Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Elixir de jouvence ? Un scientifique russe s'injecte une bactérie vieille de 3,5 millions d'années

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 2 Octobre 2015, 06:10am

Catégories : #Sciences

Elixir de jouvence ? Un scientifique russe s'injecte une bactérie vieille de 3,5 millions d'années

Un scientifique russe pense avoir trouvé la clé de la jeunesse éternelle : il s'est injecté une bactérie vieille de 3,5 millions d'années  retrouvée dans de la glace.

Depuis, il affirme se sentir très bien et ne pas être tombé malade depuis deux ans.

Le secret de la jeunesse éternelle pourrait-il se cacher dans une bactérie ?

C'est la théorie soutenue depuis plusieurs années par des scientifiques russes.

Son nom : Bacillus F.

Ce micro-organisme a été découvert en 2009 dans les sols gelés de Yakoutie en Sibérie. Un lieu où elle serait restée durant pas moins de 3,5 millions d'années. Suite à cette découverte, les chercheurs ont mené des tests sur la bactérie et l'ont notamment inoculée à des souris. Ceci aurait selon eux, permis d'allonger la durée de vie des rongeurs et d'augmenter leur métabolisme. "La bactérie fournit des substances biologiquement actives tout au long de la vie, qui activent le système immunitaire des animaux expérimentaux", expliquait il y a peu au Siberian Times le Dr Viktor Chernyavsky, épidémiologiste de l'équipe.

Finalement, "les souris âgées n'ont pas seulement commencé à danser, elles ont également eu des petits".

Suite à ces résultats, des tests ont été menés sur des cellules humaines afin d'évaluer la possibilité que la bactérie puisse aussi avoir un effet bénéfique sur l'homme. "Les expériences sur les érythrocytes et leucocytes humains ont aussi été très optimistes", a assuré le Pr Sergey Petrov, membre de l'équipe.

Si ces résultats suscitaient déjà le débat et la controverse, aujourd'hui, la recherche a pris un tournant inattendu.

Quand un chercheur devient rat de laboratoire

Le Dr Anatoli Brouchkov qui dirige le département de géocryologie de l'Université d'Etat de Moscou vient de révéler qu'il s'était injecté la bactérie Bacillus F afin d'en tester les effets. "Après des expériences réussies sur les souris et les mouches, j'ai pensé qu'il serait intéressant d'essayer la culture bactérienne inactivée", a-t-il expliqué au Siberian Times sans donner plus de détails sur la forme et la quantité injectées. Bien qu'il ait reconnu qu'il soit trop tôt pour conclure à des résultats définitifs, il a affirmé avoir déjà observé des effets. "J'ai commencé à travailler plus longtemps, je n'ai pas eu de rhume au cours des deux dernières années", a-t-il indiqué. Quant à d'éventuels effets secondaires, le scientifique a précisé ne pas pouvoir se prononcer."Peut-être qu'il y a eu certains effets secondaires mais il faudra des équipements médicaux spéciaux pour les repérer", a-t-il déclaré. "Bien sur, de telles expériences doivent être conduites en clinique, avec des équipements spéciaux et des statistiques. Alors, nous pourrons définir clairement tous les effets".

Selon le Dr Brouchkov, cette expérience n'était pas aussi dangereuse qu'elle n'y parait. Il a souligné qu'alors que le permafrost fond, les Bacillus F sont régulièrement libérés dans l'environnement. "La population locale, les Yakoutes, sont exposées à ces cellules dans leur eau depuis longtemps et ils semblent vivre plus longtemps que d'autres populations. Donc il n'y avait pas de danger pour moi", a-t-il assuré.

Des bactéries immortelles ?

Depuis de nombreuses années, de multiples équipes à travers le monde travaillent sur les mécanismes du vieillissement et d'éventuels moyens de le ralentir voire de le stopper. Convaincue du potentiel de la bactérie Bacillus F, l'équipe russe ne compte donc pas s'arrêter là. "Nous devons découvrir comment cette bactérie prévient le vieillissement", a affirmé le Dr Brouchkov."Je pense que c'est de cette façon que la science doit se développer.

Qu'est-ce qui maintient ce mécanisme en vie ? Et comment pouvons-nous l'utiliser pour nos propres bénéfices ?", a-t-il continué.

En plus des tests, des analyses ADN ont été réalisées sur la bactérie afin d'identifier d'éventuels gènes d'intérêt. Pour l'heure, les travaux n'en sont toutefois qu'au premier stade, a souligné le Russe qui travaille aussi sur d'autres bactéries trouvées dans les glaces. "Je dirais qu'il existe (dans le monde) des bactéries immortelles. Elles ne peuvent pas mourir, pour être plus précis, elles peuvent se protéger. Nos cellules sont incapables de se protéger des dommages [...] Ce serait formidable de trouver des mécanismes de protection contre ces dommages et de les utiliser pour combattre le vieillissement. Je pense que c'est la principale énigme de l'humanité et que nous devons travailler à la résoudre", a-t-il conclu. Publié par Émeline Ferard, le

En savoir plus : http://www.maxisciences.com/
Copyright © Gentside Découverte

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents