Des dizaines de policiers et de pompiers ont été appelés en urgence à la grande mosquée de Bruxelles, jeudi 26 novembre, après que des enveloppes contenant une poudre blanche de nature indéterminée furent parvenues dans le bâtiment, comme l'explique Le Soir. La mosquée a été immédiatement évacuée par ses occupants, qui craignaient que cette poudre contienne des bacilles responsables de la maladie du charbon, ou anthrax.

© Fournis par Francetv info

"Un colis a été trouvé à l'entrée de la mosquée, à l'intérieur de la poudre a été retrouvée, a indiqué une porte-parole des pompiers sur place. Nous prenons toutes les mesures préventives au cas où ce serait de l'anthrax, mais c'est une mesure de précaution."

 

D'autres mosquées ont reçu des menaces

 

Onze personnes présentes à l'intérieur de la mosquée, dont les deux policiers qui sont intervenus les premiers, ont subi un processus de décontamination avant d'être hospitalisés, d'après le quotidien belge La Dernière Heure. Selon La Libre Belgique, citant Pierre Meys, un porte-parole des pompiers de Bruxelles, elles ne souffrent d'aucun symptôme.

La grande mosquée, gérée par l'Arabie saoudite, se trouve à deux pas du siège de la Commission européenne et du Conseil européen. D'autres mosquées de la région ont reçu des menaces, notamment l'établissement Attadamoune de Molenbeek-Saint-Jean, qui a reçu en début de semaine des menaces de mort à l'encontre de la communauté musulmane signées par "l'Etat chrétien".