Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Climat : ce que nous réservent les prochaines années

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 14 Décembre 2015, 21:52pm

Catégories : #Climat

L'accord de Paris prévoit de limiter "la hausse de la température moyenne à bien moins de 2 °C ". Mais ces engagements ne permettraient pas en l'état d'atteindre l'objectif de 1,5 °C.

Climat : ce que nous réservent les prochaines années

© iStock

L'accord la COP21 prévoit de limiter "la hausse de la température moyenne (...) pour qu'elle avoisine 1,5 °C ". Mais ces engagements ne permettraient pas, en l'état, d'atteindre cet objectif, ni même celui de 2 °C, écrit Katja Frieler, de la Postdam Institute for Climate Impact Research.L'année 2015 est va probablement déjà établir nouveau record mondial, avec une hausse moyenne qui dépasse 1 °C.

Des conséquences déjà visibles

Nous pouvons déjà observer les conséquences du réchauffement climatique, avec une augmentation des moyennes annuelles. Dans de nombreux endroits du monde, les épisodes de canicule sont en hausse. Les cas de pluies diluviennes dépassent ceux que l'on devrait observer en temps normal. Ces observations sont en accord avec les prévisions de précipitations dues au réchauffement de la planète. En effet, l'air chaud contient plus d'humidité, qui peut être déversée pendant des phénomènes de pluie brefs et intenses.

Une étude sur l'étendue des glaciers dans l'Arctique, publiée en septembre dernier, montre une réduction de 13,4 % par décennie par rapport à la moyenne enregistrée au cours de la période 1981-2010. Quand l'eau se réchauffe, elle occupe plus d'espace. C'est ce qu'on appelle la " dilatation thermique ". Combiné à la fonte des glaciers de haute montagne et en Antarctique, cela a entraîné une élévation du niveau des océans d'environ 20 cm depuis un siècle, au rythme d'environ 3 mm par an.

Et après ?

Lorsque nous atteindrons 2 °C en plus, le risque de canicules devrait être supérieur de plus de cinq fois par rapport à aujourd'hui. La probabilité d'avoir des inondationsdevrait aussi être plus grande, ayant pour conséquence des déplacements de populations, qui ont déjà commencé dans certaines régions. Le nombre de personnes concernées par les inondations pourrait également doubler, voire plus, si l'augmentation atteint 4 °C.

L'accès à l'eau potable pourrait diminuer jusqu'à 50% selon les régions. Le nombre de personnes touchées par la pénurie chronique d'eau potable pourrait augmenter de 20%.

Le niveau des océans continuera également à monter. À l'horizon 2100, les efforts entrepris pourraient aider à limiter la montée de l'eau entre 26 et 55 mm. Mais si les températures augmentent de 4 °C, cette hausse pourrait plus que doubler.

La fonte des glaces au Pôle Nord pourrait quant à elle être totale si la hausse de la température mondiale dépasse 2 °C, peut-on lire dans The Conversation.

Effets irréversibles

Certains facteurs climatiques sont susceptibles d'entraîner des effets irréversibles une fois un certain seuil de réchauffement atteint. Une stabilisation des températures dans ce cas ne permettra pas de revenir en arrière.

Les conséquences environnementales sont importantes, mais auront également un impact immense sur le mode de vie de millions de personnes

Des limites ont probablement déjà été franchies. Une portion de la calotte glaciaire de l'Antarctique a notamment entamé une phase de déclin, qui pourrait se révéler irrémédiable.

(OL)

Commenter cet article

cats 20/12/2015 23:49

Bonjour

La ! Je ne suis pas d'accord avec toi Claude. (( Faute de scientifiques fiables et intègres )) la majorité des scientifiques sont fiable et intègre.

La simplicité des changements climatique avec l'homme comme causalité :

A chaque action correspond une réaction.

Voici un résumé de texte de 2003.

Résumé

Les changements de la composition chimique de l'atmosphère qui se sont produits depuis le début de l'ère industrielle sont sans équivalent au cours du Quaternaire. Tous les modèles indiquent qu'une poursuite des émissions de gaz à effet de serre provoquera une modification importante du climat des décennies à venir. Les incertitudes qui affectent ces prévisions tiennent à la fois aux caractéristiques des systèmes naturels qui ne sont pas entièrement prévisibles – et aux choix socio-économiques qui seront faits dans les années et décennies à venir. Pour citer cet article : H. Le Treut, C. R. Geoscience 335 (2003).

Depuis l'écriture de se texte beaucoup de chose se son passer et qui prouve sans équivoque que l'Homme et sa façon de transformer son environnement est une cause majeur des changement climatique, il n'y a pas que l'effet de serre dû a l'Homme, il y a les émission de toute sortes, ppm, ppm de charge, qui provoque des pluies soudaine et violente Etc .

Cordialement
.

cats 20/12/2015 21:02

Bonjour

Sublimation chimie et physique :

La sublimation est le passage d'un corps de l'état solide à l'état gazeux, sans passer par l'état liquide.

Parce que dans le petit texte ci-bas, il ne parle pas directement de la sublimation qui se passe a la surface de la banquise.

Mais qu'il faut prendre en compte dans les précipitation global en augmentation sur le globe, dû au changement climatique.
.

Claude 20/12/2015 21:28

Ok Cats, merci pour les précisions! Faute de scientifiques fiables et intègres nous nous retrouvons à devoir comprendre seuls des phénomènes pluto^t complexes et c'est loin d'e^tre simple. 9 dixièmes de la population s'en fout et "boit" les salades serinées à la télé. Et donc ceux qui essaient de se faire une idée seuls alors que cela n'est pas simple ont au moins le mérite d'essayer comme toi et sont dignes d'estime. Bien à toi! claude.

cats 20/12/2015 19:55

Bonjour

OOOouuuppssss ...... j'oubliais !

Je veut dire du genre :

"La banquise autour de l'Antarctique est en augmentation malgré le réchauffement climatique mondial. C'est provoqué par la fonte des couches de glace du dessous", explique Richard Bintanja, qui a dirigé la rédaction du rapport dont les conclusions ont été publiée dans la revue Nature Geoscience.

SUBLIMATION

Le chercheur Paul Holland du British Antarctic Survey (BAS) maintient pour sa part ses conclusions rendues publiques l'an dernier selon lesquelles un déplacement des vents liés au changement climatique éloigne l'eau fondue des côtes vers le large, ce qui permet à l'eau dans certaines zones exposées de geler et de ce fait d'augmenter la quantité de glace de la banquise.

Genre !

Mais fair des petit dessin pour tout ce que j'écrits, non merci.

Cordialement

.

Claude 19/12/2015 21:06

Merci pour la "réponse" Cats, mais tu dis quoi au juste? Sans offense je ne lis qu'un charabia qui n'apporte pas d'eau au moulin. Re merci d'avoir essayé... Bien à Toi!

cats 19/12/2015 20:40

Bonjour

(( les 18 dernières années la couverture végétale serait augmentée de 21%.L'Arctique fond mais l'Antarctique s'étend, etc...))

Cela peut paraître étrange et contradictoire mais tout ces faits ont des cause a effets.

Les glaces de l'antarctique, la sublimation de la neige du au vents violent, plus de pluie plus de végétation et de couvert forestier en plus de l'Homme qui plante des arbres.

Mais tout ces faits on un lien en commun les changements climatique, l'Homme y est un paramètre a prendre en considération.

En chimie rien ne se crée, rien ne se perd, tout ne fais que se transformer.
.

claude 17/12/2015 09:49

J'ai commenté sans lire Altapuna et note que son commentaire date d'il y a 2 jours. Le NP n'a donc pas l'intention de prendre position. Non pas de se justifier, mais alimenter le débat et/ou produire ou transmettre une synthèse qui tienne la route ? Merci.

claude 17/12/2015 09:42

Le nouveau paradigme et beaucoup d'autres sources d'information sur le web ont publié des articles qui prouvent la manipulation des données climatiques.
Par exemple, on nous bassine avec la déforestations catastrophique mais les relèvements satellitaires disent que durant les 18 dernières années la couverture végétale serait augmentée de 21%.L'Arctique fond mais l'Antarctique s'étend, etc...

Comment se faire une idée sérieuse dans ce fatras d'informations contradictoires? Une synthèse est nécessaire, qui peut la faire, le NP?

Altapuna 15/12/2015 22:20

Bonjour,
J'apprécie beaucoup le Nouveau Paradigme et les informations que vous diffusez, parce qu'il s'agit d'informations "alternatives" et donc plus intéressantes que celles propagées par les médias de masse corrompus.
C'est pourquoi je m'interroge sur ce que ce genre d'article vient faire ici : si c'est pour retransmettre les mêmes inepties qu'à la TV, à quoi bon ? Il suffit de se renseigner un peu, et surtout d'un peu de bon sens, pour comprendre que la théorie du "réchauffement climatique anthropique" ne tient pas debout, que cette COP21 n'était qu'une mascarade, et que tout cela n'est que manipulation politico-économique.
Pourquoi ne pas publier plutôt ce genre d'articles un peu plus sérieux : http://eurasie.ru/archives/7901, alors que certains de vos articles allaient déjà dans ce sens-là ?
Lorsque l'on remarque qu'il y a eu des périodes bien plus chaudes que maintenant (notamment au Moyen Âge), que la température moyenne n'évolue plus depuis plus de 15 ans, que les glaces de l'Antarctique augmentent, que la Terre a toujours subit des variations climatiques NATURELLES, que la culpabilité du CO2 dans les variations de température n'a aucun sens scientifique, qu'elle n'est même pas en accord avec les observations faites, et que les mesures et observations vont à l'encontre des théories pseudo-scientifiques du GIEC, que reste-t-il à cette théorie fumeuse du réchauffement climatique dû à l'homme ? L'homme serait bien présomptueux de croire qu'il peut ainsi influer sur le climat de la Terre : il faut qu'il ait bien peu conscience de sa toute petite taille véritable face à l'immensité de cette Terre, et qu'il soit donc totalement déconnecté de la Nature, pour aller s'imaginer qu'il a ce pouvoir...
Donc avec un grand respect pour votre travail de diffusion, je me permets toutefois de marquer ma surprise suite à cette publication...

Nous sommes sociaux !

Articles récents