Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


France: une mère de famille contrainte de vivre dans une voiture avec son enfant malade

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 28 Octobre 2015, 09:09am

Catégories : #Société

Cagnes : sans logement avec deux enfants don - 30831447.jpg
Si elle ne trouve pas d'hébergement, il ne reste à Adèle que sa voiture.Sébastien Botella

Depuis quatre mois je n'ai plus de logement". Mère seule, Adèle, 37 ans, et ses deux enfants adolescents, Elodie* et Grégory*, dorment tantôt chez un membre de leur famille qui peut les héberger quelques jours, tantôt chez l'autre.

"La santé de mon fils ne m'a pas permis d'accepter les logements sociaux"

Adèle a pourtant un travail en CDI et, en y ajoutant une allocation logement, elle pourrait trouver un petit appartement… si les agences immobilières ne lui demandaient pas une caution ou plusieurs mois de dépôt de garantie qu'elle ne peut fournir.

Elle s'est vu proposer plusieurs logements sociaux, dont un au titre du droit au logement opposable. "Mais j'ai dû les refuser à cause de la santé de mon fils", explique-t-elle.

La famille est suivie par l'association sociale ALC et par les services sociaux du département. Deux propositions de logement lui ont été faites, dont une par la préfecture dans le cadre du Droit au logement opposable (DALO) qui lui a été reconnu.

"Il ne peut ni monter les escaliers et ni prendre l'ascenseur"

"Les logements qu'on m'a proposés étaient à Carros, à l'Ariane et à Saint-Martin-du-Var alors que mon fils a besoin de quelqu'un en permanence avec lui, même quand je travaille, et que les personnes de ma famille qui peuvent nous aider vivent à Cagnes , regrette-t-elle.

"Deux de ces logements étaient au 6e étage alors que mon fils ne peut pas monter les escaliers à cause de sa hanche gauche, et qu'il a peur des ascenseurs".

"Son état s'était stabilisé donc je n'ai pas refait de demande d'allocations"

"Elle n'a pas déposé de dossier ni de demande d'allocation à la Maison départementale des personnes handicapées", s'étonne-t-on au conseil départemental et à la préfecture, et le son de cloche est similaire à ALC. "Sinon, ces logements ne lui auraient pas été proposés", disent en chœur tous les intervenants.

Adèle reconnaît qu'elle n'a pas déposé de demande pour faire reconnaître le handicap de son fils. "Quand nous étions en Haute-Savoie, nous avions touché des allocations pour ça. Mais après, son état s'était stabilisé et je n'avais pas trouvé nécessaire de prolonger", admet-elle.

"Mais depuis deux mois, il a rechuté. J'ai présenté les certificats médicaux", se défend-elle.

"Un état de santé qui nécessite qu'il vive le plus proche de sa famille"

Elle en montre un tout récent**, attestant que Grégory souffre d'une "maladie rhumatologique avec atteinte du noyau épiphysaire au niveau de la tête fémorale gauche" et que ses "troubles du comportement avec suivi psychiatrique "et son "état de santé nécessitent qu'il vive le plus proche de sa famille, celle-ci assurant sa surveillance aux heures où sa mère travaille".

La Fiat Punto, leur lieu de vie

"Il ne peut pas rester assis ni debout longtemps. Il lui faut un tabouret spécial et un lit médicalisé", affirme Adèle.

Elle explique que sa mère a pu les héberger quelque temps, sa sœur aussi, mais qu'elles ne peuvent pas le faire durablement. Et puis Adèle et ses enfants ont besoin d'un chez-eux.

La journée, elle est au travail, sa fille fait une formation d'esthéticienne et son fils est en SEGPA dans un collège de Cagnes.

Mais le soir, s'ils ne peuvent trouver asile chez personne, il ne reste que la voiture, une petite Fiat Punto. Sans possibilité de cuisiner des repas, sans toilettes et sans douche, à moins de la prendre à la piscine.

Le dossier à nouveau réexaminé

"Si cette dame a refusé le logement que la préfecture lui a proposé sans élément objectif, elle risque de perdre son droit au logement opposable", indique le sous-préfet Sébastien Humbert, en ouvrant toutefois la porte à une expertise.

Mercredi, Adèle a été à nouveau reçue par les services sociaux départementaux. Elle espère qu'on lui propose vite un logement correspondant aux besoins de son foyer. Mais rien ne peut être fait tant que son dossier de demande d'allocation à la MDPH n'est pas complet et enfin déposé.


*Les prénoms des enfants ont été modifiés.
**Du 13 octobre dernier.

http://www.nicematin.com

Commenter cet article

Alicenature 30/10/2015 09:03

Voilà ce que ça donne de vouloir être honnête !!

Michael 29/10/2015 23:36

Quand on vois ceci sur cette page, on comprend mieux la maltraitance institutionnelle faites aux enfants, plutôt que de dépenser ce qu'il faut pour aider des familles comme celle-ci :

https://www.facebook.com/Association-Sauvons-Nos-Enfants-215191768648572/

Gabriel 29/10/2015 08:52

Pourquoi on ne trouve que très peu d'étrangers dans cette situation ? La réponse est simple : eux, ils se serrent les coudes.les maisons de retraite, par exemple, ces mourroirs à vieux, n'existent pas en afrique.les familles s' ' occupent de leurs vieux. ...

Caroline.D 28/10/2015 23:43

Alors les grand-parents les hébergent parfois mais ne peuvent pas le faire tout le temps...
S'ils peuvent le faire parfois, ils peuvent le faire tout le temps même s'ils ne veulent pas.
S'ils n'ont pas de places (chambres disponibles), un logement substantiel temporaire (dormir sur un tas de couvertures ou sur un matelas par terre, ou sur le canapé) peut servir s'il reste du domaine du temporaire (donc moins de 1 an et demi).
La Maman a un C.D.I non mais ALLO QUOI. Donc en quelques mois d'entraide financier avec les grand-parents elle réussirait à mettre de côté des sous pour une caution pour louer un appartement (pas idéal certes mais assez correct pour accueillir ses enfants et retaper la santé de son fils qui se détériore en attendant à dormir dans une voiture).
MAIS NON, elle préfère jouer la carte des dossiers mal préparés, des appartements avec escaliers (son fils a peur des escaliers ok mais elle pouvait prendre l'appart en attendant de s'en trouver un mieux de proposé POUR AMELIORER EN URGENCE LA SANTE DE SON FILS), préfère aussi ne pas obliger les grand-parents assumer pénalement de donner le logis à la petite famille (alors que les grand-parents auraient le droit à des aides financières pour aider à subvenir au besoin de la fratrie).
Elle préfère juste jouer avec les dossiers pour acquérir un appartement sans ascenseur (donc une petite maison ou un appartement dans une maison à 1 seul étage) donc un logement de type luxueux et en plus aux frais de l'état adapté à la maladie de son fils redéveloppée car elle les fait vivre dans la voiture.

NON MAIS JE REVE il y a des FAMILLES ENTIERES FRANCAISES qui vivent dans des voitures ou dehors et qui n'ont pas de C.D.I. pour avoir de quoi se nourrir et se chauffer, et qui en plus n'ont pas d'aides de grand-parents ou d'ami.

Oui sa situation n'est pas reluisante mais elle a de quoi l'améliorer toute seule.

lucie 30/10/2015 15:58

Merci pour votre commentaire... Au moins on lui a proposer des logement! Voilà bientôt 2 mois que je vie dans un appart humide et avec moisissure de partout,atteinte d'asthme et bronchite chronique, je ne peut rester dans un tel environnement, j'ai fait toute les démarche possible, j'ai même un certificat médical expliquant que cette environnement empire mon état de santé, mais au RSA, les office HLM refuse mon dossier car loyer soit disant trop élevé pour mon RSA alors que je paie actuellement 380€ pour une moisissure et se que j'avais vu en HLM était a 330€ ! Désolée, mais cas d'urgence on refuse pas un logement, de plus elle es pas seule... J'aimerais bien moi qu'on me le propose cette appart!

Aby 30/10/2015 10:20

Votre commentaire est à gerber
Ne connaissant pas tous les détails de la vie de cette famille, vous vous permettez de dire indirectement, que si cette femme vit dans sa voiture, c'est parce qu'elle le veut bien????
Je suis sure que vous apprécierez qu'un jour dans le pépin, des gens se permettront un tel jugement sur vous

Marc 28/10/2015 10:57

Simple observation: On ne trouve que très peu d'étranger dans de pareille situations!...

Moi 28/10/2015 21:50

Attention, on va te traiter de raciste.

Nous sommes sociaux !

Articles récents