et libre circulation de la nourriture vivante est un droit et devoir relevant du bon sens de ts bons citoyens,dignes de ce nom; quant a la cour de justice et les debiles de bruxelles qui osent
imposer ca au reste du monde,cela releve du totalitarisme du plus absolu et d'un crime contre la nature ;j'espere qu'il y aura un jour un juste retour de flamme pour ces malades !

Yann 28/08/2015 15:15

Je pense en effet que c'est la solution : échanges et dons. Et puis il y a partout des foires aux plantes, c'est l'occasion de s'y rencontrer pour montrer ses produits et avec quelques flyers informer les gens sur les possibilités d'une culture alternative et gratuite.
Le but n'est pas de saboter les industrie agro à destination des grands marchés, mais de donner la possibilité aux particuliers de cultiver ce qu'ils veulent dans leurs petits bouts de jardin ou leurs balcons.

Une autre possibilité (pour faire chier le monde) consiste à ventiler les graines que l'on a en trop et les semer dans la nature, dans des friches industrielles etc...

agnés 28/08/2015 07:26

Soutien à Kokopelli.. leurs variétés sont plus gustatives. Quand je pense aux insipides ''Coeur de boeuf'' commercialisées ..trafiquées..je me dit que ''le bon goût des choses.'' est en train de se perdre.

agnés 28/08/2015 07:26

Soutien à Kokopelli.. leurs variétés sont plus gustatives. Quand je pense aux insipides ''Coeur de boeuf'' commercialisées ..trafiquées..je me dit que ''le bon goût des choses.'' est en train de se perdre.

Nous sommes sociaux !

Articles récents