Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


La société française ferait mieux d’assumer son héritage chrétien plutôt que de vouloir combattre l’islam radical par le laïcisme

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 24 Novembre 2015, 10:49am

Catégories : #Société

L'Association des maires de France a récemment publié un manifeste pour la laïcité, dans lequel la religion chrétienne est attaquée. La tendance au durcissement de la laïcité consiste donc à s'en prendre aux plus discrets et pourtant aux fondements de nos racines.

destruction_eglise_24_11_2015.png

Atlantico : Pourquoi viser ainsi des héritages du christianisme alors que c’est avec une partie de l’islam que la laïcité semble rencontrer actuellement une remise en question ?

Jean-Louis Harouel : Si on vise ainsi des héritages du christianisme alors même que l’islamisme vient encore de tuer en France, c’est tout simplement parce que le christianisme ne fait absolument pas peur et que l’islam fait très peur.

Si on voulait vraiment protéger efficacement la laïcité – ou plus précisément la sécularisation de la société –, on s’en prendrait au foulard islamique (hidjab) qui inonde l’espace publique et apporte ainsi une immense visibilité à l’islam.

L’islam fait peur, et c’est en premier chef aux musulmans qu’il fait peur. Sauf rarissimes exceptions, des intellectuels d’origine musulmane n’ont pas osé se dresser ouvertement contre l’islam. C’est trop dangereux. Le Coran (XVI, 108) et plusieurs hadiths frappent les coupables d’apostasie de sanctions pouvant aller jusqu’à la mort. Or le musulman qui refuse de s’acquitter de l’obligation légale de la prière est réputé apostat et donc passible de la mort. On ne peut, sans risquer sa vie, rejeter l’islam et encore moins l’insulter, comme l’ont fait tant d’Européens avec les dogmes et les rites chrétiens. Une mécanique répressive de nature terroriste protège l’islam contre la liberté de l’esprit.

Même chez les musulmans les plus libéraux, la liberté de penser et de communiquer sa pensée  pose problème. La Déclaration sur les droits de l’homme en islam n’autorise en effet la liberté d’expression qu’à condition de ne rien exprimer qui soit "en contradiction avec les impératifs de la Charia".

Or, maintenant qu’il est très implanté en Europe et un peu aux États-Unis, l’islam prétend imposer aux Occidentaux cette interdiction de la liberté de pensée et d’expression. Car la loi divine – la charia – ordonne aux non-musulmans de parler de l’islam avec respect. Lourde de menaces, cette injonction s’adressait jadis aux dhimmi, aux chrétiens et aux juifs tolérés dans le monde islamique sur le mode de l’infériorité juridique et de l’humiliation. Aujourd’hui, l’islam prétend intimider les pouvoirs publics et les médias occidentaux. Il les contraint à une forte auto-censure afin de ne pas offusquer les musulmans. C’est ainsi que la municipalité d’Oxford a abandonné l’usage du mot "Noël" dans les documents émanant d’elle. Ce faisant, les Occidentaux se comportent en dhimmi, en inférieurs qui s’inclinent devant l’islam.

Il est décidément moins dangereux de s’en prendre aux vestiges pittoresques et inoffensifs de notre civilisation chrétienne.

Est-ce une bonne stratégie de réduire l’influence de la tradition chrétienne sur la société pour faire rentrer l’islam dans la laïcité ?

C’est une stratégie catastrophique. C’est une erreur de considérer l’islam seulement comme une religion. C’est une erreur de définir sa place dans les sociétés occidentales du point de vue de la seule liberté religieuse. À la fois religion et régime politique, l’islam forme un ensemble de règles prétendument divines dont beaucoup sont de nature juridique. Contenu dans la charia, ce code de droit institue l’infériorité juridique des femmes ainsi que celle des non-musulmans, et il cautionne l’esclavage. Si bien que, sur les marchés d’esclaves du califat auto-proclamé d’Irak et de Syrie, on peut acheter une esclave chrétienne pour quelques dizaines d’euros, en toute conformité à la loi divine.

Système total, l’islam rejette l’idée de la disjonction du politique et du religieux, principe d’origine chrétienne né du fameux : "Rendez à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu". Fondatrice de ce qui est appelé en France la laïcité, cette disjonction a été la source d’où a pu naître la liberté de l’individu, avec toutes ses conséquences positives : esprit critique et liberté de l’esprit, tolérance, progrès intellectuel et pensée scientifique, progrès technique et enrichissement de la société. Tout cela est issu de la dualité chrétienne entre les pouvoirs temporel et spirituel.

Au contraire, pour l’islam, le sacré englobe le profane. La légitimité de l’État résulte exclusivement de son action au service de l’islam. Et dans les pays musulmans où a été instaurée une sécularisation de l’État – Turquie, Indonésie –, elle est aujourd’hui menacée par une forte réislamisation des esprits.

Les religions ont des effets très différents sur la sécularité de la société. Celle-ci n’est nullement menacée par les clochers et les croix des cimetières, les pardons bretons et les bénédictions de navires, les saintes vierges et les calvaires des villages, ni par les jours fériés correspondant à des fêtes chrétiennes. D’ailleurs, la disjonction du politique et du religieux étant une invention chrétienne, la croix pourrait légitimement être revendiquée comme un emblème de la laïcité, et plus généralement de la sécularité des sociétés occidentales.

On ne peut que souhaiter le maintien de la prédominance en Europe des signes religieux chrétiens. Ce sera l’indice que la sécularisation de la société engendrée par le christianisme y résiste encore.

En revanche, tout est à craindre d’un islam rendu redoutable à l’Europe par son poids démographique. La multiplication des signes islamiques dans l’espace public et la satisfaction des revendications vestimentaires, alimentaires et autres des musulmans sont lourdes de menaces pour la laïcité de l’État et la préservation de sociétés sécularisées.

Qu’avons-nous à perdre à gommer toutes les spécificités culturelles de notre société liées au christianisme ? Dans quelle mesure l’imprègnent-elles ?

Nous avons tout à perdre à gommer ces spécificités, d’autant que le vide qui en résulterait serait immédiatement investi par l’islam. Nier ces spécificités reviendrait à nier ce que nous sommes.  Dans la très longue durée, ce qui caractérise fondamentalement l’Europe, c’est son refus de l’islam pour rester un continent chrétien. Si l’Europe était devenue musulmane, le cours de l’histoire en eût été totalement changé. Le monde serait resté sous-développé, le progrès scientifique et technique ne serait jamais intervenu, il n’y aurait pas eu de développement économique ni intellectuel de l’humanité. Il n’y aurait pas eu de liberté individuelle, de liberté de l’esprit. Car tout cela a résulté de la dualité chrétienne entre les pouvoirs temporel et spirituel, et c’est en Europe occidentale que cette dualité s’est le plus pleinement accomplie. Si l’Europe était devenue musulmane, il n’y aurait certainement jamais eu de Révolution industrielle et d’invention du développement.

La prodigieuse réussite scientifique, technique, économique et sociale de l’Europe n’aurait pas pu avoir lieu si elle n’avait pas chassé de son sol les dominations musulmanes qui s’y étaient établies par la conquête (Sicile, Italie du Sud, Espagne, France méridionale, Balkans) et repoussé les grandes offensives militaires musulmanes, en dernier lieu devant Vienne voici trois siècles. C’est parce que l’Europe a su rester chrétienne qu’elle a construit des sociétés laïques, libres, tolérantes, économiquement développées, à haut niveau de vie moyen et socialement généreuses. Ces sociétés sont le produit historique de la civilisation chrétienne européenne.

C’est parce que l’Europe est demeurée chrétienne qu’elle a pu édifier une civilisation intellectuelle et technique apportant une connaissance du réel et une action sur lui qui ont révolutionné la condition humaine. Et non seulement la science née de la civilisation européenne a permis un développement sans équivalent de la puissance et de la richesse matérielles, mais encore elle a su jeter sur sa propre civilisation aussi bien que sur les autres civilisations un regard curieux et objectif qui a permis la construction d’un immense savoir universel. L’Europe a inventé aussi bien l’histoire moderne que l’anthropologie, l’archéologie ou la sociologie. Chose sans précédent, la science européenne a voulu connaître et comprendre les autres civilisations. C’est ainsi que, pour la civilisation née du creuset de l’Europe chrétienne, l’art musulman ou l’art hindou sont un objet d’étude et de dilection, au même titre que son propre patrimoine artistique.     

Nous autres, Européens, nous sommes tous – athées, agnostiques, anti-cléricaux et anti-chrétiens compris – le produit historique de près de deux millénaires de chrétienté. Pour ce qui est de l’histoire, de la civilisation, des valeurs, il est bien évident que l’Europe est un héritage chrétien et ne peut le nier à peine de se renier entièrement, de perdre totalement son sens. Si l’Union européenne s’était souciée de la réalité, elle aurait placé, au centre du cercle d’étoiles de son drapeau, une croix pareille à celle du drapeau suisse : une croix qui, pas plus que celle-ci ne serait un signe religieux, mais bien l’emblème de l’histoire et de la civilisation de l’Europe.

 

 Atlantico.fr

 

Commenter cet article

Collectif REC 25/11/2015 01:10

Merci A.I.
Personnellement je pense que toutes les religions sont mauvaises du moment qu'elles imposent des rites, des sacrifices et des adulations. Le simple fait de se dire chrétiens, musulmans ou autres, dénote déjà d'une appartenance donc d'un asservissement. Et l'excès de convictions religieuses devient alors un abrutissement dont "le brebis galleux "nous en donne plus haut la preuve par sa totale intolérance.
Il n'y a pas d'islam modéré, mais ceux qui se revendiquent citoyens français avant même d'être musulmans sont donc peu pratiquant. C'est alors que devient possible la tolérance d'un athée que lui renvoie l'image d'un simple croyant envers un dieu universel.
Ce qui signifie que tu peux croire en un dieu sans revendiquer une quelconque appartenance à une secte comme le sont toutes ces mouvances religieuses qui souhaitent diriger le monde.
L'extrême religion finie par devenir extrémiste au point de rejeter et tuer père et mère.
Vive la laïcité.

le brebis galleux blog 24/11/2015 19:24

En tant que chrétien, je désire que musulmans et juifs foutent le camp ! Ils nous polluent !

Collectif REC 24/11/2015 18:45

Toujours est-il que : Voici les solutions contre le terrorisme !
Les éléments suivant sont écrit sans la moindre haine, mais sans pour autant tendre l'autre joue...
Il n'est pas question de désigner les coupables car ils sont multiples et souvent si proches...
Mais « STOP », cela suffit, IL NE PEUT PLUS Y AVOIR DE DEMI-MESURES !
Les courbettes et le laxisme politique de nos brasseurs de vent tous justes bons à sabrer le champagne et grignoter les petits fours ne va pas nous fournir de solutions.
Face à la radicalisation, il ne peut y avoir que des mesures radicales !
Certes, regrettables car toute la communauté musulmane va encore trinquer. Mais si la moitié de nos concitoyens musulmans se comportent comme des moutons, personne ne me fera croire que nuls n'est au courant des attentats qui se préparent notamment parmi les proches.
Il faut donc se rendre à l'évidence, l'islam se comporte encore aujourd'hui comme autrefois la Grande Inquisition chrétienne qui suivit nos Croisés au service de Dieu...
Je ne pense pas que de larguer des bombes à tue-têtes en tuant des civils innocents, soit la bonne réponse. Il serait plus adapté d'infiltrer des commandos de mercenaires, volontaires et si possible locaux.
Il est inconcevable de fermer nos frontières trop perméables, mais déjà d'annuler toute immigration n'en déplaise au Medef... De toutes façons, le travail ne reviendra jamais et les enfants de ces futurs migrants ne seront pas mieux lotis que ceux des français issus de l'immigration, banlieusards au chômage gagnant plus d'argent à dealer.
Le vivre ensemble n'est qu'une vaste fumisterie dans ce monde ou règne l'égoïsme et nous avons le retour de la manivelle à tout vouloir accepter et céder au mélange des genres.
Heureusement qu'il y a la laïcité sinon, par crainte de déplaire aux français issu de l'immigration suite aux séquelles d'un lourd passé colonial, nos femmes seraient toutes voilées...
Alors si vraiment nous voulons vivre ensemble, non seulement il faut être uni en cas de coup durs, mais il faudrait aussi limiter ce qui nuit à notre santé. Et pour l'instant, c'est l'islam radicale !
Comment vivre ensemble si une communauté qui se revendique à vouloir diriger le monde, va prier dans son coin et refuse toutes nos églises dans le monde arabe, preuve de leur totale intolérance.
Même s'il ne s'agit que d'une minorité qui fout la merde, l'erreur a donc été par le passé, de croire que l'intégration pouvait se faire en gardant les coutumes et pratiques religieuses.
La laïcité, c'est une bonne chose, mais cela ne suffit pas à lutter contre le terrorisme. Il aurait fallut faire comprendre aux gens que s'ils veulent venir vivre en France ils seraient les bienvenus pour prier dans nos églises, sans être ni convertis, ni baptisés. Car se revendiquer musulman avant même d'être français, ce n'est pas étonnant que cela puisse tuer !
Toutes les religions extrêmes sont nos ennemies alors que personne ne peu prouver la réelle existence d'un dieu tout puissant. Et ceux qui le revendiquent sont potentiellement des gens dangereux.
Sans la laïcité, qui sait où nous en serions, les femmes toujours aux fourneaux et interdites de monokini...
La lutte contre le terrorisme commence donc par une rétrogradation du statut religieux de l'islam contre lequel toute l'Europe doit s'unir. Et si la crainte reste la perte d'une main d'oeuvre à bas prix, il suffit de sélectionner à l'immigration, tous ces chrétiens qui sont persécutés dans le monde musulman qui ne souhaite pas leurs faire de place.
Donc pour quelles raisons devrions nous en faire une à nos ennemis qui déclarent la guerre ?
Seuls certains érudits musulmans ont le courage de dire que l'islam doit évoluer. Mais c'est un peu comme le statut des fonctionnaires, cela risque de leurs faire perdre du pouvoir...
Vous vous rappelez la puissance qu'avait autrefois le clergé et encore pas si longtemps, celle de nos simples curés de campagnes sur la population ? Et bien c'est la même actuellement de ces imams qui prêchent le mensonge et dont les musulmans de France, applaudissent comme des moutons.
Il est interdit de se poser la question, dieu existe -t-il vraiment ?
Par contre, si vous écoutez de la musique, vous serez transformé en singe ou en cochon !
Première mesure :
Non, la France n'est pas non plus hallal... Et ces pratiques barbares issues de rites païens devraient être interdites. Il faut bien un début à tout, autrefois, on égorgeait bien les vierges...
Cette pratique doit donc être interdite.
Deuxième mesure :
Ne céder sur aucun signe ostentatoire et faire appliquer la loi qui reste bafouée au quotidien mais pour laquelle les pouvoirs publiques n'osent pas faire de vagues !
Cette fois-ci c'est trop tard, ce n'est plus des vagues mais un tsunami et le laxisme de tous nos élus est en partie responsable des morts de Charlie Hebdo et dernièrement de Paris.
Troisième mesure :
Enseigner dès le primaire et ceci jusqu'au bac, une heure par semaine de philosophie qui remet en cause les propos religieux pour permettre de relativiser l’existence potentiel d'un dieu face au big bang.
Cet enseignement devra aussi faire apparaître l'évolution de nos sociétés face aux pratiques guerrières souvent religieuse et qui ont ravagés le monde en tuant toujours des innocents, pas seulement bouffés par les lions.
Quatrième mesure :
Il s'avère officiellement que plus de 90 mosquées françaises sont qualifiées comme radicales.
À raison de 1000 adeptes chacune, cela pas moins de 10 000 personnes conditionnées qui vont elles-même influencer sur la vie futures des décennies avenir.
Un dieu ne peut pas demander de s'agenouiller, ni de le prier plusieurs fois par jour, pas plus que de se lamenter devant un mur... Ça, c'est une idée bien humaine visant à rabaisser le peuple afin de mieux l'asservir.
Vous être dans une société laïque, qui ne souhaite pas vous affubler d'une étiquette musulmane mais vous avez le droit d'être croyant. Or pour prier, vous pouvez le faire dans une église et rejoindre ce « bon vivre ensemble ».
Donc, tous ces imams issus d'un autre monde doivent être être déchus de la nationalité et expulsés pour aller vivre là où il n'y a pas de chrétiens à critiquer !
Les mosquées radicales devront être détruites et rasées pour en faire des aires de loisirs.
Cinquième mesure :
Plus aucune autorisation de construction de mosquées ne devra être accordé sur le territoire français.
Mais surtout, les mosquées d'Europe donc de France, des villes où sont issus les terroristes, devront être aussi détruites par représailles par suspicions et contre l’intolérance même qui nous oppose.
Sixième mesure :
Nous n'avons pas de temps à perdre avec plus de 2000 personnes qu'il faut surveiller parce qu'elles reviennent des camps djihadistes en Syrie. Elles doivent être déchue de la nationalité et expulsé d'Europe.
Voici donc 6 mesures radicales qu'il nous faut absolument opposer à la radicalisation qui ne peut que progresser si nous ne devenons pas nous mêmes aussi radicaux.
OK, on va encore me traiter de raciste, d’islamophobe et laisser ces propos aux partis extrêmes dont les français craignent autant les dérives. Mais cela joue bien le jeu de nos politiciens car ils savent qu'en se retrouvant au deuxième tour contre le FN, ils seront systématiquement élus...
Et de nous dire que cela ne va pas suffire. Normal, nous n'allons pas interdire le tourisme...
Nous ne pouvons pas assurer 100 % de sécurité. Néanmoins, ces mesures positionnent tous les futurs migrants, qui devrons venir vivre avec nous pour vivre comme nous !
Les musulmans réellement modérés sont avant tout des croyants qui peuvent prier avec nous dans nos églises.
Les mosquées qui seront détruites seront un exemple permettant d'affirmer nos positions à être prêt à toutes les raser si le besoin anti-terroriste le nécessitait.
Ainsi, ceux qui sont vraiment des français laïques, républicains et libre n'auront pas de mal à intégrer une philosophie ouverte sur un monde d'amour et d'échanges constructifs.
Nous avons bien laissé partir les Juifs de France sans les retenir tout en ouvrant nos frontières à un islam qui nous avait pourtant signifié s'infiltrer.
Aux musulmans de France à faire la part des choses, ils restent avec nous, chez eux, ou bien ils partent dans des pays qui leurs permettent de vivre avec quelques siècles de retard...
Maintenant, il faudrait que nos politiciens aient suffisamment de courage et arrêtent de pleurnicher en nous disant de rester tous unis pendant que nous comptabilisons nos morts.
Mais vous remarquerez que nos élus ne sont pas atteint dans leurs chaires et que ce ne sont jamais les filles de ministres qui se font violer.. mais cela c'est un autre débat.
Alors au final, nous votons pour des mous, des lâches qui ne pensent qu'à se remplir les poches, futurs retraités de l'État aux rentes bien garnies.
"Le monde ne sera sauvé, s’il peut l’être, que par des insoumis. 
Sans eux, c’en est fait de notre civilisation, de notre culture, de ce que nous aimions et qui donnait à notre présence sur terre une justification secrète"
André Gide,
Urgence, changeons ce monde, lisez le livre interdit "Têtes à Flaques";
Politique, social, santé, éducation, religion, 650 pages pour vous prouver que tout est possible, pour le prix d'un paquet de cigarettes.
En ligne sur :
http://www.thebookedition.com/stats_banniere.php?action=clic&id=96895
Ou tapez le titre dans la recherche. 
(Ces 650 pages ne rapportent que 1€ à son auteur)
Et 365 jours / an : http://collectif-rec.20minutes-blogs.fr

A. i. 24/11/2015 22:30

Eh bien... bien long commentaire cher collectif rec, mais il faut ladmettre, il en fallait des mots pour donner un avis intelligent et complet. Je suis d'accord avec toi sur à peu pres tout. Je suis (né) musulman mais je ne crois en aucune religion. Pour moi elles ne servent qu'à mieux contrôler les peuples, mieux les diviser pour mieux régner dessus... Je suis d'accord dieu ne nous demanderai certainement pas de nous agenouiller, pas plus qu'un etre "censé" le demanderai à ses enfants. Par contre, je crois en dieu et cela ne fait pas de moi un danger. Je crois en une force universelle dont on fait parti tous. J'aime mon prochain mais je ne tendrai sûrement pas l'autre joue. Vous pouvez l'appeler comme vous voulez, mais certainement pas utiliser son nom pour faire du mal. Ce serait simplement contradictoire.

Nous sommes sociaux !

Articles récents