Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Dernière minute: la France bombarde massivement Daesh en Syrie

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 15 Novembre 2015, 23:39pm

Catégories : #Société

L e ministère de la Défense précise avoir largué 20 bombes à Raqqa (Syrie) ce dimanche 15 novembre et affirme avoir détruit un centre de commandement et un camp d'entraînement de l'organisation Etat islamique.

Les deux objectifs bombardés par l'armée française sont un poste de commandement utilisé par Daech comme centre de recrutement jihadiste et dépôt d'armes et de munitions, le deuxième objectif abritait un camp d'entraînement terroriste, a précisé le ministère dans un communiqué. 

 

20 bombes

Au total, douze appareils français de la force Chammal, dont dix chasseurs, ont été engagés simultanément à partir des Emirats arabes unis et de la Jordanie. Ils ont largué 20 bombes. 

Les dates-clés de l'intervention française contre le groupe EI

La France, dont l'aviation a bombardé dimanche le fief de l'organisation Etat islamique (EI) à Raqa, dans le nord de la Syrie, participe aux frappes aériennes contre ce groupe jihadiste depuis septembre 2014 en Irak, et depuis deux mois en Syrie.

2014

- 18 sept : le président François Hollande annonce sa décision de répondre favorablement à la demande de "soutien aérien" formulée par l'Irak dans la lutte contre le groupe EI. Mais, précise-t-il, "nous n'irons pas au-delà, il n'y aura pas de troupes au sol et nous n'interviendrons qu'en Irak" et non en Syrie, se démarquant sur ce dernier point des États-Unis.
- Le 8 août, les États-Unis s'étaient directement impliqués en Irak en bombardant des positions des jihadistes, avant de lancer le 5 septembre une coalition antijihadistes.
- 19 sept : Les chasseurs français lancent leurs premiers raids contre des positions du groupe dans le nord de l'Irak. L'opération est baptisée "Chammal", du nom d'un vent du nord-ouest de ce pays.
- 24 oct : Les forces de la coalition, dont les forces françaises, frappent et détruisent un centre d'entraînement de l'EI dans la région de Kirkouk (nord). C'est la première participation des forces françaises à un raid de masse (état-major).

2015

- 5 fév : Les "succès" de la coalition sont "trop lents", reconnaît François Hollande, écartant de nouveau une éventuelle extension des frappes vers la Syrie. "Nous ne pouvons pas intervenir si ça peut être un facteur favorable ou pour le régime pour continuer à massacrer sa population (...) ou pour laisser une place à des groupes qui veulent en fait notre perte", dit-il.
- 23 fév : La France engage dans les opérations de la coalition son porte-avions Charles-de-Gaulle, qui achève sa mission deux mois plus tard.
- 7 sept : François Hollande annonce pour la première fois des "vols de reconnaissance" de l'aviation française au-dessus de la Syrie, "pour permettre des frappes contre Daech (acronyme arabe de l'EI) en Syrie". Le lendemain, deux chasseurs Rafale, basés aux Émirats arabes unis, effectuent un vol au-dessus de la Syrie pour collecter des informations.
- 15 sept : Le Premier ministre Manuel Valls défend devant l'Assemblée nationale l'engagement français, en excluant à nouveau toute intervention terrestre occidentale.
- 27 sept : La France mène ses premières frappes contre l'EI en Syrie. Cinq avions Rafale, un avion de patrouille maritime Atlantique 2 et un avion de ravitaillement C-135 ont été engagés dans l'opération qui a visé un camp d'entraînement de l'EI dans la vallée de l'Euphrate, au sud de Deir Ezzor (est).
- 9 oct : Dans la nuit, la France mène une deuxième frappe contre un camp d'entraînement de l'EI dans son fief de Raqa (nord-est).
- 8 nov : Les chasseurs français bombardent un centre d'approvisionnement pétrolier de l'EI près de Deir Ezzor.
- Le 10 novembre, la France frappe de nouveau des sites d'hydrocarbures de l'EI dans la région de Deir Ezzor, d'une part sur un poste de distribution de pétrole et d'autre part sur une usine de séparation de gaz.
- 13 nov : La France est frappée dans la soirée par les pires attentats de son histoire, qui font à Paris au moins 129 morts et plus de 350 blessés. Le lendemain, l'EI revendique les attaques.
- 15 nov : Dix chasseurs-bombardiers français ont largué 20 bombes sur le fief de l'EI à Raqa, détruisant un poste de commandement et un camp d'entraînement, annonce le ministère de la Défense.

"La France sera impitoyable" avait déclaré le président François Hollande.

"Planifiée sur des sites préalablement identifiés lors des missions de reconnaissance réalisées par la France, cette opération a été conduite en coordination avec les forces américaines", précise le ministère. L'EI a revendiqué la vague d'attentats vendredi soir à Paris, qui ont fait au moins 129 morts et 350 blessés. "C'est un acte de guerre commis par une armée terroriste, Daech, une armée jihadiste", avait déclaré le président français François Hollande, en avertissant que son pays serait impitoyable" sur tous les terrains, "intérieur comme extérieur".

Ce n'est pas la première fois que l'armée française intervient (voir l'encadré). La France avait effectué le 27 Septembre dernier ses premières frappes aériennes contre le groupe Etat islamique en Syrie. Un centre d'entraînement avait ainsi déjà été visé.

http://www.midilibre.fr/

Commenter cet article

Anonyme 16/11/2015 09:07

Doit-on en déduire que notre gouvernement savait ou se trouve le poste de commandement de Daesh ?

Nous sommes sociaux !

Articles récents