Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Les engagements des Etats encore insuffisants pour limiter le réchauffement climatique à 2 °C

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 30 Octobre 2015, 11:26am

Catégories : #Climat

Le compte n’y est pas. A exactement un mois de l’ouverture de la conférence mondiale sur le climat de Paris (COP21), les Nations unies ont dressé, vendredi 30 octobre, le bilan des engagements nationaux de réduction des émissions de gaz à effet de serre (voir ici le rapport en PDF, en anglais). En l’état actuel, ils conduisent tout droit vers un réchauffement de la planète proche de 3 °C, voire même davantage selon les ONG. Très loin en tout cas de l’objectif fixé à la COP21, qui est de parvenir à un accord universel contenant la hausse des températures sous la barre de 2 °C.

Sur les 195 pays membres de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), 146 avaient remis au 1er octobre, qui était la date butoir, ce qu’on appelle, dans le jargon onusien, leur « contribution prévue déterminée au niveau national », qui fixe le niveau de leur effort. Ce sont ces contributions, couvrant au total 86 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre et donnant donc un aperçu assez robuste de la situation, qu’a analysées l’ONU. Depuis, le nombre des engagements nationaux a été porté à 155, sans changer de façon significative la donne.

Le bilan établi par les Nations unies n’indique pas explicitement vers quelle trajectoire de réchauffement se dirige l’humanité, en raison de l’absence de données sur les émissions pour la période post-2030. Mais, dans un communiqué accompagnant la publication de cet état des lieux, la secrétaire exécutive de la CCNUCC, Christiana Figueres, estime que « les contributions ont la capacité de limiter la hausse prévue des températures à environ 2,7 °C d’ici à 2100 ». Ce qui, poursuit-elle, « n’est en aucune façon suffisant, mais beaucoup plus bas que les quatre ou cinq degrés de réchauffement, voire davantage, projetés par beaucoup avant les contributions ».

 

Le discours optimiste de l’ONU

Les Nations unies veulent voir le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide. Elles considèrent que les engagements « gardent la porte ouverte à la limite de température de 2°C ». « Un effort mondial sans précédent est en cours pour lutter contre le changement climatique, renforçant la confiance que les nations peuvent, de façon rentable, atteindre leur objectif annoncé de maintenir la hausse globale des températures sous les 2 °C », assurent-elles. Et Mme Figueres d’ajouter : « Je suis confiante dans le fait que ces contributions ne sont pas le dernier mot de ce que les pays sont prêts à accomplir. Le trajet vers un futur climatique sûr est en cours et l’accord qui doit être scellé à Paris peut confirmer et cristalliser cette transition. »

En l’état actuel, évalue l’ONU, les engagements des Etats se traduiront par un niveau mondial d’émissions de gaz à effet de serre de 55,2 milliards de tonnes (gigatonnes) équivalent CO2 en 2025 – contre 49 gigatonnes en 2010 – et de 56,7 gigatonnes en 2030. Soit une baisse de 9 % des rejets carbonés par habitant en 2030 par rapport à leur niveau de 1990, mais de 5 % seulement par rapport à celui de 2010.

 

3°C de réchauffement pour les ONG

Pour la Fondation Nicolas Hulot, qui tient un « thermomètre des engagements », les efforts promis par la communauté internationale – s’ils sont respectés – mènent plutôt à « une hausse des températures supérieures à trois degrés ». « Les scénarios climatiques compatibles avec un réchauffement plafonné à 2 °C exigent tous de limiter les émissions mondiales, en 2030, entre 30 et 50 gigatonnes, explique son porte-parole, Matthieu Orphelin. Dès que l’on s’approche de 60 gigatonnes, on arrive à 3 °C de réchauffement. »

A ses yeux, il est donc essentiel que l’accord de Paris intègre un processus de révision périodique des engagements. « Les pays du G20, responsables des trois quarts des émissions de gaz à effet de serre, pourraient prendre l’initiative et s’engager à revoir à la hausse leur effort dès 2016 ou 2017 », préconise-t-il.

Le WWF, lui aussi, pronostique, en l’état actuel, un réchauffement « d’environ 3 °C ». Les promesses des Etats marquent « une avancée significative dans ce qu’il est nécessaire de faire pour lutter contre le réchauffement climatique », mais « beaucoup plus » doit être accompli, souligne Samantha Smith, chargée des campagnes sur le changement climatique et l’énergie. L’ONG insiste également sur l’impératif d’une révision des engagements « tous les cinq ans ».

 

Les Etats divisés

Le 27 novembre, le ministre français des affaires étrangères, Laurent Fabius, interrogé lors d’une rencontre avec la presse sur un dépassement possible du seuil de deux degrés avait répondu : « C’est nettement moins que les 4,5 ou même 6 °C des scénarios catastrophe de l’inaction, mais cela rend encore plus indispensable des mécanismes de révision à la hausse des engagements. » Mais cette question divise les Etats. Les Chinois, en particulier, ne veulent pas entendre parler d’un mécanisme de révision contraignant. C’est l’une des principales raisons du déplacement de François Hollande et de Laurent Fabius à Pékin à partir de lundi 2 novembre.

A quatre semaines du coup d’envoi, le 30 novembre, de la COP21, pour lequel quatre-vingts chefs d’Etat, dont les présidents américain, Barack Obama, et chinois, Xi Jinping, ont déjà annoncé leur présence, le chemin à parcourir reste considérable. Le spectre d’un l’échec, comme à Copenhague en 2009, sera-t-il un aiguillon suffisamment puissant pour pousser les gouvernements à un sursaut ?

 


 Pierre Le Hir
Journaliste au Monde


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/

Commenter cet article

Flowers 31/10/2015 13:03

Le réchauffement climatique est une fumisterie organiser par les hautes sphères et cop 21 correspond au programme américain l'agenda 21,le seul but de ces absurdité étendre les épandages et les justifier car de plus en plus visible et reconnu par la population

pernouille 30/10/2015 13:59

Mensonge, mensonges, mensonges....
Qui peut prouver le réchauffement climatique (ça fait 10 ans qu'on est en refroidissement) par le CO2?

Flowers 31/10/2015 13:08

Le refroidissement est en grande parti artificiel il est fabriquer par les chemtrails et la manipulation du climat technologie haarp etc,nous vivons un réchauffement naturel et cyclique parfaitement normal,c'est ce qu'ils cherchent eux à empêcher,car c'est une évolution qui est en cours et elle est naturel,renseignez vous c'est loin d'être ce que les fausses rumeurs racontent

Nous sommes sociaux !

Articles récents