Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


La police traite les militants du climat comme des terroristes

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 28 Novembre 2015, 16:57pm

Catégories : #Société

 Tiffany Blandin (Reporterre)

Des squats d’activistes écolo et artistes et des maraîchers bio perquisitionnés,un membre de la Coalition climat 21 assigné à résidence... deux semaines après l’instauration de l’état d’urgence, la police a dans son collimateur des militants associatifs et altermondialistes.

Vendredi 27 novembre, l’Annexe, un squat du Pré-Saint-Gervais, en région parisienne, a été perquisitionné par plus d’une centaine de membres des forces de l’ordre. À 8 heures, le quartier entourant la rue Baudin a été entièrement bouclé. « Nous avons compté 250 policiers, 27 camions de CRS, un bus, et deux véhicules de déminage », indique Roch, un habitant du squat. À 8 h 15, l’assaut a été donné. Une partie des hommes, affublés de casques et de boucliers, sont montés sur le toit de l’immeuble de deux étages, tandis qu’une autre équipe a forcé à la porte d’entrée. « Une fois à l’intérieur, les policiers ont mis en joue les occupants de la maison avec leurs mitraillettes, poursuit Roch. Certains ont été plaqués au sol pendant une vingtaine de minutes. »

Les 34 occupants ont été regroupés dans le salon pendant que les policiers fouillaient les différentes chambres et ateliers du bâtiment. « De toute façon, c’est déjà sale et mal rangé », aurait lancé un membre des forces de l’ordre. Un autre se serait emparé d’un masque de soudure trouvé sur place et, après l’avoir enfilé, aurait crié : « Je suis ton père », singeant le film Star Wars.

« Ils cherchaient des armes »

Une source policière a indiqué à l’AFP que le lieu était un squat « d’anarchistes », possibles membres d’un groupe de « Black blocs ». Impossible d’en savoir plus. La préfecture de police, que nous avons contactée vendredi, n’a pas donné suite à notre demande d’interview.

Les occupants se défendent d’appartenir à ces mouvances. D’après eux, l’annexe est un lieu communautaire, qui a été autorisé par le propriétaire des locaux. Des artistes, notamment le collectif Eroles Project, et des activistes y préparent la COP 21, « avec des méthodes non violentes », nous ont précisé plusieurs habitants. Les éléments de décor de la Zone action climat, un grand événement de la société civile qui se tiendra au 104 du 7 au 11 décembre, y ont notamment été fabriqués. Rien de très dangereux. Les policiers sont d’ailleurs repartis les mains vides, comme l’atteste le procès verbal remis aux occupants de l’Annexe.

JPEG - 100.4 ko
À l’intérieur de l’Annexe, lors de la perquisition policière.

Que sont venus chercher les forces de l’ordre dans ce squat d’artiste ? « Ils nous ont juste dit qu’ils venaient faire une perquisition dans le cadre de l’état d’urgence, raconte Roch. Il est clair qu’ils cherchaient des armes, vu qu’ils avaient des chiens démineurs. Mais ils se sont vite rendus compte qu’il n’y avait rien ici. Un homme des services de renseignement a même dit qu’il ne comprenait pas ce qu’il faisait là. » Les occupants de l’Annexe ont aussi constaté que leurs activités militantes intéressaient particulièrement les policiers. « Dès qu’ils interrogeaient une personne, ils lui demandaient pourquoi elle était là, si c’était pour la COP », raconte Lucas, un autre résident.

« Des actions revendicatives susceptibles de troubler gravement l’ordre public »

Cette semaine, les forces de l’ordre ont multiplié les perquisitions administratives chez des militants écologistes. Jeudi, le Massicot, un squat d’Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne), qui abritait plusieurs militants, a été perquisitionné. Mardi, un couple de maraîchers bio qui avaient milité à Notre-Dame-des-Landes, a aussi eu droit à une visite surprise des forces de l’ordre. D’autres ont reçu des assignations à résidence. Mercredi et jeudi, six personnes ont été assignés à Rennes, et deux à Paris. Dont Joël Domenjoud, un membre de l’équipe juridique de la Coalition climat 21, qui regroupe 130 organisations de la société civile. « En sortant de chez moi le matin, je me suis rendu compte que j’étais suivi par trois policiers en civil, raconte cet habitant de Malakoff (Hauts-de-Seine). J’ai eu peur, alors je me suis réfugié chez des amis. Ma voisine m’a téléphoné en début d’après-midi pour me prévenir que la cage d’escalier était remplie de policiers. J’habite au troisième étage. » Convoqué au commissariat dans la foulée, Joël Domenjoud se voit remettre une assignation à résidence. Jusqu’au 12 décembre, il a interdiction de quitter le territoire de sa commune. Il doit rester chez lui entre 20 h et 6 h du matin, et se rendre chaque jour au commissariat à 9 h, 13 h et 19 h 30.

JPEG - 83 ko
Les membres de la Coalition climat réunis à Créteil début octobre.

Le document précise que « des mesures particulières s’imposent pour assurer la sécurité de la (…) COP 21 », que « le ministre de l’Intérieur peut assigner à résidence toute personne à l’égard de laquelle il existe des raisons sérieuses de penser que son comportement constitue une menace pour la sécurité et l’ordre public », et qu’« il y a tout lieu de penser que la présence de M. Domenjoud en région parisienne aux dates prévues vise à participer à des actions revendicatives susceptibles de troubler gravement l’ordre public ».

Les activités militantes de Joël Domenjoud sont pourtant non violentes. Son casier judiciaire est vierge. « J’ai eu principalement des rôles organisationnels », précise-t-il. Le militant s’est notamment investi dans la préparation du campement de Bure, contre le projet de site d’enfouissement des déchets nucléaires, en août dernier, et dans la logistique de l’arrivée à Paris des convois de militants des différentes ZAD françaises. Il a aussi fait partie des personnes qui ont déposé un recours jeudi contre l’arrêté préfectoral interdisant les manifestations dans le cadre de l’état d’urgence, rejeté le jour-même.

1.616 perquisitions administratives menées en deux semaines

« Nous ne sommes pas habitués à voir des citoyens assignés à résidence sans jugement, remarque Muriel Ruef, son avocate, cela a quelque chose d’inquiétant. » La loi de 1955 sur l’état d’urgence comporte deux dispositions essentielles : les assignations à résidence et les perquisitions sans l’autorisation d’un juge. Le 20 novembre 2015, la loi a été modifiée pour s’appliquer plus largement à toute personne lorsqu’il existe « des raisons sérieuses de penser que son comportement constitue une menace ». Muriel Ruef a déposé un recours auprès du tribunal administratif contre l’assignation à résidence de Joël Domenjoud. Elle saura si elle obtient une audience dans les prochains jours.

L’avocate ne sera pas seule. En deux semaines, 1.616 perquisitions administratives ont été menées, et près de 300 citoyens ont été assignés à résidence. Alors, les dossiers s’empilent au tribunal administratif. Des dizaines de cas ont recensés sur une page créée par la Quadrature du net.

PNG - 571.2 ko
Quelques-uns des 250 policiers déployés pour la perquisition de l’Annexe.

La liste risque bien de s’allonger ces prochains jours. À Rouen, cinq militants d’Alternatiba ont été convoqués au commissariat vendredi après-midi. Il leur a été remis l’arrêté préfectoral interdisant les manifestations de ce week-end, leur rappelant les amendes et les peines de prison qu’ils encourent s’ils bravent l’interdiction. Les policiers ont aussi évoqué la possibilité d’assigner à résidence les contrevenants. Mais, à peine sortie de l’hôtel de police, une militante nous a confié : « Cela ne nous empêchera pas de nous réunir samedi comme prévu. »

Commenter cet article

Alicenature 29/11/2015 17:18

Ou comment la peur s'est installée insidieusement dans nos cœurs et comment profiter de cette insécurité pour ôter les droits démocratiques au peuple.

Anna 28/11/2015 17:18

Cela ferait désordre......

Nous sommes sociaux !

Articles récents