Illustration du Captagon (Beyrouth, le 11 juin 2010).
Illustration du Captagon (Beyrouth, le 11 juin 2010). - JOSEPH EID

M.P. 20minutes.fr

Elle est présentée comme la drogue des djihadistes, notamment ceux de Daesh. Ses effets permettent d'anihiler la peur et de rester concentré. Il s'agit du Captagon, dont près de 11 millions de comprimés ont été saisis par la police dans le sud de la Turquie près de la frontière, ont rapporté  les médias locaux.

La police antidrogue a mis la main sur 10,9 millions de comprimés pesant près de deux tonnes au cours de deux descentes distinctes dans la province de Hatay, frontalière de la Syrie, selon le quotidien Hürriyet, qui cite le ministère de l'Intérieur.

Un prince saoudien arrêté avec deux tonnes de comprimés

Les policiers ont saisi un premier lot de 7,3 millions de comprimés dissimulés dans 1.300 filtres à huile de moteur mercredi. Produits en Syrie, ils étaient destinés aux pays du Golfe, selon Hürriyet. Le second lot a été découvert le lendemain dans un dépôt, selon le quotidien. Deux Turcs et un Syrien soupçonnés d'être des trafiquants ont été placés en garde à vue. Le Captagon est une drogue à base d'amphétamine utilisée comme stimulant par certains combattants, dont des djihadistes, en Syrie.

>> A lire aussi: Le Captagon, drogue de Daesh mais pas seulement

Il s'agit par ailleurs de l'une des drogues les plus populaires au Moyen-Orient. Son commerce représente également une importante source de revenus pour certains groupes prenant part à la guerre qui déchire la Syrie depuis 2011. Les autorités libanaises ont arrêté le mois dernier à l'aéroport de Beyrouth un prince saoudien qui tentait d'embarquer pour Ryad dans un avion privé près de deux tonnes de pilules de Captagon rangées dans quarante valises.